Vacances (ou presque)

* Dernière livraison avant les vacances. Mais le Mammouth bronze que d’un coin de jambe. Restez éveillés vous aussi en suivant notre fil twitter :





* Ben tiens : « L’enseignement secondaire jugé inefficace et dispendieux »

Toujours la même rengaine :

Le Monde. -France Stratégie – l'ancien Commissariat à la stratégie et à la prospective – dénonce, dans sa note publiée le 22 juillet, un système d'enseignement secondaire déficient et coûteux : « La performance de la France la place nettement derrière l'Allemagne qui, avec 0,8 point de moins de PIB et des dépenses par élève inférieures de 35 %, obtient de meilleurs résultats. »
L'analyse des auteurs de cette note prend en compte trois indicateurs : le nombre de décrocheurs, c'est-à-dire la part des 18-24 ans sortis du secondaire sans diplôme ; le taux de diplômés à l'issue de cycle secondaire, titulaires d'un brevet, d'un CAP ou du baccalauréat ; et, enfin, le score PISA, du nom de l'enquête menée tous les trois ans par l'OCDE. Dans sa dernière édition, parue en décembre 2013, sur l'évaluation des élèves de 15 ans en mathématiques et réalisée dans 34 pays, la France a reculé du 13e au 18e rang.

Et de proposer (encore une fois) de supprimer le redoublement...
Et pour une fois le ministre réagit :
Le ministère de l'éducation nationale a vivement réagi à cette étude : «ce rapport est indigent, mélange les choux et les carottes en recyclant approximativement les données de l'OCDE» indique t-on dans l'entourage du ministre qui se demande « s'il ne serait pas plus judicieux de supprimer France Stratégie.»


* De toute façon c’est génétique !

Une information américaine reprise par
Vousnousils.
Les compétences en lecture et maths liées aux mêmes gènes

Une étude publiée dans la revue Nature Communications affirme que les com­pé­tences des enfants de 12 ans en lec­ture et mathé­ma­tiques sont influen­cées par des fac­teurs géné­tiques communs. Lire la suite.


* N’oublions pas la droite : « La "Boîte à idées" de l'UMP formule des propositions pour l'éducation » (AFP)

Et autres billevesées...

AFP -
La Boîte à idées (BAI), club de réflexion de l'UMP, pro­pose dans un rap­port trans­mis jeudi à l'AFP dix mesures pour l'éducation axées autour de la maî­trise des savoirs fon­da­men­taux à la sor­tie du primaire.
"L'origine de nom­breux pro­blèmes de notre modèle éduca­tif se situe dans l'échec de la trans­mis­sion des outils lin­guis­tiques et mathé­ma­tiques à l'école pri­maire", écrivent les membres de ce club, qui "ras­semble la jeune garde de l'UMP", selon leur propre définition.
Ils pro­posent dès lors dix mesures pour y remé­dier, et tout d'abord, la modi­fi­ca­tion du code de l'éducation en y ins­cri­vant comme objec­tif "que 100% des élèves doivent maî­tri­ser les com­pé­tences fon­da­men­tales en mathé­ma­tiques, en plus de la maî­trise de la langue fran­çaise, à la fin de l'école primaire".
Pour s'en assu­rer, deux évalua­tions seraient mises en place, la pre­mière dans l'ensemble des classes de France, la seconde "au niveau d'un échan­tillon repré­sen­ta­tif national".
La pre­mière évalua­tion serait accom­pa­gnée "d'objectifs de pro­gres­sion pour la classe", "fixés au pro­fes­seur". Ses résul­tats seraient "trans­mis au rec­teur qui (pour­rait) déci­der d'un accom­pa­gne­ment tem­po­raire du pro­fes­seur au sein de sa classe".
La seconde ver­rait ses résul­tats pré­sen­tés au Parlement.
Parmi les autres sug­ges­tions, la BAI entend aussi "reva­lo­ri­ser le métier d'enseignant" en tri­plant l'"indemnité de suivi et d'accompagnement des élèves", qui pas­se­rait de 400EUR à 1.200EUR, ce qui serait financé en "reve­nant sur tout ou par­tie des 35.000 postes qui res­tent à créer sur les 60.000 annoncés".



* 18 ans de prison pour vouloir financer ses études (en braquant une banque).

AFP. -
Un étudiant de 21 ans a été condamné jeudi à 30 mois de pri­son, dont 18 ferme, pour avoir voulu "finan­cer ses études" en ten­tant de bra­quer une banque, en vélo et avec un pis­to­let fac­tice, à Lalbenque (Lot).
Le verbe facile, Florent, étudiant en écono­mie à Perpignan qui passe des vacances dans sa famille du Lot, a avoué sans hési­ta­tion devant le tri­bu­nal de Cahors avoir passé près d'un mois à repé­rer les allées et venues à proxi­mité de la petite agence du Crédit agri­cole de Lalbenque, tran­quille vil­lage de 1.650 habi­tants qui s'enorgueillit d'être la "capi­tale de la truffe noire du Quercy".
Sur inter­net, il s'est pro­curé un pis­to­let à billes puis a pris son vélo et s'est pré­senté cagoulé devant la porte de la suc­cur­sale, peu après l'ouverture, mer­credi à 09H15. Dégainant son "arme", il a cepen­dant eu tôt fait d'alerter les trois employés qui ont blo­qué les issues, met­tant en fuite l'étudiant-braqueur.
Il a été retrouvé quelques heures plus tard, dans une forêt avoi­si­nante, à la suite du déclen­che­ment du plan Épervier.
"J'avais besoin d'argent pour finan­cer mes études et mes vacances", a-t-il expli­qué lors de sa com­pa­ru­tion immédiate.
L'enquête psy­cho­lo­gique n'a révélé aucun trouble par­ti­cu­lier chez le jeune homme, par ailleurs inconnu des ser­vices de police.

Et braquer une banque qui fait de l’optimisation fiscale, est-ce vraiment braquer ?


* Devoirs de vacances : Culture (avec un grand Q) et système éducatif. Par F. Lepage. Des conférences gesticulées.

Et autres histoires de parapente...



Comments

Egalité

*Hamon "favorable" à une initiation à l'informatique en primaire

Une bonne (?) intention qui cache un (petit) cadeau aux collectivités territoriales ?
Cette initiation à l'informatique pourrait être laissée à la charge des collectivités locales dans le cadre de la réforme des rythmes...source


* Que feriez-vous avec 46 milliards d'euros à dépenser ?

C’est la question que pose l’Observatoire des inégalités :
Le gouvernement a décidé de baisser les cotisations des entreprises et les impôts des ménages pour un montant de 46 milliards d'euros par an à partir de 2017.

Cette somme aurait pu permettre de moderniser l'action publique : créer des places de crèche, des commissariats de quartier, des logements sociaux, ou encore par exemple un minimum social pour les jeunes. Avec un impact considérable dans la population.


L’Observatoire des inégalités lance son évaluateur des dépenses publiques qui permet à chaque citoyen d’évaluer le coût de mesures essentielles pour notre pays.



* Ecole à domicile, niches fiscales  et petits arrangements entre amis...

Pour qui sait s'y prendre, l'enseignement à domicile peut donner lieu à de confortables déductions fiscales, à condition de recourir à un salarié: en effet, nous explique Le Monde, "cet avantage fiscal équivaut à 50 % des dépenses dans la limite de 12 000 euros plus 1 500 euros par enfant à charge avec un plafond de 15 000 euros. Ce seuil est porté à 18 000 euros lorsque vous devenez employeur pour la première fois." (source)

En somme, le système n'est pas forcément plus cher (pour les finances des parents) que certaines écoles privées... Des niches fiscales que Belghoul et ses affidés pourraient bien être tentés de mettre à profit à la rentrée prochaine, puisque l'on sait maintenant que son organisation
JRE rebaptisée FAPEC cherche à promouvoir aussi bien des écoles hors contrat que la solution de "l'école à la maison"...


* La FAPEC, cheval de Troie de l'école hors contrat

C'est avec le gratin de l'extrême droite catho intégriste (à qui elle fait maintenant de la lèche en toutes occasions) que Farida Belghoul a organisé les premières assises de sa FAPEC, Fédération autonome de Parents d'Elèves Courageux: il faut "sauver la France, dit-elle, et restaurer cette france chrétienne dont nous avons besoin".

Pour cela, elle a en effet mis en place la FAPEC, "une fédération qui pourra prendre en charge... les problèmes qui (selon elle) se posent aux parents au sein de l'école". (Sur la création de la FAPEC, voir ce que le
Mammouth disait ici)

Et  Alain Escada, qui dirige
l'institut intégriste Civitas, de préciser le but de l'opération: "ce qui est intéressant dans la démarche qui est proposée, ... c'est, à travers la fédération autonome de parents que veut mettre en place Farida Belghoul, d'avoir l'ambition d'encourager de plus en plus de parents à choisir soit l'instruction à domicile soit les écoles hors contrat."
Au moins, les choses sont dites clairement: cette fédération est conçue comme devant être dans les écoles publiques le cheval de Troie des écoles hors contrat !

Si la grande prêtresse de ces écoles, Anne Coffinier, n'avait pas fait le déplacement, (Sur la proximité de Coffinier avec les idées de Belghoul, voir:
http://www.le-mammouth-dechaine.fr/Ndj/files/11c62586eef5b49e6f1642c59a3fc7cc-1012.html et http://www.le-mammouth-dechaine.fr/Ndj/files/2f3fc1ddff0b88785664c91c084a2b09-1013.html) , en revanche , Rémy Daillet, qui entretient avec Coffinier, dit-il, des échanges épistolaires "d'une belle dimension"(voir ici) et qui tente de fédérer des partisans de l'instruction à domicile à travers son  site "l'école à la maison", a pris quant à lui une part active à ces assises. Rien d'étonnant à cela: ce catho intégriste père de sept enfants qui se veut modéré et centriste (il a milité un temps au MODEM) ne pouvait qu'être séduit par le slogan de Belghoul, "vaincre ou mourir", puisqu'au plus fort des manifestations de La Manif pour Tous, il déclarait enthousiaste dans la presse d'extrême droite:
"S’ il faut mourir sous les coups d’ une matraque, je serai le premier[...] Investissons l’ Élysée par milliers!"
http://www.midiassurancesconseils.com/Lepilori2013-04.htm


*Les néo-fascistes italiens veulent interdire des livres dans les écoles

Les néo-fascistes italiens copient sur la mouvance Belghoul, Bourges, La Rochère en voulant interdire des livres dans les écoles selon actualitte.com
Le phénomène pourrait d'ailleurs prendre de l'ampleur... si les pays européens décidaient de suivre l'exemple des  USA où, selon la même source
(lien), "le nombre de censures observées a considérablement augmenté au sein des établissements scolaires. Sont particulièrement visés les ouvrages traitant de la sexualité ou des ethnies, mais, en règle générale, tout ouvrage faisait apparaître, ou rédigé par un membre d'une minorité a des chances de rapidement disparaître."

"Globalement, les raisons invoquées pour bannir les livres tiennent à
un conservatisme à tout crin, et à une volonté de protéger des traditions : Le Premier qui pleure a perdu, The Absolutely True Diary of a Part-Time Indian en VO, a été qualifié d'« anti-chrétien », tandis qu'une mère a dénoncé le caractère pornographique du Journal d'Anne Frank"...

Protéger les enfants en leur interdisant de lire est une idée assez naturelle dans les milieux conservateurs, en particulier dans les milieux religieux conservateurs où l'on considère par exemple qu'un seul paragraphe sur 230 pages doit permettre de censurer  un livre pour son contenu sexuel: ils reprochent ainsi cette phrase odieuse au roman Le Premier qui pleure a perdu / The Absolutely True Diary of a Part-Time Indian:

« Si Dieu ne voulait pas que nous ne nous masturbions, eh bien, Dieu ne nous aurait pas donné de pouce. »

Que font donc Belghoul, Bourges et La Rochère pour qu'un tel livre ne soit pas déjà interdit dans nos bibliothèques publiques ?
On se le demande...

Comments