L’école des PET : ça sent mauvais

2013 : Année de la BRAISE. Ce que la droite a rêvé, la gauche va l’imposer. Bonne chance à tous.

* Décrets rythmes scolaires [élèves] ont été envoyés aux syndicats

Vous les trouverez sur tous les sites. Analyses de divers points :

- PET à tous les étages.
Le projet Peillon marque la généralisation des projets éducatifs territoriaux (PET), à l’élaboration desquels pourraient être associées, en sus des collectivités territoriales, « des associations et des fondations ». Ce sont ces PET qui organiseront les heures « éducatives ».
En fonction de quels intérêts ? Certains y voient
une manière de plus pour pour s’en prendre au cadre national de l’enseignement public et au statut national des enseignants.
Et voilà qui n’est pas sans rappeler aussi ce qui est connu dans le secondaire : contractualisation ; projet d’établissement ; nouveau cadre budgétaire (RCBC) ; ...

- Heures de service des enseignants :
L’obligation sera faite aux enseignants d’effectuer une partie de leur service (l’aide pédagogique complémentaire) sous la tutelle des communes.
Globalement il en va de l’alourdissement des heures des enseignants, et même par rapport à ce que l’on connaissait avant avant la réforme DARCOS, car tous les samedis n’étaient pas travaillés.

- Certains réclament ce que le gouvernement a promis, pour mieux s’en féliciter ensuite.
C’est le cas de Chevalier de l’UNSA qui prêche par twitte, la bonne parole :
Twitt UNA

Et comme par hasard, c’est ce qui a été promis par le ministère en secret à l’occasion de différents groupes de travail et qui devrait venir avec le volet PROF du décret sur les rythmes. Souvenez-vous (voir : le ministère joue la cogestion cachotière).

- Certains groupes d’intérêts ne renoncent pas : les professionnels du tourisme, qui veulent toujours (c’est là):
« Le raccourcissement des vacances estivales à 6 semaines avec la mise en place de deux zones avec un décalage d'une semaine ; rétablir les vacances d'hiver en février et les vacances de printemps au mois d'avril en avançant les dates de départ pour ces périodes. »


* RASED, toujours rasés.

Mais on s’inquiète pour eux. Du moins les parlementaires qui multiplient leurs questions au gouvernement :
- par Cécile Cukierman (Loire - CRC) , c’est là.
- par André Vairetto (Savoie - SOC),
c’est là.
- Par Jean-Luc Fichet (Finistère - SOC). C’est là.


* Le latin des curés : parisyllabique, et pas neutre.

Après l’envoi à la veille des vacances par la direction de l’enseignement catho d’une lettre aux directeurs d’établissement catho sous contrat de mobiliser contre le mariage pour tous, Peillon réplique (et se dit soutenu par Hollande) :

AFP - Mariage homo: Peillon demande la vigilance dans l'enseignement catholique
"Il vous appar­tient en effet de veiller à ce que les débats qui tra­versent la société fran­çaise ne se tra­duisent pas, dans les écoles et les établis­se­ments, par des phé­no­mènes de rejet et de stig­ma­ti­sa­tion homo­phobes", écrit le ministre dans un cour­rier dont il a annoncé l'envoi au monde.fr et dont l'AFP a eu connaissance.
"Je vous appelle à la plus grande vigi­lance à l'égard des condi­tions du débat légi­time qui entoure le mariage pour tous (...) notam­ment dans les établis­se­ments pri­vés sous contrat", ajoute-t-il.
Il faut "appe­ler à la rete­nue et à la neu­tra­lité au sein de tous les établis­se­ments afin que l'école ne fasse l'objet d'aucune ins­tru­men­ta­li­sa­tion", indique le ministre, deman­dant aux rec­teurs de l'informer "au plus vite des inci­dents éven­tuels et de toute ini­tia­tive contraire à ces prin­cipes" dans les établis­se­ments publics comme privés.
Cet appel inter­vient avant la mani­fes­ta­tion du 13 jan­vier contre le pro­jet de loi sur le mariage homo­sexuel et un peu moins d'un mois après une lettre du secré­taire de l'enseignement catho­lique, Eric de Labarre, aux chefs d'établissement, sug­gé­rant d'y orga­ni­ser des débats.
"Il ne me semble pas oppor­tun d'importer dans l'école le débat sur le mariage pour tous. Je consi­dère même qu'en adres­sant une lettre aux chefs d'établissement,
le secré­taire de l'enseignement catho­lique a com­mis une faute", a déclaré le ministre au Monde.

Le SUNDEP-SOLIDAIRES avait déjà protesté contre la démarche de la direction de l’enseignement catho
(c’est ici)


* Université en grande forme : Angers au bord de la fermeture :

Source

Ce 19 décembre, le président de l’Université d’Angers, qu’on ne peut pas soupçonner de gauchisme, a adressé un courrier des plus ferme aux personnels de l’Université et a rendu publique une lettre ouverte à Mme la Ministre de l’ESR qui ne s’embarrasse guère de diplomatie. La menace d’une fermeture administrative de l’université en janvier 2013 est implicitement avancée.
C’est que l’équipe aux commandes de l’université d’Angers (UA) a le sentiment de s’être fait rouler dans la farine par le MESR... Celui-ci reconnaît depuis longtemps à l’UA des conditions d’existence plus défavorables que la moyenne (avec notamment un déficit d’au moins 300 postes). Cependant, la situation de plus en plus déficitaire de l’établissement ne l’a conduit jusqu’à présent qu’à exiger de l’UA des plans successifs d’économie. Les budgets des facultés ont été réduits d’au moins 10%. Des TD ont été surchargés. Des options ou filières n’ont pas ouvert au prétexte d’effectifs “insuffisants”. L’été dernier, un plan social de 45 contractuels non renouvelés (finalement ramené à 22 après mobilisation de l’intersyndicale et des personnels) a défrayé la chronique. À la rentrée 2012, un mouvement étudiant a émergé en Faculté de Lettres contre les conditions de la rentrée (notamment contre un numerus clausus imposé de fait aux étudiants de 1ère année de psycho, mais aussi devant la dégradation des locaux qui a conduit à la fermeture de salles et même du grand amphi de Lettres).

Suite.


* Certains en tiennent une COUCHE et veulent carrément fermer les écoles maternelles

51cQ4Iwfu9L._SL500_AA300_
L’auteur, présenté comme Inspecteur de l’éducation nationale, est à la fois un ALLEGRE et un DARCOS. Les deux réunis.
Et les profs s’en prennent plein la vue : ils ne font rien quand ils enseignent en maternelle : « En réalité, on occupe beaucoup les élèves. Et les enseignants enseignent très peu. »
Et pour les parents, c’est d’abord une garderie : « Tous [les parents] exigent le droit de mettre à l’école leur enfant le plus tôt possible (à deux ans), le plus vite possible et quelquefois le plus longtemps possible. » Et de se poser la question : « Pour l’immense majorité des familles, l’école maternelle n’est-elle pas avant tout un dispositif de garde gratuit ? » Les portraits qu’il brosse sont hélas d’une actualité quotidienne sous les préaux. Cela va d’un extrême à l’autre : « Parmi eux [les parents d’élèves], on trouve une petite proportion d’individus particulièrement désagréables qui considèrent l’école comme une garderie à laquelle on n’a pas de compte à rendre. (…) Ces parents en réalité ne respectent pas l’institution. Elle doit être à leur service, un point c’est tout. » Ou alors : « Il y a ces familles qui veulent tout savoir et qui harcèlent littéralement les enseignants matin, midi et soir pour que la journée et les exploits de leurs enfants leur soient racontés dans les moindres détails. »
Bref voilà pour cet inspecteur (?) un peu aigri une institution inadaptée. Faut donc la fermer. Et tirer sur l’ambulance.
Encore une courageux qui écrit sous un pseudo, car Julien Dazay n’existe pas. Et qui nous dit qu’il est inspecteur et qu’il est ancien instit. En tout cas il n’a pas du faire beaucoup de stages en maternelle pour dire la chose suivante :
« 
finalement, on pourrait peut-être apprendre des choses à ces enfants ? Si on leur apprenait à apprendre plutôt qu’à jouer ? Et si l’école maternelle constituait enfin un véritable temps de transition entre la famille et l’école élémentaire, un espace plus exigeant, plus normatif. Pourquoi l’école maternelle ne serait-elle pas plus rigoureuse, plus normative ? Comme une vraie école ? » 

Mais plus c’est gros plus ça passe. Ca sert à quoi de payer des inspecteurs aussi cher pour penser aussi mal ?

blog comments powered by Disqus