Etranges étrangers...

* « Eventuelles évolutions du lycée » (IGEN)

Il faut toujours lire les rapports des IG, surtout quant il s’agit des philosophes. En voilà qui publient un rapport qui émet des préconisations quant à la future réforme (encore une) du lycée.

Extraits de la conclusion. On vous laisse comprendre et envisager ce que pourrait être la généralisation de certaines « préconisations » :

philo

La totalité du rapport est là.

Le Lycée Peillon ne sera pas très loin de ce que devait être le lycée Darcos, finalement...


* Lobbying catho au ministère contre les enseignants étrangers dans les écoles privées.

Si, grand Dieu, on ne trouvera pas de trace d’une telle interdiction, le lobby catho s’attque en revanche aux étudiants étrangers qui pourraient passer les concours du privé :

Mediapart, 23 septembre 2013 / sauvons l’université : Un décret retire la possibilité aux étudiants étrangers de se présenter aux concours de l’enseignement privé. Simple ajustement technique pour le ministère. Mais certains n’hésitent pas à parler de xénophobie latente dans l’enseignement catholique privé.

Extraits:
"Pour des membres du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) contactés par Mediapart, cette modification des conditions d’accès aux concours du privé serait en fait le résultat d’un lobbying de l’enseignement catholique. « Les responsables de l'enseignement catholique disent qu’ils ne veulent pas de problèmes avec ces histoires de papiers – alors qu’il n’y a eu à ma connaissance qu’un cas l’an dernier où une enseignante a tardé à recevoir ses papiers et n’était pas en règle le jour de la rentrée », rapporte Michèle Dupré, représentant la CGT au CSE et qui, avec Sud, a voté contre le texte. L’enseignante d’origine algérienne, après une mobilisation locale, a fini par recevoir son titre de séjour et tout est rentré dans l’ordre. Serait-ce pour un cas comme celui-là que le ministère a voulu modifier les règles de recrutement dans le privé ?
[...]
Enfin, si l’enseignement privé ne voulait plus d’incertitude administrative avec ces candidats étrangers – le fait d’avoir réussi un concours en France n’ouvrant pas automatiquement droit à une régulation –, rien
de l’empêchait de militer pour un traitement plus favorable de l’administration pour ces lauréats. Ce qui n’a, semble-t-il, effleuré personne… Pour Michèle Dupré, élue CGT, c’est que la raison de cette revendication est en fait bien moins avouable. « L’enseignement catholique ne veut pas de candidats étrangers », assure-t-elle. Un arrière-plan xénophobe, pour répondre à une demande tacite des familles, n’étant peut-être pas étranger à cette mesure... Contrairement à ce qu'ont pu nous dire des responsables de l'enseignement catholique, le ministère de l'Intérieur n'était en rien demandeur d'un tel changement ;et n'a même pas été, selon nos informations, consulté.
[...]
La sous-direction de l’enseignement privé au sein du ministère, qu’on dit très proche du SGEC (secrétariat général de l'enseignement catholique), aurait ainsi trouvé une parade technique pour définitivement écarter ces étudiants « générateurs de difficultés lourdes ». Rien de politique là-dedans, évidemment."


* Roms s'accrochant aux cartables des élèves ? Comme le Rectorat, la police dément...

Vols, Violences et agressions à la sortie des écoles (dixit Dati) ?

Selon
Le Monde, "ni le ministère de l'intérieur, ni celui de l'éducation, ni le rectorat de Paris ne recensent de recrudescence de tels actes à Paris. De source policière, on assure qu'il n'y a "aucune recrudescence des phénomènes d'agression aux abords des établissements scolaires. Peut-être que Mme Dati a eu connaissance d'un cas isolé..."

Quant à Valls, il fait bien mieux que son prédécesseur, mais pour le pire. Voir dans Le Monde, toujours...

Le_peril_Rom
Comments

Partage des richesses

* Les salaires ne sont pas gelés pour tout le monde dans l’EN :

L’expresso a traqué sur le JO la nouvelle prime aux résultat attribuée aux aux Dasen, Dasen adjoints, secrétaires généraux d'académie, directeurs de l'académie de Paris et au directeur du service interacadémique des examens et concours.

Et celle-ci augmente de 20 %. Soit au moins 4200 € en plus (de la paie) pour un DASEN.

Et pour quels résultats ? Ça c’est pas dit...

Sinon vous ça va ? Votre banquier ?


* Vacances d’été. Réduction : non, mais oui.

Comment ne pas effaroucher ?

Vincent Peillon confirme sa volonté de raccourcir les vacances de 2 semaines car cela a "donné lieu à consensus" (source). « Vincent Peillon a confirmé mercredi à l'AFP l'ouverture en 2015 de discussions sur ce sujet, réfutant tout renoncement à aborder la question avant 2017." [...]
"Ce qui avait
donné lieu à consensus autrefois - ce n'est pas ma position [dit Vincent Peillon], c'est celle des parlementaires, c'est celle du précédent ministère- c'était qu'il fallait revoir l'année, la semaine et la journée. Ils ont donné suite à la consultation sur les rythmes scolaires, une orientation, c'était cinq heures, c'était 4,5 jours, c'était 38 semaines. Que chacun soit cohérent par rapport à lui-même. Si c'est dans ce sens que tout le monde était d'accord il y a quelques années, c'est dans ce sens qu'il faut avancer."

Mais "tout le monde" est tellement "d'accord" que l'accord reste cependant bien incertain d'après Metronews qui rappelle que selon une enquête IFOP, Vincent Peillon ne pouvait en mars dernier compter que sur une courte majorité de Français favorable à une réduction des vacances d'été.

"
Précisément 36% des sondés s'y sont dits "plutôt favorables" et 17% le sont "tout à fait". A l'inverse 47% des personnes interrogées ne veulent pas d'une telle réforme, dont 19% qui y sont très opposées." source

La question n'a donc pas fini de diviser et, les élèves du secondaire y étant massivement opposés, il n'est pas certain du tout qu'un raccourcissement des vacances d'été passe comme une lettre à la poste et puisse se mettre en place sans mettre au moins les lycéens dans la rue... Vincent Peillon devra se montrer très persuasif... d’autant plus que :


Pendant ce temps là , les professionnels du tourisme piaillent d'impatience source
Extrait:
VACANCES : Les professionnels du tourisme ont réclamé hier l'ouverture « le plus rapidement possible » de discussions sur les rythmes scolaires, avant 2015, date fixée par le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon...
« Attendre 2015 pour entamer les discussions, c'est beaucoup trop tard »


*Montaigu (85). Des parents « vendent » sur internet une classe fermée

C’ets Ouest-France qui nous donne l’info (source) et l’annonce (avec photo) toujours en ligne aujourd'hui ici:
http://www.paruvendu.fr/annonces/enfants-bebes/salle-de-classe-avec-mobilier-montaigu-85600/1186526890A1KBEBMO000#

"Suite à une fermeture de classe à l'école maternelle Jules Verne de MONTAIGU ( fermeture annoncée après 2 jours d'école, l'éducation nationale ayant refusé de compter tous les élèves ) et puisque l'argent prime sur les bonnes conditions d'enseignement, la classe de Petites Sections est mise en vente ( bureaux, chaises, tableaux, crayons, livres... sauf la maîtresse ! )
Pour le prix, merci de vous adresser directement au Directeur Académique de la Vendée. "


ouf, la maitresse n’est pas à vendre...

* L’UMP prend en otage l’école...

et poursuit sa dérive droitière

Renforcer le sentiment d'insécurité autour des écoles ? C'est (entre autres bonnes idées) une des stratégies de l'UMP pour les municipales dans le but de rallier une partie de l'électorat FN!
Et comme tous les chemins mènent aux Roms...

Le Monde rapporte ainsi que des tenors de l'UMP n'hésitent pas à stigmatiser les Roms et à instrumentaliser l'école pour inquiéter les électeurs.

"
Version Copé, les musulmans arrachaient des pains au chocolat de la bouche des mauvais pratiquants pendant le ramadan, version Dati, les Roms "s'accrochent au cartable" des écoliers. "

"
Il y a un véritable harcèlement à la sortie des écoles auprès des enfants. Allez voir. J'assume complètement qu'il faut les faire partir", a renchéri la maire du 7e arrondissement.

Et NKM croit devoir en rajouter en assimilant "
les bandes de Roms" aux "filières du grand banditisme"...

Des filières du grand banditisme s'attaquant aux enfants à la sortie des écoles pour les dépouiller ! ça fait peur, non ?


bohémiens voleurs d'enfants

* Camaraderie : les journalistes de nos grands quotidiens nationaux ont la mémoire (très) courte.

Haro sur la réforme des rythmes scolaires : chronique d’une amnésie médiatique (Acrimed)

ou comment on dénigre (les syndicats enseignants) avant de dire se contredire et de constater qu’ils avaient raison. A lire là.

Comments

Des problèmes ?

* Greve dans le 93 jeudi.

AFP - Des syn­di­cats d'enseignants appellent à la grève jeudi dans les écoles, col­lèges et lycées de Seine-Saint-Denis et à une mani­fes­ta­tion à Paris, récla­mant "un sys­tème éduca­tif de qua­lité", a-t-on appris lundi.
Parmi les reven­di­ca­tions de la FSU, prin­ci­pale fédé­ra­tion syn­di­cale de l'éducation, de la CGT et de SUD figurent notam­ment "l'obtention de rem­pla­çants en nombre suf­fi­sant, des classes moins sur­char­gées et davan­tage de for­ma­tions aux très nom­breux contrac­tuels embau­chés", indiquent ces trois syn­di­cats dans un com­mu­ni­qué commun.
Une mani­fes­ta­tion par­tira jeudi matin de la place Saint-Michel à Paris (10H30) pour rejoindre le minis­tère de l'Éducation nationale.



* Grévistes = preneurs d'otages...

Si la situation est très différente d'un pays à l'autre, en revanche la rhétorique ultralibérale reste la même (et cela devient lassant à la fin)

Les enseignants grecs viennent ainsi de se faire accuser de prendre élèves et école en otage. C'est le reproche que leur fait le vice-ministre de l’Éducation Simeon Kezikoglou qui trouve vraiment très exagéré de protester par la grève (surtout illimitée) contre les mutations forcées, les disponibilités et licenciements obligatoires!

Voir par exemple à ce sujet:
http://www.liberation.fr/monde/2013/09/16/grece-les-enseignants-donnent-le-coup-d-envoi-d-une-serie-de-greves_932274
ou
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/09/16/les-fonctionnaires-grecs-en-greve-contre-le-plan-de-mutations-et-de-licenciements_3478193_3214.html

Il est prévu d'ici la fin de l'année de licencier 4 000 fonctionnaires et d'en
mettre 25 000 en disponibilité, dont 12 500 dès septembre. 11000 licenciements sont programmés d'ici la fin 2015.


* L’UMP, ne pas l’oublier...

Selon Claude Le lièvre : "C'est le tournant pris par la convention de l'UMP sur l'Ecole qui vient de se tenir . Cette radicalisation est emblématique de l'air du temps qui domine à droite actuellement, une atmosphère des plus douteuses.[...]

Ultralibéralisme
[...]le texte du projet de l'UMP préconise le « chèque éducation » comme base du financement de l'école.

Les
établissements n'auraient plus de budgets pré établis et ne disposeraient de ressources qu'en fonction du nombre d'élèves inscrits (la concurrence sans merci entre établissements étant désormais à la base du nouveau système scolaire). Ce nouveau projet de l'UMP préconise dans la foulée des "écoles à charte", c'est à dire des écoles publiques disposant d'une large autonomie pour le recrutement des élèves et les programmes, les chefs d'établissement ayant la responsabilité du recrutement des enseignants.[...]

Réactionnaire :
On se contentera de pointer à ce sujet l'une des mesures préconisées par le texte du projet de l'UMP (ou par nombre de participants à la Convention), à savoir le retour d'un examen pour l'entrée en sixième[...]"


Et évidemment toujours plus de flexibilité, tant pour les élèves que les pour les profs:

Pour les élèves, le système serait encore plus inégalitaire comme le montrent les écrits  de Diane Ravitch qui s'est attachée à démonter le
mythe du succès des écoles à charte; cette ex sous-ministre de l'éducation du gouvernement Bush parle en connaissance de cause puisque c'est précisément elle qui avait mis en place ce système aux USA ... le gain serait, pour les élèves, fort illusoire puisque "l’évaluation la plus complète menée à ce jour [aux USA] concernant les écoles à charte a démontré que 17% d’entre elles affichaient des résultats supérieurs à ceux des écoles publiques, 37% des résultats inférieurs à celles-ci et dans 46% des cas, les résultats scolaires des écoles à charte et des écoles publiques s’équivalaient". source

Précisons aussi qu'en ce qui concerne les enseignants, c'en serait évidemment
fini du statut de 1950: avec le recrutement par les chefs d'établissement, il s'agirait de mettre en place un statut qui ressemble furieusement à celui de fonctionnaire territorial, statut où, rappelons-le,  le fonctionnaire perd le bénéfice de son concours (ou doit le repasser) en cas de période de chômage ou d'inactivité de trois ans, période au bout de laquelle le fonctionnaire territorial est radié des listes d’aptitude...


* Guaino limite.

Henri Guaino qui, sous le sarkozyisme triomphant, n'hésitait pas  à fustiger les enseignants « dont la nation a payé les études, dont la nation paie le salaire » a découvert les affres de la misère avec son élection à la chambre: son salaire mensuel, en effet, n'est que de 5.200 euros net, et il s'en plaint amèrement. source et source

Indécence...


* L’école est comme un grand marché.

Pour ceux qui ne l’aurait pas vu sur Médiapart, c’ets la sur Sauvons l’Université.
L’essai, Les marchés scolaires, sociologie d’une politique publique d’éducation, analyse les mises en concurrence au sein de l’école. En France, ce marché est officieux et particulièrement inégalitaire, détaille l’une des auteurs.

Agnès van Zanten: «L'école est comme un grand... par Mediapart
Comments

Grêverie du jour

* Retraites : ça va négocier...

Alors que les
déclarations de la CGT sont on ne peut plus discrètes, on s’attendait à mieux comme discours syndical de la part de JC Mailly, leader de FO (voir là). Et on ne vous parle même pas de la CFDT ou de l’UNSA...

On y entend : négociations, progrès du texte, « mécanisme qui va dans le bon sens », « le gouvernement tient compte des demandes syndicales », le « gouvernement recule »... avec une dose d’anticapitalisme de circonstance.

On nous brouille l’écoute !

Bref, c’est bien comme un volcan, quand l’éruption est passée, elle est passée. Faudrait pas non plus entretenir l’éruption sociale...

Finalement on va se remettre à lire les gauchistes de Libé si cela continue :

libé

* Laicité et foutage de gueule :

Un doctorant privé de son contrat d’enseignement après avoir réagi violemment à des attaques racistes

SUDouest et 20 minutes.fr -Victime de racisme, Alioune Gueye aurait-il subi une double peine? C’est ce que prétend cet enseignant chercheur sénégalais qui préparait sa thèse et assurait des travaux dirigés (TD) à la faculté de droit public de La Rochelle.
Colère
«Il a reçu, le 14 novembre dernier, un mail d’un étudiant vexé de s’être vu refuser la correction d’une copie de plus de 4 pages, limite imposée par le professeur responsable du cours. ‘Je doute fort qu’un Africain puisse faire de tels corrigés’, écrit au passage l’étudiant de 22 ans dans un texte particulièrement long et agressif», rapporte Sud Ouest dans son édition de lundi.
Le jeune homme aurait «aussitôt transféré ce mail à sa hiérarchie» et répondu à l’étudiant avant de recevoir deux jours plus tard de nouveaux messages racistes.
Mais la réaction du doyen de la fac n’a pas été celle qu’il attendait: on lui a reproché la teneur de sa réponse qui contenait des intimidations  Interrogé par Sud Ouest, l’intéressé reconnait  avoir écrit sous le coup de la colère: «Ce problème nous le réglerons quand vous voudrez en dehors de la fac (vous et moi quand nous nous retrouverons seuls dans un endroit).»
Au final, l’étudiant injurieux a été changé de TD, sans aucune sanction. Interviewé par Sud Ouest, le président de l’université  explique que la procédure contre lui a été stoppée « pour protéger M. Gueye. Si nous traduisions l’étudiant devant un conseil de discipline, M. Gueye aurait aussi été sanctionné pour ses menaces. L’étudiant nous menaçait d’aller au pénal. Nous avons préféré régler les choses à l’amiable. »
Autre façon de dire « étouffer une affaire ».

* Mauvaise humeur et vent de fronde en Aveyron : les maires sous tutelle des Directeurs Académiques ?

Selon La Dépêche :

"En Aveyron, seules vingt-neuf communes, sur les 229 du département qui comptent une école, ont décidé d’appliquer les nouveaux rythmes scolaires voulus par le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon. Les deux cents autres collectivités ont préféré bénéficier du délai accordé par le ministère et profiter des douze prochains mois pour peaufiner leur projet.
Un récent courrier que leur a adressé le directeur académique des services de l’Éducation nationale (DASEN) a fortement chamboulé leur plan. Christian Patoz demande, en effet aux maires et présidents de communautés de communes de transmettre, avant la fin du mois en cours, leur projet d’organisation du temps scolaire.

«Un tel délai est déraisonnable», tonne Jean-Louis Grimal, le président de l’association départementale des maires de l’Aveyron (ADM 12), qui, hier après-midi, a convoqué ses adhérents à une réunion d’information sur le sujet. «La question des activités péri éducatives est cruciale car je suis convaincu que nous devons élaborer un projet éducatif territorial sur des valeurs, et non pas en empilant des activités pour occuper les enfants. Car même si cela va coûter cher pour des communes comme les nôtres (150 à 200 € par enfant et par an, N.D.L.R.), les maires que nous sommes sont prêts à faire des efforts pour les enfants. Ce PEDT ne peut donc être élaboré à la va-vite», a lancé le premier magistrat de Curan.

D’autant qu’un rappel de la loi a permis aux maires présents de se rappeler que les communes n’ont aucune obligation d’organiser des activités péri éducatives. Les communes peuvent donc continuer à mettre en place une garderie, voire fermer l’école à la fin des heures d’enseignement ! En clair, elles ont le choix. Leur seule obligation est d’ouvrir leur école pendant vingt-quatre heures réparties sur neuf demi-journées, dont celle du mercredi matin.


* Dérives cathos dans certains internats scolaires

Selon les dispositions de l'article L 442-1 du code de l'enseignement, un établissement lié par un contrat d'association avec l'Etat doit donner son enseignement dans le respect total de la liberté de conscience qui est un principe constitutionnel et doit accepter tous les enfants sans distinction d'origine, d'opinion ou de croyances.

De cela, il ressort que même en se référant à son caractère propre,
un établissement d'enseignement sous contrat ne saurait imposer la présence, même passive, à une activité à caractère religieux.

Or dans les faits, ces dispositions ne sont pas toujours bien respectées, comme le montrent les modalités pratiques d'organisation de certaines activités religieuses, telle la prière matinale (ou vespérale) "proposée" aux élèves: ainsi, le couloir, qui est un lieu de passage obligé, peut-il judicieusement être transformé en oratoire car il permet le matin de cueillir les enfants dès la sortie du lit... Mais il est vrai qu'un petit athée ou un petit musulman , (s'il s'en trouve dans l'école..), peut parfaitement faire acte de volonté pour ne pas assister à ladite prière et rester tout seul dans la chambre par exemple (pas dans le noir tout de même, on espère!) ...

Et puis après tout, les établissements cathos concernés n'y peuvent rien si tous leurs pensionnaires sont volontaires pour assister à la prière.
Il s'agit d'un pur hasard !

Captures d'écran (prières au lever du lit dans un couloir-oratoire):
http://www.lesperance-vendee.com/photos-college.html
couloir-oratoire
Comments

Ecoles de commerce

* Privatiser L’Ecole ? Vous n’y songez pas (ou si peu)...

Et ce n’est pas nous (affreux gauchistes) qui le prétendons, mais c’est Louise Tourret (productrice à France Culture) qui dit (sur slate.fr) que certains en France y réfléchissent sérieusement. Et mettent en pratique en toute discrétion. Et derrière, l’accord AGCS...

Privatiser l'école en France? Pas tout à fait une fiction
Personne en France, à la différence de l'Angleterre, n'imagine que l'Etat ne finance plus l'éducation nationale. Et pourtant, en France, les sources de financement privé aident de plus en plus à financer l’école publique.
Lire la suite.


* Vive le privé !

AFP
Baisse de rémunération, ou la porte, pour 35 profs de langue de Bordeaux
Les 35 pro­fes­seurs de langue d'une école de mana­ge­ment bor­de­laise, par­fois en place depuis 17 ans, se retrouvent, à quelques jours de la ren­trée, à devoir choi­sir entre une forte baisse de rému­né­ra­tion, et la porte, ont-ils annoncé ven­dredi à l'AFP.

La situa­tion est due au chan­ge­ment de sta­tut de l'école BEM, qui a fusionné avec la mar­seillaise Euromed Management pour deve­nir en juillet KEDGE Business School. BEM appar­te­nait à la Chambre de com­merce et d'industrie (CCI) de Bordeaux, et les pro­fes­seurs béné­fi­ciaient du droit social consu­laire, per­met­tant l'enchaînement de contrats de vaca­tion successifs.
KEDGE étant de droit privé, "l'Urssaf nous a dit que cet enchaî­ne­ment de CDD était impos­sible", a expli­qué à l'AFP Bernard Belletante, le direc­teur géné­ral de l'école.

La situa­tion a pu être réglée dif­fé­rem­ment dans d'autres matières. Mais, explique le res­pon­sable, "pour les langues, vu notam­ment le volume finan­cier repré­senté, l'Urssaf a exigé un appel d'offres", rem­porté par deux orga­nismes bor­de­lais, l'Instituto Cervantes pour l'espagnol, et le CEL pour les autres langues.
Ces orga­nismes ont contacté en prio­rité les pro­fes­seurs de BEM, mais, selon ceux-ci, "dans des condi­tions indé­centes et inac­cep­tables en termes de salaire, avec une baisse de 40 à 50%, et des condi­tions de tra­vail dégradées".

voila voila...

* L’Ecole n’est pas un centre commercial : journée STOP PUB à l’Ecole : le 27 septembre.

Tout est là.

Un peu plus chaque jour, sous des formes diverses, la publicité commerciale s’insinue dans les écoles...
Pourtant, les enfants sont un public fragile et influençable qu’il faut protéger. Pourtant, l’école cherche à former de futurs citoyens et non de futurs consommateurs.

Acceptons-nous que l’école devienne une nouvelle cible pour les publicitaires, alors que la société de consommation a déjà beaucoup d’autres moyens de s’étendre ? Voulons-nous que, par conséquent, l’enseignement soit progressivement teinté d’intérêts commerciaux ? De l’autre côté de l’Atlantique, des enfants apprennent déjà à lire en regardant des publicités sur écran...


*Hausse de l'impôt sur le revenu pour les familles ayant des enfants étudiants

Selon un article du Monde, reprenant le quotidien économique Les Echos, "le gouvernement va supprimer deux niches fiscales bénéficiant aux familles ayant des enfants scolarisés dans le secondaire et dans le supérieur. Une mesure qui devrait permettre de faire quelque 440 millions d'euros d'économie sur le budget 2014.
La niche fiscale visée permet aux familles ayant des enfants scolarisés de bénéficier de réductions d'impôts appréciables :
61 euros par enfant au collège, 153 euros par enfant au lycée et 183 euros par enfant étudiant dans l'enseignement supérieur.

Après avoir annoncé en juin la suppression de la niche concernant les enfants scolarisés dans le secondaire – permettant une économie de 235 millions d'euros –,
l'exécutif aurait décidé, à la faveur de l'été, d'élargir la mesure aux étudiants du supérieur. Près d'1,15 millions de ménage bénéficient de cette dernière niche, dont la suppression devrait faire économiser 210 millions supplémentaires à l'Etat."

Mais pendant ce temps, la scandaleuse niche fiscale qui concerne les dons aux associations 1901 gérant des écoles privées hors contrat continue à fonctionner...

* Grand concours !

Aidons le ministère de l’Éducation Nationale à faire le ménage sur son site en débusquant les fiches parasites qui ne devraient pas avoir leur place dans son annuaire des établissements scolaires !

Ci-dessous, la fiche du cours Saint-Jean Bosco implanté à Bessay-sur-Allier.
Cette
école catholique hors contrat a été fondée en décembre 2007 par un groupe de parents qui rejettent aussi bien les méthodes pédagogiques et éducatives des écoles catholiques sous contrat que celles des écoles publiques.

Copie d'écran:
http://www.education.gouv.fr/annuaire/03-allier/bessay-sur-allier/etab/ecole-elementaire-privee-saint-jean-bosco.html
Saint-Jean-Bosco


* Pirater la République : "il faut ruser!", dit un chef d'établissement d’une École intégriste sous contrat.

A la décharge du ministère de l’Éducation Nationale qui a parfois un peu trop tendance à faire  de la pub pour des écoles privées intégristes (hors contrat) sur son site officiel, il faut admettre que la différence entre école intégriste hors contrat et école intégriste sous contrat est parfois fort mince...

Ainsi, selon le journal nantais
lalettrealulu.com, l’école privée sous contrat l'Espérance-Bourdevaire, située en Vendée à Sainte- Cécile (85 110 ), aurait suscité des soupçons d'intégrisme dès sa fondation par Yann de Cacqueray à la fin des années 1990.

Et pour cause, selon ce site,
le "programme" de cette "boîte à bac" réservée aux garçons était plutôt "chargé":
"catéchisme chaque semaine, prière matin et soir, messe plusieurs fois par semaine, obligatoire, en latin, selon le rite de saint Pie V, mais parfois en français, ou selon le rite maronite des chrétiens libanais, pour montrer la diversité des catholiques, précise Yann de Cacqueray.
Sont aussi prévus un
"accès régulier" à la confession, des retraites dans les monastères ou les communautés religieuses, des pèlerinagesUne école intégriste ? "Ce n’est pas le but. Ça peut le laisser penser, lâche Yann de Cacqueray, mais on ne peut pas empêcher les gens de penser..."

Certes, et d'ailleurs
l'évêque local faisait aussi partie des gens qui pensent puisqu'il avait alors refusé que cet établissement relève de la tutelle diocésaine et de la direction de l’enseignement catholique de Vendée, un responsable de l’évêché ajoutant: "Là, c’est du privé-privé!"

"Privé-privé" qui est pourtant devenu depuis privé sous contrat...
Et même, privé-laïque sous contrat ! (Si, si!)

En effet, dépendant désormais de la Fraternité Saint-Pierre qui en assurait déjà l’aumônerie du temps de Caqueray, ce Lycée d'enseignement général privé est membre de l'AREPLAE, Association Régionale des Etablissements Privés Laïcs sous contrat avec l'Etat, qui fédère 11 établissements privés non confessionnels dans la Région des Pays de la Loire ...
voir là.

D'ailleurs, pour juger de l'évolution  de cet établissement et de son caractère parfaitement non confessionnel, il suffit de consulter son site officiel:
http://www.lesperance-vendee.com/spiritualite-college.html

Culture religieuse dispensée dans toutes les classes une heure par semaine de façon obligatoire, prière proposée matin et soir, Sainte Messe proposée chaque jour, possibilité de se confesser, chapelle à la disposition des élèves...

Quant à l'enseignement qui est dispensé dans cette école, laissons la parole à son actuel directeur,  l’abbé Guillaume Loddé, qui a pris la succession de Cacqueray en 2011:
source "L’avantage de cette école est d’être sous contrat avec l’État. Les professeurs sont donc payés par la République française, ce qui évite aux familles de se ruiner. La limite de ce système est que nous ne sommes pas totalement libres dans le choix des professeurs et des programmes. Il faut donc ruser. Les postes clés sont néanmoins assurés par des personnes de confiance (histoire, français, biologie). Nous sommes parfois obligés d’enseigner des contre-vérités : à nous de rectifier. De toutes façons, un jour ou l’autre ils entendront des idées contraires aux leurs : autant que ce soit des gens bien informés qui leur expliquent et leur disent tout de suite le danger de certaines idéologies.
Mon rôle de directeur sera de coordonner l’ensemble de l’établissement.
Il me faudra veiller au contenu de l’enseignement, encourager les professeurs. Une part importante de mon activité sera de voir à l’entretien des bâtiments et des 8 hectares de terrain. Mais l’essentiel sera de m’occuper des enfants, d’en faire de bons pères de famille et des futurs prêtres
."


* Il n’y a pas que les catho dans la vie : les musulmans les valent aussi largement...

C’est en Indonésie que cela se passe :
Source : Femmes en résistance.

Un test de virginité pour obtenir son diplôme ?

INDONÉSIE / Muhammad Rasyid, responsable éducatif du district de Prabumulih, à Sumatra attend l’aval du Parlement indonésien pour mettre son projet à l’œuvre. Dans le but de “protéger les enfants de la prostitution et du libertinage”, Rasyid souhaite soumettre les jeunes filles de 16 à 19 ans à un test de virginité annuel jusqu’à l’obtention de leur diplôme. “C’est pour leur bien, chaque femme a le droit à la virginité” a déclaré le chef de l’éducation, faisant référence à la forte augmentation (+ 37 %) des grossesses non désirées chez les filles âgées de 15 à 19 ans.
Comments

Le poids des chiffres et le choc des photos

La lettre d’un suicidé de l’Education nationale. Elle est là (p. 2 à 4).

* Mauvaise tenue (de rentrée).

On ne peut pas dire que le gouvernement fasse vraiment attention à son image pour célébrer la rentrée des classes. La preuve en images (justement).

- voici une image prise lors de la visite de Hollande à l’école de Denain. Il a l’air très satisfait... Elle est publiée dans Libé. Il s’agit d’une photo de l’AFP qui a très vite été retirée par ladite AFP, nous signale le site arrêt sur image...

Hollande à Denain

- Question image, il ne sera pas dit que Peillon reste en retrait. La preuve encore, cette photo prise lors de sa visite de rentrée dans une école de Roubaix et publiée ici).
Sourire de Peillon

- Quant au premier ministre, en visite dans un lycée du Loiret avec, Vincent Peillon et George
Pau-Langevin, il a quelque peu oublié l'intitulé du portefeuille de sa ministre :



Le trou de mémoire de Jean-Marc Ayrault - 2/09 par BFMTV

Décidément, quand ça veut pas ça veut pas...


* Gonflé : le vrai faux nombre d’admissibles aux concours de professeur cette année.

Le SNES s’est penché sur les chiffres et le tour de passe-passe de l’inscription double aux concours 2013 et 2014.

En effet, Les résultats des admissibilités aux concours 2014 officiellement affichés sur publinet et sur le site du ministère semblent très positifs, comme le met en avant le ministre. Mais, si l’on compare les listes nominatives des admissibles aux concours anticipés 2014 avec celles des admis aux concours 2013, Il s’avère que le nombre d’admissibles :

• au CAPES 2014 anticipé (sous réserve d’homonymie) est de
7548 pour 7414 postes et non 10448 comme affichés officiellement.
• au CAPET 2014 anticipé (sous réserve d’homonymie) est de
508 pour 541 postes ouverts et non 558 comme affichés officiellement.

Ainsi, en lettres classiques, lettres modernes, histoire-géographie, Mathématiques, STMS, biotechnologie option santé, Economie-Gestion option Comptabilité Finances, Arts appliqués option Design, sciences industrielles de l’ingénieur option architecture et option énergie,
il y a d’ores et déjà des postes perdus puisque moins d’admissibles que de postes.

La forte hausse des présents est donc due en partie à l’inscription aux concours 2014 anticipé des candidats déjà inscrits aux concours 2013. Ces chiffres ne peuvent donc être analysés pour déterminer si les concours sont de nouveaux attractifs.

Le même problème risque de se reproduire avec les nouveaux concours 2014 dont les inscriptions commencent le 11 septembre 2013 puisque tous les admissibles aux concours 2014 anticipés vont s’inscrire également à ces nouveaux concours, ce qui gonflera une fois de plus le nombre de prés
ents !

Voilà de quoi douter de « l’attrait retrouvé pour le métier d’enseignant » (Le Monde).


* Prochaine réforme du statut de 1950 : voulue par tous ?

C’est ce qu’en dit Peillon. On n’est pas obligé de le croire...

Jean-Marc Ayrault lui ayant volé la vedette en donnant lui-même le coup d’envoi de la pré-rentrée scolaire au lycée professionnel de Saint-Jean-de-Braye, Vincent Peillon, nous rapporte Le Monde, "a choisi de s’adresser aux "profs" par le canal du Café pédagogique.

Lundi 2 septembre, jour de pré-rentrée, il accorde un long entretien à François Jarraud et  profite de ce média très apprécié des enseignants pour aller plus loin que lors de la conférence de rentrée du 29 août.
Pour « approfondir la relation de confiance avec les enseignants », Vincent Peillon précise qu’il les consultera « notamment, sur les programmes et sur l'éducation prioritaire. Je ne veux pas de réforme qui vienne d'en haut », ajoute-t-il.

Interrogé sur la nécessité de bouger le statut de 1950, qui définit le métier par un nombre d’heures devant élèves, le ministre estime qu’aujourd’hui, « contrairement à une idée reçue, les professeurs le souhaitent »...

C’estsûr si on résume les professeurs au SE UNSA et SGEN CFDT...


* Pub de l’Educ nat pour les écoles privées hors contrat

Non, les intégristes cathos n'ont pas piraté le site du ministère de l’Éducation Nationale pour faire la promotion de leurs écoles: le site de l'Éduc Nat est  capable de s'autopirater tout seul pour faire de la pub aux écoles privées hors contrat, comme on peut le voir sur cette capture d'écran, à propos de l'école intégriste Notre-Dame de la bonne espérance, école fermée en juin 2013 par décision préfectorale...

La page web du ministère précise même à propos des internats à l'école primaire, que "l'internat peut représenter un atout déterminant pour la réussite scolaire et l'intégration sociale de nombreux enfants".
En effet...

Pub Educ Nat Brindas

Comments