Inscrits et concours


* Alors que Châtel se réjouit de l’attractivité du métier de prof...

... Il est bon de rappeler que le nombre d’inscriptions pour cette année avait baissé de près de 30 %.
D’ailleurs c’est Josette qui le disait au journal La Croix (en sept 2010) : « Directrice des ressources humaines de l’éducation nationale, Josette Théophile dispose, elle, de chiffres précis. « Le nombre de candidats aux concours externes est, pour 2011, de 55 202 dans le premier degré, contre 96 714 en 2010, et de 65 000 dans le second degré, contre 86 500 en 2010 ».

Les 7 % d’augmentation pour 2012 sont bien ridicules...


D’ailleurs, RMC relativise sérieusement :

RMC. - « Selon le ministère de l’Education nationale, il y a 69 000 candidats inscrits pour les concours de 2012. Une augmentation de 6% par rapport à la session 2011. Dans un communiqué, Luc Chatel se réjouit que « les métiers de l'enseignement continuent d'attirer les jeunes diplômés ». Et le ministre de l'Education en est certain : la campagne de publicité du mois de juin pour promouvoir le métier de professeurs « n'y est pas pour rien ».

Moins de la moitié des inscrits se présentent réellement aux épreuves

Mais si ce chiffre de 69 000 candidats est réel, il y a une vraie différence entre le nombre d'inscrits et le nombre de ceux qui se présentent le jour du concours. Pour la session 2011 des concours du second degré, sur 65 000 candidats, un peu moins de la moitié ont réellement passé le concours.
Les inscriptions se faisant un an à l'avance, entre temps, certains se découragent, d'autres trouvent leur bonheur dans une filière différente. Autre phénomène : les inscriptions pour 2012 se font avant la publication des résultats de  2011. Donc parmi ces 69 000 candidats, il y a aussi tous ceux qui ont eu le concours cette année mais qui se sont réinscrits avant.

En bref, pour savoir si oui ou non, le métier de profs est plus attrayant. Il faudra attendre le nombre de participants aux concours... mais l'année prochaine ! »

... Et Danielle Sallenave sur France Culture fait une petite mise au point: c’est çà écouter là.


* L’IFRAP, think tank de la droite la plus libérale, lance de nouvelles campagnes contre l’école publique

... dans la droite ligne de l’AGCS. Voilà l’argumentaire auquel il va falloir désormais s’affronter. Autant se préparer.

1/ Elle reprend les arguments de la CFDT pour taper sur les agrégés :

Le temps de travail des agrégés - Le statut des agrégés de l’Éducation nationale provoque un débat récurrent au sein de l’institution. Dans les années 1970, le SGEN-CFDT avait même prôné la suppression pure et simple de ce corps de fonctionnaires. Comment justifier en effet qu’il y eût deux catégories d’enseignants dans les collèges et lycées de France alors que rien ne distinguait les fonctions d’un agrégé de celles d’un certifié ?
Aucun autre pays au monde n’a ainsi deux catégories d’enseignants pour une seule et même fonction. Cette anomalie n’est explicable qu’au regard de la fâcheuse tendance de notre pays à multiplier les corporations aux statuts biscornus, dérogatoires, voire exorbitants. Lorsqu’il s’agit en effet de réformer une partie de la Fonction publique, la France crée souvent un nouveau statut tout en maintenant les plus anciens, créant ainsi des groupes aux intérêts irréconciliables, plutôt qu’une saine émulation entre fonctionnaires de même catégorie au service du public et non de leurs seuls avantages catégoriels. Claude Allègre avait, en son temps, estimé pareillement que, si l’on souhaitait maintenir un corps des agrégés, il convenait de lui donner des responsabilités supérieures à celles des certifiés, notamment en concentrant les agrégés dans les classes de terminales, dans les premières années de licence ou dans les classes préparatoires aux Grandes Écoles.


2/ Et à son habitude, cherche la rentabilité.

Éducation : l’enseignement public beaucoup plus cher que le privé - Avec, en 2009, 9,95 millions d’élèves scolarisés dans le public et 1,98 million d’élèves scolarisés dans le privé sous contrat, la France a la chance d’avoir deux systèmes d’éducation comparables : le public et le privé sous contrat. Au-delà de la question de la qualité de l’enseignement, l’idée de ce dossier est de mesurer si, entre enseignement privé et public, la dépense (en incluant les dépenses de l’État, des collectivités, des familles et des entreprises) est similaire par élève et par an. Dans un contexte de raréfaction des deniers publics, nous avons cherché à évaluer l’efficience budgétaire des deux modèles d’enseignement.
Nos premiers chiffrages issus des données statistiques du ministère de l’Éducation nationale font ainsi apparaître que l’enseignement public serait entre 30 et 40 % plus cher que le privé, même en intégrant les dépenses des familles, pour des résultats sensiblement similaires – voire meilleurs – dans le privé.

On ne vous donne pas les liens. Faut pas déconner tout de même...


* Insécurité (informatique) à l’école :


refletsinfo. - L’insécurité (informatique) à l’école, pas vraiment une grande cause nationale

Les services de l’Education nationale seraient-ils en pleine communication de crise? Il semble que le ministère encourage les académies à rappeler à leurs correspondants certaines « consignes de sécurité ». Rien à voir avec une nouvelle marque d’extincteur. Ça concerne plutôt la protection des accès aux fichiers informatisés des élèves.
Témoin, cette lettre des services informatiques du rectorat de Nantes, qui coiffe les inspections académiques de 5 départements des Pays de la Loire, envoyée par mail aux « utilisateurs-otp » vendredi 20 mai. Il est question de la société RSA et de son petit gadget, la fameuse « clé OTP », qui sert de sésame électronique à toutes les écoles de France pour se « brancher » sur ses fichiers d’élèves.
Comme Reflets.info l’indiquait 
dans ce billet, la société RSA a subi des attaques sérieuses sur ce mode d’authentification présenté pourtant comme « infaillible » dans l’Education nationale. Le responsable de l’Académie de Nantes parle d’une « tentative d’intrusion » qui « montre que les pirates n’hésitent pas à s’attaquer aux dispositifs d’authentification forte » (sic). Avant de rappeler trois règles d’or:
  • Ne notez pas votre code PIN à proximité de votre clé ;
  • Ne laissez pas votre clé sans surveillance, ne la prêtez pas ;
  • Ne communiquez à personne votre code PIN, votre numéro de série ou le code généré par la clé et ce sous aucun prétexte
Ces règles font sourire. D’abord, elles ressemblent à un beau parapluie juridique, histoire de montrer que l’institution agit face à un risque potentiel. C’est oublier que les « utilisateurs de clé RSA », dans chaque académie, il y en a plusieurs dizaine de milliers… Ce sont surtout des enseignants: les directeurs d’école maternelles et primaires, chargés de remplir le fichier BE1D (Base élèves 1er degré).

lire la suite.
Comments

Stratégie

Une petite bombe issue des services du premier ministre, en plein été. Vous dormiez ?

* « L’effet enseignant », la nouvelle doctrine qui nous vient d’outre-atlantique.

Après les nouveaux pédagogues, voici l’ère des nouveaux stratèges de l’EN. Et leur vocabulaire préféré : performance, résultats, mérite, essai, efficacité pédagogique... et celui qui n’est pas employé : concurrence, précarisation, repousser la stabilisation des enseignants, moduler le salaire, autonomie poussée...
bref une autre façon de dire (et faire passer) ce que l’on veut nous faire croire depuis 15 ans (au moins)...

Le Centre d'analyse stratégique qui comme son nom l’indique est une pièce maîtresse de la nouvelle gouvernance LOLFienne qu’on a, vient de publier une étude sur "l'effet enseignant" qui rapporte « un ensemble de recherches menées dans le domaine de l’éducation », recherches qui ont «  pu confirmer l’intuition de nombreux parents : les progrès de leurs enfants dépendent de manière significative du talent et des compétences de leurs professeurs ».

Si la recherche désormais sert à confirmer les intuitions, on peut avoir l’intuition que bientôt il n’y aura plus de recherche.

D’autant plus qu’il ne s’agit que d’un recyclage de recherches américaines... dont celui financé par la Bill and Melinda Gates Foundation, et dirigé par des spécialistes reconnus issus des grandes universités américaines, le projet MET (Measures of Effective Teaching), a été lancé aux États-Unis à l’automne 2009. Il vise à améliorer l’information disponible pour évaluer l’efficacité des enseignants et donc à se doter d’un outil de mesure performant pour identifier les enseignants et les pratiques éducatives efficaces.
Ou encore le projet STAR (Student Teacher Achievement Ratio) fut initialement un projet de recherche expérimentale visant à tester l’effet d’une réduction de la taille des classes. L’expérience a eu lieu dans 79 écoles du Tennessee entre 1985 et 1989.
Comparaison n’est pas raison.

Bref, il faut montrer à tout prix que les (mauvais) résultats des élèves sont le seul produit du (mauvais) travail des profs. Exit les considérations culturelles et sociales, c’est sans doute trop de gauche.

L’étude qui trouve ce qu’elle cherche, recommande (bien sûr) d’explorer tous les moyens d'encourager les enseignants à améliorer leur "performance" : embauche à l'essai, salaire au mérite, coaching..., le tout pour affirmer que 10 % à 15 % des écarts de résultats constatés en fin d’année entre élèves peuvent s’expliquer par l’enseignant auquel l’enfant a été confié".

Autre belle analyse : »l’ampleur de l’“effet enseignant” est supérieure à celle de l’“effet établissement” : le professeur a davantage de poids sur la progression des élèves au cours d’une année donnée que l’établissement dans lequel ces derniers sont scolarisés. La portée d’une augmentation de l’efficacité pédagogique d’un enseignant est aussi potentiellement supérieure à celle d’une diminution de la taille des classes » .
 
Dans cette situation, il devient
indispensable d'augmenter l'efficacité du travail enseignant.

Les auteurs proposent alors de durcir les conditions de la titularisation, attribuée aujourd’hui quasi systématiquement après deux ou trois ans d’expérience en tant qu’enseignant certifié. « Le quart des enseignants certifiés ayant démontré la moins grande valeur ajoutée durant leurs deux premières années d’enseignement se la verrait refuser". le rapport estime que cette mesure entrainerait "une amélioration des résultats moyens des élèves de 14% ».

Le mammouth vous donne l’intégralité du document : 2011-07-12-effetenseignant-na-qsociales-232



Comments

Attractivité

* Encore une belle réussite...


Europe 1 . L'Education nationale boudée par les jeunes ?

Alors que la campagne de recrutement se termine mardi, tous les postes n'ont pas été pourvus.
C'est ce qu'on pourrait appeler un flop. Alors que la campagne de recrutement pour les concours enseignants de 2012 s'achève mardi, il semblerait que les candidats n'aient pas été au rendez-vous. Le ministère avait annoncé début juin, à grands renforts d'affiches, la création de 17.000 postes pour cette année. Mais pour ceux qui ont passé les épreuves ces dernières semaines, le constat est unanime : dans certaines filières, il n'y avait tout simplement pas assez de candidats.

Etonnant peut-être ?


* Solution : La réforme du lycée va contribuer à pallier la pénurie de professeurs

C'est ce qu'explique la DGRH du ministère:

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/07/12/des-centaines-de-postes-d-enseignant-vacants-faute-de-candidats_1547747_3224.html

Le Monde.fr
« la réforme du lycée entraînant une diminution de certains horaires d'enseignement, de nombreux professeurs de sciences et technologies industrielles (STI) et de sciences physiques appliquées seront reconvertis en professeurs de mathématiques. En STI par exemple, la réforme prévoit "600 à 800 postes en moins", selon Mme Théophile »

C’était donc bien prévu...


* Mérite, gros QI et gros cube:

nouvel obs. - Le maire de Nice a décidé de féliciter les "très bons" bacheliers par un gros chèque.

"175 bacheliers niçois ont décroché leur baccalauréat avec une mention très bien. Une performance qui va leur rapporter la rondelette somme de 200 euros. Ainsi en a décidé la ville de Nice et son député-maire UMP Christian Estrosi [...]. "La récompense du mérite est la culture de notre majorité"

Estrosi devrait pourtant être bien placé pour savoir qu'on peut aussi être "méritant" sans avoir son bac... !

“A 18 ans, soit je passais mon bac et j’allais à la fac, soit, grâce aux championnats de moto, je parcourais la planète et découvrais le monde et la géopolitique.”


S’il avait pu se contenter de faire de la moto...


* Risques de la vie professionnelle

Un prof prend la porte pour une partie de cartes de la dernière heure. C’est là.

Libé. Licencié pour un moment de détente en fin d’année scolaire. Eric, professeur en sciences et risques de la vie professionnelle au centre de formation d’apprentis (CFA) de Bourges (Cher), ne veut toujours pas y croire. «Fin mai, j’assurais la classe avec des apprentis qui n’avaient plus aucun examen à passer, explique-t-il à Libération.J’avais naturellement autorisé certains d’entre eux à jouer tranquillement aux cartes.»
Manque de chance, le directeur et son adjointe circulaient dans les couloirs à ce même instant.
«Ils ont constaté avec stupéfaction qu’aucun des apprentis, pas plus que [le professeur] ne [travaillait]», dénonce la lettre de licenciement transmise à Eric. «Cette situation est contraire aux impératifs du règlement intérieur. Il apparaît invraisemblable de laisser des apprentis désœuvrés sans respect de la moindre discipline, poursuit la direction qui pointe aussi des apprentis en train de discuter, dont certains assis sur une table.»
Face à ce tombereau d’accusations, Eric tombe des nues.
«Après deux années de cours, je voyais ces jeunes pour la dernière heure. Je trouvais naturel de passer, ensemble, ce moment de convivialité, d’autant que le matin même, nous avions eu une discussion sur les parcours et perspectives de chacun», insiste-t-il.

Comments

Vigilance

* Des vigiles pour la cantine.

Alors que dans certaines communes les enfants de chômeurs sont privés de cantine, dans d’autres on privatise la surveillance.

La provence.fr - La société privée MD2, basée à Istres, servira également les repas.
Bousculades, bagarres, grossièretés, insultes , les interclasses sont souvent propices à ce genre de débordements. A fortiori, le temps libre de la cantine. A Plan-de-Cuques, le maire (sans étiquette) a trouvé la parade. "Les femmes de service se plaignaient, n'y arrivaient plus, alors on va les soulager", explique Jean-Pierre Bertrand.
Un appel à marché a été lancé auprès d'une société privée de sécurité, MD2, basée à Istres. Des bras musclés pour surveiller des gamins de 6 à 11 ans, qui sont loin d'avoir le profil de voyou, c'est le tableau qu'on devrait avoir à la rentrée dans les écoles Malraux 1 et 2 et en partie à Robert-Debré.
Neuf agents de cette société vont se charger de la surveillance de l'intercantine et du service des repas. Un contremaître devrait assurer la liaison entre la société et la mairie. Quelque peu surpris, la plupart des parents se disent très partagés sur cette décision. "Il me semblait que ça fonctionnait avec les "tatas". Nous venons d'Allauch, intervient cette maman, là-bas ça n'existe pas". Sandrine, elle, s'interroge sur la compétence de ces personnes qui vont prendre la relève des agents municipaux. "Quels contacts auront-ils avec les enfants, ont-ils eu une formation psychologique ? C'est inconscient de faire ça. Les parents ont besoin d'être rassurés sur ce point-là".
"Il y aura un coordonnateur avec le Bafa", répond le maire dont la nature de la société ne semble pas le déranger. "Il s'agit de surveillance, pas de sécurité. Elle va faire de l'encadrement. Elle peut aussi créer une filiale, une société annexe, pour faire ce genre de travail".

* Vacances de nos ministres (à 800 € la nuit)

Même si Wauquiez n'était pas encore ministre de l'enseignement supérieur lorsqu'il prenait des vacances à 800 € la nuitée, voilà qui fera plaisir aux étudiants qui protestent contre l'augmentation de leurs frais d'inscription ...
source.

*Vichy en passe de devenir la référence officielle de l'UMP ?

Propositions de Goasguen et de Luca (secrétaire national à l’immigration) lors de la convention sur l’immigration, organisée par le patron de l’UMP Jean-François Copé:

C’est là

« Il faut des registres communaux et municipaux d’entrée et de sortie pour avoir des chiffres fiables ». Lionnel Luca l’avoue lui-même, la dernière expérience de tels registres date du maréchal Pétain. Qu’à cela ne tienne ! « Vichy a aussi rendu férié le 1er mai, et ça ne nous dérange pas ! »


* Grosperrin, le ballon d’essai : « de la prospective à 15 ans » (Chatel)


Le rapport sur la suppression des concours de recrutement repoussé par l’assemblée elle-même. Soit. Mais le mal est fait.

Le Monde.fr - “ Cette situation est inédite. Je suis député depuis 1988 et n'ai jamais vu la publication d'un rapport d'information être rejetée en commission.
A mon avis, l
a proposition 20 est un ballon d'essai lancé par l'UMP, et une tentative du gouvernement d'ouvrir une brèche dans le statut de la fonction publique

"Luc Chatel, le ministre de l'éducation nationale, n'avait pas réagi à la proposition du député Jacques Grosperrin au moment de la divulgation de son rapport dans la presse, le 30 juin. Dans une interview accordée à Libération du 6 juillet, il a déclaré que la suppression des concours "n'était pas d'actualité". Mais, a-t-il ajouté, "
c'est le rôle des députés de faire des propositions et de la prospective à quinze ans".


* Cure de désintox.
une école privée confessionnelle (protestante) hors contrat propose à un de ses employés une cure de désintoxication pour le guérir de son homosexualité.
C’est là.

* Communication ministérielle

Ne dites plus "suppression des petites sections de maternelle" et "fermeture de classes", dites "développement de l'enseignement préélémentaire" !


Comments

Perspectives d'EN

* Jean-Claude Carle et l’autonomie scolaire.

L’IFRAP, fondation de droite qui oeuvre à une libéralisation complète des services publics publie sur son site un entretien avec le sénateur Carle, le chantre de l’autonomie et de la dérégularisation dans l’éducation.


C’est là . Extraits :

« Il convient donc d’affirmer fortement le rôle, la mission du chef d’établissement, comme responsable d’équipe. De ce fait, il me paraît souhaitable qu’il puisse recruter ses proches collaborateurs (proviseur adjoint, intendant, CPE, chef de travaux,…). Il doit aussi pouvoir donner sa préférence lors du recrutement d’un enseignant.

Je propose enfin que le chef d’établissement puisse se voir confier
l’évaluation pédagogique des enseignants et en contrepartie, il faudra dissocier les fonctions de chef d’établissement et de président du conseil d’administration, confiée à une personnalité extérieure.

L’Éducation nationale est le dernier vestige d’une organisation pyramidale où règne le culte de la circulaire. Dans un domaine aussi important en terme financier, qu’en termes de stratégie pour la Nation, le politique, et
en particulier le Parlement, est confiné dans un rôle de « contemplatif ». Dans une société qui exige souplesse et réactivité, il est urgent de passer de la pyramide aux réseaux, si l’on veut que notre système éducatif puisse répondre aux besoins des élèves, des enseignants, mais aussi à ceux de l’économie et à la diversité des territoires. Redonnons du sens à l’autorisation budgétaire, et passons de la circulaire au combat.

Donnons au chef d’établissement une fraction spécifique de la dotation de fonctionnement, plus importante, afin d’une part d’augmenter l’attractivité du recrutement, et d’autre part, après évaluation, de
moduler le salaire en fonction des résultats à la fois individuels, mais aussi collectifs, des enseignants»

Voilà tout est dit.


* Laïcité remise en cause :


Sudouest. —Habillée en religieuse pour corriger le brevet dans un collège public
Des enseignants de la Vienne se disent choqués d'avoir corrigé des copies du brevet des collèges avec une enseignante religieuse portant l'habit de sa congrégation. Polémique.
"Les enseignants appelés à corriger les copies d'histoire-géographie du brevet des collèges, vendredi dernier au collège public Saint-Exupéry de Jaunay-Clan, ont eu
la surprise de voir s'installer avec eux une enseignante d'un collège privé du département, invitée elle aussi à contrôler la qualité du travail des collégiens de la Vienne, mais revêtue de ses habits de religieuse", indique Centre Presse qui révèle l'affaire.

Les professeurs présents ont alors signé un courrier de protestation qu’ils ont adressé au rectorat.

Dans un premier temps, les enseignants qui ont corrigé les copies puis ont alerté la principale du collège.
"
L'inspecteur pédagogique régional d'histoire-géographie n'aurait rien trouvé à redire à cette situation", rapporte une syndicaliste.  

Les professeurs présents ont alors signé un courrier de protestation qu'ils ont adressé au rectorat.




* L’extrême gauche réac : ça existe aussi.

MidiLibre. Mailhac Le maire Gérard Schivardi interdit les sorties nocturnes aux plus jeunes

L’arrêté municipal a été pris, le 19 mai, à la suite de deux affaires graves qui ont marqué le village et concerné de jeunes adolescentes : un coma éthylique et un viol.
Lassé de la tournure prise par les événements, Gérard Schivardi a décidé de prendre une décision, dont il a fait contrôler la légalité par les services de l’État. Il interdit de fait aux moins de 17 ans de circuler dans les rues du village entre 22 h et 6 h.
À défaut de police municipale,
c’est lui-même qui patrouille quotidiennement pour vérifier le respect de ce texte. Et depuis lors, selon lui, le calme est revenu.

Sa campagne aux présidentielles promet de voler très haut...


* Guaino limit.


Henri Guaino, dont l'on se rappelle comme il s'offusquait lorsque le Canard (09/12/2009) avait publié son salaire (5500 € nets mensuels à la Cour des comptes et une prime élyséenne de 157 000 € annuels – soit un total de plus de 18 000 € par mois), allant jusqu'à dénoncer ces faits comme la manifestation la plus odieuse de la "dictature de la transparence",

Henri Guaino, dont l'on se souvient aussi qu'il avait fustigé les professeurs  « dont la nation a payé des études, dont la nation paie le salaire » et dont le premier devoir est d'obéir, lorsque certains d'entre eux avaient osé refuser d'être instrumentalisés et de lire la lettre de Guy Môquet dans une opération de com voulue par l'Elysée,

Henri Guaino, donc, a voulu nous montrer à quel point il est animé par l'esprit de résistance face aux dictatures et par le souci de se montrer en toutes circonstances économe de nos deniers publics;

et C'est le Canard Enchaîné (29/06/2011) qui nous relate comment Henri Guaino
se faisait offrir des vacances par le régime Ben Al...

Comments

Perspectives pour le bac

* Bac : l’avis de Chatel.

"je ne suis pas opposé qu'une partie se fasse en contrôle en cours de formation [des partiels] ou en contrôle continu", dit-il. D'ailleurs, "ça se pratique déjà avec les TPE [travaux personnels encadrés] et avec l'EPS [éducation physique et sportive]. (...) Adapter [le bac], oui ; le révolutionner, non. Et je reste avant tout attaché à un examen national qui soit le même partout, à Paris, à Chaumont ou à Bordeaux", poursuit M. Chatel.

Par ailleurs, le ministre était interrogé sur la suppression de 14 000 postes dans l'éducation nationale prévue en 2012 et si elle se ferait dans le secondaire puisque le président Nicolas Sarkozy a promis de "sanctuariser" l'école en 2012.

"
Ce n'est pas tranché, répond-il. De plus, le président a dit qu'il y aurait autant de classes qu'en 2011. Cela veut dire qu'il y aura autant de fermetures que d'ouvertures. Mais il y aura tout de même des suppressions dans le primaire."

Pour ceux qui en doutaient...


* Arnaque des résultats du bac : les sites privés qui donnent les résultats.

Comment faire payer quelque chose de gratuit ? C’est possible...



Ainsi la presse nous dit que « le dispositif le plus adapté, actuellement, pour visualiser les résultats du bac, de même que de tout autre examen, est assurément le Web qui est en tête, parmi tous les canaux de communication.
Les sites qui transmettent ces résultats possèdent une licence attribuée par le ministère de l'Éducation nationale. Tous les ans, l’État en dispense un certain nombre à ses divers associés, comme les sites web mais également la presse locale, en vue de diffuser les résultats au moment de leur parution officielle, c’est-à-dire, à la seconde même. Le département informatique du ministère de l'Éducation nationale envoient les informations vers les différents sites des académies et en direction de tous les autres sites dans le même temps. »

Dont des payants...

* Pas dans le rythme

Les associations de lycéens ne sont pas contentes, car le rapport sur les rythmes scolaires n’apporte pas grand chose sur le lycée.

les lycéens veulent eux aussi une réforme !
Mais pas celle proposée au ministre. Car (selon l’Huma qui rapporte leur communiqué) :
- « Les lycéens restent toujours  opposés à cette mesure, qui remet en cause leur droit au repos, à prendre du recul et tout simplement à partir en vacances. »
- ils veulent que « 
que la question des rythmes n’aborde pas uniquement des questions horaires »
- et veulent « 
limiter les journées de cours à six heures maximum, avec une heure et demie de pause méridienne. Les fin de journées, de 16h30 à 18h30, pourraient être un temps au lycée mais pas en classe, destiné aux activités périscolaires, à l’accompagnement personnalisé ou à la vie lycéenne


* Répression à l’ENS.

Suite au mouvement social qui a eu lieu cette année à l'Ecole Normale Supérieure, et qui s'est terminé par une victoire pour les précaires de l'établissement, la Direction de l’école décide de profiter des vacances pour prendre des sanctions contre les normaliens et normaliennes soutiens du mouvement.

Des convocations en conseil de discipline "suite à l'occupation sans autorisation des locaux de la Direction de l'École normale supérieure" ont été reçues aujourd'hui par une dizaine de personnes, et en particuliers des militant syndicaux.

Les conseils de discipline devraient avoir lieu le 12 juillet.
Comments

Monopole scolaire (du privé)

* Ministère de l’Education nationale privée.
Châtel se cache derrière un recteur pour voler au secours du privé.



On en avait déjà parlé en mars dernier (au milieu de cette page), l’affaire n’est pas neuve, mais prend ces jours-ci un tour nouveau. D’une bataille entre des élus UMP et leurs habitants, on passe à un conflit d’Etat. Il s’agit d’un coin du Maine-et-Loire où les parents n’ont pas (franchement) la liberté de choix, et où l’on projette (enfin) de construire un lycée public.


Le recteur a choisi son camp, celui de l’Ecole privée, sur l’avis de Châtel.


Voici la lettre de soutien qu’il adresse ces jours-ci à la cité scolaire privée.
Médiapart . Un recteur vole au secours de l’enseignement privé

lettre du recteur




« Je suis pour ma part opposé à cette création » d'une cité scolaire publique, écrit-il sans détour, en expliquant que l’ouverture du lycée « au vu des études menées » ne manquerait pas d’avoir des conséquences sur « l’offre éducative déjà existante». Pour lui, « rien n’est encore acté à ce jour. Toute création d’établissement dépendant d’un arrêté préfectoral ». Pour donner un peu plus de poids à son propos, Gérald Chaix tient à préciser que c’est bien le ministre qui « a pris attache » auprès de lui sur le sujet. De quoi rassurer les établissements privés inquiets de ce qu’ils qualifient de « concurrence déloyale ».

Le courrier a fait bondir les associations de parents et partisans de l’école laïque. Leurs lettres alertant le ministère des blocages autour de la cité scolaire (notamment pour ce qui concerne le collège, de la responsabilité du conseil général) sont restées sans réponse. « Les propos du recteur sont inadmissibles. Depuis quand demande-t-on à un recteur de donner son avis ? C’est un fonctionnaire d’Etat qui doit appliquer ce que son ministre lui ditMais il semble que M. Luc Chatel n’ait pas eu le courage de prendre position lui-même sur ce dossier et qu’il a laissé son recteur s’en charger», tempête Jacques Auxiette, le président socialiste de la région Pays de la Loire qui ne décolère pas.

Pour Jacques Auxiette qui porte le projet depuis des années, la procédure menée pour valider l’ouverture du lycée, celle du collège devant suivre, a été
«conforme au droit». Invoquer le rôle du préfet est pour lui totalement «fallacieux».


* Rapport Grosperrin (fin des concours et autres joyeusetés)

Il est accessible intégralement là.

Le rapport Grosperrin. Ou « comment en finir avec l’éducation nationale, de l’école à l’université » , Communiqué de Sauvons l’Université ! 1er juillet 2011

Et l’UMP en rajoute : il n’y a pas que les profs qui ne foutent rien :
si Nicolas Sarkozy est réélu, tous les salariés devront trinquer: les 35 heures seront abandonnées (ainsi que les heures sup détaxées) et, cerise sur le gâteau, la TVA pourrait être augmentée de 4 points ! C'est ce que propose Hervé Novelli, le n° 2 de l’UMP... c’est ici.



* Rythmes scolaires : Sarko au ministère de l’EN.

Pas de réforme avant 2012. Sujet trop sensible. Sarko pourrait (mais c’est pas sûr) arbitrer.

AFP - Les vacances d'été plus courtes? La question est ouvertement posée
Raccourcir les vacances d'été pour diminuer les horaires quotidiens de cours à l'école et au collège, tout en supprimant la semaine de quatre jours en primaire, telles sont les pistes de travail issues d'un débat d'une année sur les rythmes scolaires.
Lundi, le comité de pilotage sur les rythmes scolaires, installé il y a un an par le ministre de l'Education nationale, va lui rendre son rapport.
Luc Chatel ne devrait a priori pas prendre de décision dans l'immédiat, selon son ministère. Si le rapport n'était pas encore complètement finalisé à la veille du week-end, quelques indiscrétions permettent de dresser les principales pistes envisagées.
La question des vacances d'été est clairement posée, car un raccourcissement de deux semaines, qui figure d'ailleurs dans le programme du PS pour 2012, permettrait de diminuer le nombre quotidien d'heures de classe, jugé aujourd'hui trop lourd, tout en gardant le même nombre d'heures annuel.
"Le pays n'est pas mûr" pour diminuer les horaires annuels de cours, affirme un bon connaisseur du dossier.

Comme l'avait préconisé fin 2010 une mission de l'Assemblée nationale, l'idée de revenir à quatre jours et demi pour tous les élèves de primaire est maintenant partagée par la quasi-totalité du monde éducatif, car regrouper comme aujourd'hui toutes les heures de classe sur seulement quatre jours est source de fatigue pour les enfants.
Dans un pays aussi centralisé que la France en matière d'éducation, le fait de renvoyer le choix du mercredi matin ou du samedi matin au niveau local apporterait de la souplesse. "Pour les transports scolaires, le bon niveau est le département", relève un expert.
Au chapitre des horaires quotidiens, le comité de pilotage penchait, dans un document qui avait fuité fin mai, pour cinq heures de classe par jour au maximum en primaire, en 6e et en 5e. Et six heures en 4e et en 3e.


Comments

On en est où ?

* Rectrice d’Orléans-Tours : démission ou pas ?

Après avoir été annoncée par la presse régionale hier soir (France 3, autour de 8 minutes), la démission de la rectrice d’Orléans-tours a été démentie ce matin par le ministère. Il semble que cela tangue en haut lieu.

Rappel de ses propos : « Si dans les enquêtes PISA (de l'OCDE: ndlr), dans tous les pays concernés, on enlève finalement les enfants issus de l'immigration, on n'a pas du tout les mêmes résultats »

* Incontinence : des fuites soupçonnées au Bac en Anglais :


Nouvl obs.- "Certains correcteurs commencent à douter de la fiabilité des copies rendues. D’après l’article du Parisien.fr, une correctrice a remarqué qu’une centaine d’élèves ont choisi le même sujet et ont traité la rédaction d’anglais en suivant le même plan ! Bien qu’elle ait déclaré les suspicions de fraudes auprès de l’autorité compétente, personne n’a été en mesure de lui expliquer la marche à suivre. Et elle n’est pas la seule dans ce cas !", peut-on lire dans le communiqué.
Une professeur d'un lycée parisien promet d'en parler lors des délibérations du jury, qui témoigne de son « mélange de colère et de tristesse". "Plus de la moitié des candidats a pris le deuxième des sujets de composition […] ce thème : "We make choices every day : what may influence us ?", soit exactement ce qui avait circulé par sms et sur le net avant les épreuves.
Le Fidl se dit "atterré" par les déclarations du ministère de l'Education nationale, qui a qualifié la fuite des sujets d'anglais de "rumeur". Le syndicat "demande qu’une enquête soit ouverte au plus vite afin d’éclaircir la situation et d’être reçu par le ministre de l’Education nationale" Luc Chatel.
On attend aussi des infos sur d’éventuelles fuites en Physique.


* Fin de l’éducation nationale et la naissance du marché (du travail pour les futurs enseignants).

Le point s’interroge sur une manipulation majeure...

Quand l'éducation ne sera plus nationale
Le Point.fr
Deux nouvelles coup sur coup viennent accréditer l'idée que, sous son immobilisme apparent, le mammouth vit en réalité une mutation majeure, inquiétante, diront certains.

Mais les tabous volent en éclats à l'Éducation nationale. Des députés membres d'une mission d'information sur la formation initiale et les modalités de recrutement des enseignants préconisent, ni plus ni moins, la suppression des concours d'enseignement. Certes, ce n'est pas pour demain, "l'opinion publique n'étant pas prête à une transformation aussi radicale", reconnaît Jacques Grosperrin, député UMP du Doubs. Mais à titre de mesure intermédiaire, ils conseillent de commencer par l'agrégation externe.
Ces mesures ne sont pas des lubies. Radicales, elles sont la traduction raisonnable d'une réforme qui a déjà eu lieu, sans débat véritable, sans égard pour les conséquences nocives qu'elle n'a pas manqué d'entraîner : la mastérisation de la formation des enseignants. Stage insuffisant, confusion de la formation à la discipline et de la formation pédagogique, absence de réflexion sur ce que doit être une formation à l'enseignement, baisse drastique du vivier de candidats en raison du rallongement des études, rien n'a été prévu ni pensé.

Stratégie locale, objectifs nationaux

Dans le cadre de cette réforme, la suppression du concours est assez logique. Elle nous aligne sur la plupart des pays voisins, où l'on apprend à être enseignant à l'université et où l'on postule une fois diplômé sur le marché du travail. C'est le cas dans les pays nordiques, ou en Grande-Bretagne. Les chefs d'établissement définissent leur stratégie locale pour atteindre des objectifs assignés au niveau national. Ils recrutent leurs professeurs, lèvent des fonds supplémentaires auprès de partenaires privés. Le tout dans un marché scolaire complètement ouvert : les parents en général sont libres, eux aussi, de choisir leur école.

Europe, Europe...
Comments

Racolage actif

* Propositions du rapport Grosperrin: "il faut réformer la réforme" (de la formation des maîtres)

Et en profiter pour tout jeter...
Projet de décret sur les recteurs et la réorganisation des services académiques, rapport Carle, ... voici la suite. C’est du Grosperrin.

Comme quoi elle ne devait pas être si bonne que cela cette réforme et on avait bien raison de s’y opposer. On continuera CAR...


Tout le texte est là.


* Publicité (gratuite) à l’Ecole.

Total : vous ne viendrez plus chez nous par hasard...

Dans le cadre de l'opération "un livre pour l'été", toutes les écoles de France sont invitées à remettre à leurs élèves de CM1 un exemplaire des contes de Perrault. Les livres sont arrivés dans les écoles, avec sur la quatrième de couverture, le logo de l'EN, celui du CNDP et, celui de la fondation Total !

Le code de l'Éducation et le Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire rappellent aux enseignants les principes de neutralité du service public d'éducation.
L'école ne peut en aucun cas servir de vecteur ou de terrain de prospection pour aucune forme de démarchage ou de publicité. Par ailleurs rappelons que la
société Total ne paye aucun impôt en France alors qu'elle fait des milliards de bénéfices, ce qui diminue les recettes de l'état et conforte la politique de suppression de postes dans la fonction publique.




* Évaluations CM2 : pas aussi anonymes et sans conséquences pour les élèves que promis !

Témoignage:
"En janvier nous avons pris la décision de boycotter les évaluations CM2 pour notre fils. Quand son dossier d'entrée au collège est arrivé, j'ai vu qu'il comprend un petit papier "éval nat" avec le nom et prénom bien marqués (super cet anonymat promis-juré !), la place pour les notes (blanche) et la mention "absent". Nous avons demandé la classe bilingue pour lui, et je me demandais si ce papier aurait une incidence sur la décision (il y a une sélection "sur dossier" pour cette classe). J'ai réussi à avoir la principale : "Ça dépend si il y la place. Si il n'a pas de note, c'est difficile." "Maintenant vous ne prenez en compte que ces évaluations nationales donc ?" "Non, non, il y a tout le dossier. " Elle a aussi dit que les enfants qui ont "une note de 18 en anglais sont prioritaires mais il n'y a pas que ça", mais je crois que là elle ne parle que de la note des évaluations, car le dossier comporte seulement des "acquis" "à renforcer" etc." On nous aurait menti ?


* Elections pro : plus de votants que d'inscrits ?

Élections professionnelles et vote électronique :

Dans les tubes pour le vote des élections pro' d'octobre prochain : identifiants à chercher dans sa boite I-prof et application ficelée par un prestataire de service (comme d'habitude lorsqu'il s'agit d'informatique dans l'EN, qui n'a pas les moyens de ses ambitions en la matière, ou préfère engraisser le privé que de recruter des fonctionnaires pour effectuer ce genre de travaux).

Dans le même temps, certains collègues reçoivent ce genre d'email :
« Madame, Monsieur, Un traitement IPROF a été effectué hier soir (09/06/2011) afin d’envoyer un message concernant le «Projet de mouvement avant la FPMA» dans les boites IPROF des enseignants ayant participé au mouvement INTRA Académique.
Suite à un dysfonctionnement de l’application, il estpossible que certains enseignants aient reçu 18 fois le même message (strictement identique).
Je vous prie de bien vouloir en informer les personnels de votre établissement ayant participé au mouvement INTRA Académique. Merci de votre
compréhension. Cordialement, _ _ _ _ _ _, Responsable du Service Informatique Académique (SERIA). »
Ça promet...



* Concours de propos électoralistes : Guéant en tête (loin devant)

Laïcité, dans la gueule.

AFP - Claude Guéant prône un aménagement des concours pour la Pâque juive
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a estimé jeudi soir lors du dîner du Crif à Marseille qu'"il convien­drait de veiller à ce que les exa­mens et concours de la République ne se déroulent pas" pen­dant la Pâque juive.
"Il m'apparaît oppor­tun que les fêtes juives de Pessah puissent être prises en compte dans le fonc­tion­ne­ment des admi­nis­tra­tions et des ser­vices publics", a déclaré M. Guéant, sous les applau­dis­se­ments des par­ti­ci­pants au dîner du Crif (Conseil repré­sen­ta­tif des ins­ti­tu­tions juives de France) de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
"
Il convien­drait notam­ment de veiller à ce que les exa­mens et concours de la République ne se déroulent pas durant cette période", a-t-il poursuivi.
Le ministre a indi­qué avoir demandé au ministre de la Fonction publique, par un cour­rier en date du 2 mai, de "veiller à ce que les fêtes de Pessah figurent, dès l'an pro­chain, dans le calen­drier des prin­ci­pales fêtes religieuses".
"C'est par de telles inflexions que la laï­cité témoigne de sa vita­lité et assure sa péren­nité", a-t-il souligné.


On attend ses déclarations sur le ramadan...

Comments