Révolution de rentrée ?

* Rentrée 2013: coup de baguette numérique à l'Educ. Nat.

La révolution pédagogique en marche ?

Alors que les ministres affichent leur enthousiasme face au développement du numérique  et que "pour le gouvernement, la France de 2025 sera sauvée grâce aux nouvelles technologies", d’après le Monde, le ministre de l'Education Nationale s'active pour faire que la rentrée 2013 soit (magique) numérique, car "malgré une quinzaine de plans successifs, la France reste à la traîne pour l'utilisation du numérique à l'école, classée 24e sur 27 par l'OCDE". (source Challenges.fr)

Toute une série de services numériques sera donc lancée à la rentrée 2013 pour les élèves, les enseignants et les parents.
voir en particulier ici.

Et dire qu'une bonne fée s'est enfin penchée sur le berceau de l'Educ. Nat. et que nous ne nous en étions pas encore aperçu!
Magique !


* Révolution (suite) : les enseignants enfin aux 35 h ?

Ça y est, c'est maintenant officiel: alors que la plupart des enseignants ne s'en sont pas aperçu, ils ont, comme le reste du pays, bénéficié du  passage à 35 heures par semaine, même si dans leur cas les syndicats n'ont évidemment pas salué l'événement puisque cela ne s'est pas traduit par une diminution effective du temps de travail, le temps de service face aux élèves demeurant inchangé.
En effet,
si les bulletins de paie mentionnaient jusqu'à l'automne 2012 un temps de travail mensuel très vague de  "plus de 120 heures" (comme pour le reste de la fonction publique) , ils indiquent maintenant de manière très précise 151,67 heures ( c'est à dire 35 [heures] x 52 [semaines] / 12 [mois] ).

Préalable nécessaire à l'annualisation du temps de travail et à la présence effective de 35 heures par semaine dans les établissements scolaires ?

Quoi qu'il en soit,
une avancée sociale en appelant une autre, après la diminution virtuelle de leur temps de travail, les enseignants peuvent s'attendre maintenant à une diminution bien réelle de leurs vacances... (sans parler des diminutions du pouvoir d'achat, des retraites, et autres progrès sociaux!)...


* La conf de presse de Peillon : maintenant qu’il est là ça va mieux.

Beaucoup mieux, puisqu’il le dit.

AFP -
Le ministre de l'Education natio­nale a sou­li­gné qu'il était arrivé après "des années d'attaques cruelles contre l'école, une grande perte de confiance, des supres­sions mas­sives de postes", lors de la confé­rence de presse de rentrée.
Il a évoqué "l'attaque maté­rielle, mais aussi idéo­lo­gique, morale, contre l'école de la République".
"La réus­site de tous les élèves, c'est la pré­oc­cu­pa­tion majeure qui doit nous gui­der tou­jours. Nous sommes dans une école qui laisse en dif­fi­culté un cin­quième de ses enfants, ça se pro­duit très tôt", a-t-il déploré.
"Un sys­tème sco­laire qui réus­sit, c'est un sys­tème où tous les enfants réus­sissent". Cela implique une "action de long terme", a-t-il fait valoir.
"En même temps, il faut enga­ger des actions tout de suite". "Il y a des cri­tiques qui sont injustes, il y a des chan­ge­ments impor­tants qui ont lieu dès cette ren­trée", a-t-il déclaré, avan­çant "la consi­dé­ra­tion que nous appor­tons à l'école, la recon­nais­sance et la confiance".
"13.000 sup­pres­sions" de postes sous la pré­cé­dente ren­trée pré­pa­rée par la droite, "7.500 créa­tions" à cette ren­trée, a-t-il sou­li­gné. "Il y a une inver­sion et elle est historique".
"Cela per­met d'avoir une rentre apai­sée", de rou­vrir des classes, de "mieux assu­rer les rem­pla­ce­ments", de "chan­ger les péda­go­gies" avec la relance de la sco­la­ri­sa­tion des enfants de moins de trois ans (400 postes cette année) et le nou­veau dis­po­si­tif du "plus de maîtres que de classes".
De même, les conseils école-collège pour "une meilleure coordination".

On n’est pas obligé de le croire...


* Vertus politiques des nouveaux cycles :

Le décret du 24 juillet instituant quatre  nouveaux cycles d'enseignement de trois ans à l’école primaire et au collège est paru au JO.

On observera que le décret acte le fait que les petites sections de 2 à 3 ans en maternelle doivent toujours être considérées comme une exception, une simple possibilité et sont hors cycle.

La grande nouveauté réside sans doute dans le cycle 3 à cheval sur le primaire et le collège, qui a pour objectif officiel d'organiser une meilleure continuité entre enseignements primaire et secondaire, mais que
certains suspectent aussi d'être une amorce possible de fusion école primaire / collège, fusion souhaitée et réclamée notamment par les centristes (voir là).

Aux yeux des stratèges du PS, la création de ce nouveau cycle aurait aussi le mérite de géner les velléités de l'UMP de rétablir l'examen d'entrée en sixième en cas de retour au pouvoir, comme Fillon vient d'en faire la proposition (voir là).

Les choix de gouvernement sont bien impénétrables...


* Pour la droite, l’école passe par le soutien scolaire UMP. C’est l’autre révolution « civique ».

On n’est jamais mieux servi que par soi même...

Voici un document que l’UMP met à disposition de ces sections pour faire connaître sa révolution civique (source)

Et articles sur le sujet:

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/08/19/sauveur-eviter-de-prendre-le-volant-ivre-reussir-son-cv-et-autres-services-rendus-par-lump/

http://lelab.europe1.fr/t/l-ump-veut-t-aider-a-rentrer-en-securite-le-samedi-soir-et-a-trouver-du-travail-10550

tract UMP soutien scolaire
Comments