Etrange défaite

* L’étrange défaite syndicale.

Très curieuse rentrée 2014, sur le plan syndical. On s’attendait à mieux tout de même alors que Valls étreint le MEDEF, que le gouvernement en rajoute une couche un peu sur tout, et que Sarko (de retour) est on ne peut plus clair (aussi) sur ce qu’il fera si il revient au pouvoir (« nous n’avons pas besoin de 60 000 postes en plus dans l’EN », statut des fonctionnaires...). Bref, partout du social-libéralime, décomplexé (si celui-ci a un jour été complexé...).

Ouf, vers une grève le 16 octobre ?

L’annonce d’un début de mouvement social pour le 16 octobre a pu en faire frémir certains. Que le MEDEF se rassure, il n’a rien a craindre.
Rarement le contexte syndical n’a été aussi bloqué.

Depuis les vacances (au moins)
la CFDT refuse toute intersyndicale, meilleure façon pour qu’il n’y ait aucune contestation possible. La direction de la CGT, pas très motivée non plus, refuse toute discussion intersyndicale qui se ferait sans la CFDT, et au mieux propose à ses partenaires des « bilatérales ». Bref, cadre « large » (et flou) ou rien. Une autre façon de dire que c’est la faute des autres...

Cependant pris de court par un mouvement hospitalier (du 23 septembre) initié par des collectifs locaux et rejoint par certains syndicats (SUD santé et des sections de la CGT) , la direction CGT « pose » cette journée du 16, comme exutoire/défouloir pour une mobilisation qu’elle ne maîtrise pas. Grève générale face aux propos du MEDEF ? Faut pas rêver, ce sera « pour la défense du budget de la sécu ».
Noble cause, sans aucun doute, toute suite rabattue par les formes envisagées de la mobilisation :
une manif à Paris et basta ! Et comme si ce budget n’était pas le résultat de tout un contexte...

Pour le gouvernement, le signe de la CGT est ainsi clair : ne pas déplaire au pouvoir, ne pas le gêner, tout en gardant le contrôle du mouvement social.
Et surtout rester dans la course en tant que syndicat réformiste. C’est si pas une droitisation de la CGT, cela...

Et les autres ?

Pas mieux...
La FSU, bien incapable de mobiliser des troupes (vieillissantes) en dehors de revendications très catégorielles, et pas très volontaire pour s’opposer non plus (notamment sur la question des rythmes, le SNUipp restant très modéré), fait dans l’attentisme, et mobilisera au mieux ses permanents et déchargés syndicaux (et encore). Et aux dernières nouvelles la FSU en s’associera pas à la journée du 16.

Dans l’EN toujours, sollicitée par
SUD éduc la FERC-CGT se voit contrainte de convoquer une intersyndicale catégorielle (le 6 octobre), qui ne débouchera pas sur grand chose (posture confédérale oblige).
SI FO est volontairement à part (chez eux c’est génétique : ne pas encourager un front syndical en prenant n’importe quel prétexte), les SUD-SOLIDAIRES sont bien seuls à poursuivre l’idée d’une vraie mobilisation et ont fait une adresse publique à tous les syndicats.

En vain...


* Les « sans lycée » : solutions au rabais : « dispositif 18 heures »

Face à ces milliers d’élèves qui n’ont pas eu le bac et qui se retrouvent sans affectation à la rentrée (on en parle par exemple ici), certaines académies parisiennes ont trouvé la solution.
Ouvrir des classes ? Non. Faudrait pas non plus créer des postes

Ces élèves seront donc insérés dans ce qui est appelé
des dispositifs « 18 heures », soit 18 heures de cours (maxi) par semaine, uniquement sur les matières pour lesquelles ils n’ont pas eu la moyenne au bac (et qu’ils repassent).

Autant d’heures distribuées en HSE à un corps enseignant toujours prêt à racler les fonds de tiroir.

Et dire qu’il suffirait de refuser les heures sup pour imposer un autre rapport de force...


* Élections de parents: des listes indépendantes aux réseaux insoupçonnés de Belghoul...

Les « antigenre » tentent de mettre un pied dans l’école

Selon Le Monde, la FCPE craint que "ces lobbies ne présentent, dans certains secteurs, des listes indépendantes sans label, autrement dit sans afficher de propos sexistes ou homophobes, avec le risque d’avancer masqués ».

Parmi les départements susceptibles d'être touchés, figure en bonne place le Val d'Oise, où Belghoul  a repris son travail après une période de disponibilité au lycée professionnel d'Ermont...

Ermont où justement les responsables de la FCPE avaient été menacés par courrier électronique dès l'organisation de la 1ère journée de retrait en janvier 2014, comme le montre ce mail d'intimidation truffé de fautes d'orthographe:

"
Farida Belghoul est soutenue par des réseaux insoupçonnés en terme d'influence. Ne jouez pas à vous opposer aux programme de journée de retraît à la FCPE. Nous avons avons relevés les noms des activistes FCPE école par école, collège par collège, département par département IDF, qui diffuse des documents qui défendent la Théorie du genre. Après ça va sentir le contrôle.... Vous voyez ce qui va se passer. On en restera pas là. Vous pouvez nous faire confiance.

Stoppez vos activités pro théorie du genre à la FCPE. Stoppez à Paris, à Meaux, à Maule, à Ermont, à Bezons.... Arrêtez vos conneries. Informez vos correspondants ville par ville, établissement par établissement. On vous le redira pas 50 fois. Bien entendu si Farida a le moindre problème alors des mesures nouvelles répressives seront envisagées. Ceux des vôtre qui la ramènerons sur ce sujet en conseil d'école seront automatiquement ciblés
."


* Les amis de Dieudonné volent au secours de Belghoul

Universitaire retraitée connue pour son soutien au négationniste Faurisson,  Maria Poumier vole au secours de Belghoul. Manifestement très en verve, elle prédit un déferlement de l'immigration clandestine en France à cause de la loi Taubira:

"Les lois privilégiant désormais les homosexuels vont permettre un accroissement fabuleux des mariages frauduleux; les mafias des passeurs ont maintenant la loi pour eux, pour multiplier sans limite l’importation de malheureux de l’autre rive de la Méditerranée, à qui il suffira, pour se mettre à l’abri, de se déclarer pratiquants de l’homosexualité et mariés devant la loi dès que possible."

Et dire qu'on n'avait pas compris que Belghoul voulait non seulement protéger les enfants des "turpitudes d’adultes", mais qu'elle voulait en plus nous protéger des mariages frauduleux et de l'immigration clandestine favorisée par l'homosexualité!
Comments

Retours aux affaires

* De notre ex (président). Dixit :

« on n’avait absolument pas besoin des 60000 postes [en plus] dans l’Education nationale ».

Mes classes de 2de, Première et Term à 36, tu les veux, connard ?
(sans parler des maternelles à 32, ...)

Putain, deux ans et demi et on avait oublié la droite.


* Belghoul, le retour (aussi)

C’est le recteur de Versailles, Pierre-Yves Duwoye, qui s’attaque à la leader des JRE en lui envoyant une lettre annonçant une procédure disciplinaire.
On apprend donc qu’elle est prof dans le public.

Le point sur ce nouvel épisode et ses limites juridiques sur ce site.

Et en complément, Farida se compare à César et à Jésus... et accuse des traitres à son combat. C’est ici.
Pas sûr que cela se soigne...

Et pendant ce temps la Le Figaro continue la campagne pour vigigender et LMPT

A propos, elles en sont où les plaintes déposées contre les JRE à l’occasion de l’affaire de Joué-les-Tours, hein ? Personne ne le demande...


* Mais que fait Najat ?

Contrairement à ses prédécesseurs, la nouvelle ministre de l’EN a laissé son compte Twitter ouvert et l’alimente régulièrement : @najatvb. On peut suivre donc.

Et elle s’occupe :
- elle recoit les parents et prend le café avec,
- elle organisae le journées du patrimoine,
- elle s’entretient (beaucoup) avec les journalistes,
- elle s’occupe de l’apprentissage et des enseignements artistiques,
- elle organise la journée du sport scolaire,
- elle s’occupe du plan numérique (à là aussi, beaucoup),
- Elle reçoit la FSU (pas l’UNSA qui doit avoir directement son bureau au ministère).
- Et écoute beaucoup M. Valls. Trop ?

Beaucoup d’autopromotion la dedans...

Et ce jour en visite dans un Lycée pro, entourée de 16 cars de CRS, une demi-douzaine de motards, la BAC (au cas où), 4/5 voitures de police, deux ou trois voitures de gardes du corps...

En face 30 CGTistes dont la majorité a plus de 60 ans...


Parano en plus ?


* Formation syndicale : la fiche de paie.

Leçon obligatoire pour Tous. Scop le Pavé. Imbattable.

Et dire que certains syndicats se creusent pour faire des choses très doctes...

Comments

C'est plus ce que c'était...

* Dérapage syndical (du SNALC) ? Pas sûr...

C’est au SNALC Créteil que cela se passe : dans l’après midi, un de ses dirigeants a mis en ligne un communiqué de presse suite au meurtre de Fabienne Terral. Mais voilà, au lieu de s’apitoyer un peu, il attaque... et pas n’importe quoi : la pédagogie, comme responsable des envies de meurtre. Extraits :

« Ces idées absurdes [la pédagogie, NDLR], cette idéologie bisounours dégoulinante de bons sentiments qui ne mangent pas de pain, et qui produit en masse délinquants et illettrés, c’est la nôtre, ou plus exactement celle de l’Institution. La véritable folie est là. On l’appelle « pédagogisme » (...) Ce crime épouvantable est le fruit de cette idéologie, appliquée jusqu’au bout et sans discernement» (source : le courrier du SNACL de Créteil, p. 3).

Le SNACL national annonce se désolidariser en enfonce un peu plus l’irresponsable du syndicat de Créteil (vice-président académique, tout de même), personnage qui a déjà été viré de la direction nationale, direction qui dit vouloir prendre d’autres sanctions (le virer définitivement ? FO trépigne d’impatience...).

Promis, ils ne le referont plus (communiqué). On peut compter sur eux pour rester antipédagogistes primaires en tout cas. Ca les occupe...


* Dérapage syndical (du SNES) sur le socle commun ? ben non.

C’est le SNES Orléans-Tours qui dit aussi clairement ce qu’il pense ... du socle commun. Pas d’appel au meurtre, sinon au meurtre de l’idée qu’on peut s’opposer à toute idée de socle commun.

En effet celui-ci,
dans une analyse destinée aux équipes syndicales et aux syndiqués, est jugé (en conclusion) comme un «bon départ pour des contenus d’enseignement exigeants et pertinents », avant de détailler toutes les « avancées ».
Et hop, voila validés d’un coup, socle, compétences, et globalement toutes les réformes que l’on connaît depuis 10 ans (au moins).

Une erreur locale ?
On aurait pu le croire, mais le n° de l’US qui accompagne le doc (sur cette page) ne dit pas autre chose non plus. En moins clair : « on est contre, mais en fait on est pour ».

On connaît déjà le détail des votes du prochain CTM... *
* A ce sujet l’UNSA braille tant et plus sur ledit socle, mais votera pour comme à son habitude. Ouf, on a eu peur ! Tout fout le camp en ce moment alors...
* Quant au SNUipp (selon ce qu’en dit sa tendance majoritaire), lui, toujours à la pointe aussi, il fraie déjà dans les traces du curriculaire, cette autre panacée que l’on nous annonce depuis le Conseil national des programmes (elle va très bien avec le socle et à terme aboutit à une déréglementation totale des enseignements).


* Le privé c’est plus ce que c’était :

Cf les lamentations de ce Conseiller d'éducation d'un collège catho sur les tenues vestimentaires :

"Une enseignante que je n'avais pas encore croisée de la journée passe dans la cour : elle est encore plus dénudée que les élèves !" auxquelles les  surveillants sont obligés de demander "de se revêtir, de manière à ce que l'on ne voie plus leurs sous-vêtements, voire de cacher leur poitrine pour certaines".source


* Sinon ça va ? Pas en STI2D...

D’après des agences de presse, "Trois ans après la réforme de la filière STI2D, les ensei­gnants ont été inter­ro­gés, dans le cadre d'une enquête, sur sa conduite et son impact sur leurs condi­tions de tra­vail. Cette enquête, remise aux membres du CHSCT du minis­tère de l'Education natio­nale, a été dévoi­lée hier par l'AEF."


* Ouf, la technologie nous sauvera :

Un manteau-GPS pour pister ses enfants , c’est pour bientôt source


"Grâce à la marque de prêt-à-porter Gemo, les parents pourront désormais suivre leurs enfants à la trace. L'entreprise, filiale du groupe Eram et propriétaire de 500 magasins de vêtements, chaussures et accessoires dans les périphéries des villes françaises, mettra en vente sur son site Internet dès la mi-septembre un manteau pour filles ou garçons, de 3 à 10 ans, équipé d'un petit boîtier-balise accroché à l'intérieur par un anneau
[...]
Le
mécanisme du boîtier est calqué sur celui des bracelets électroniques pour prisonniers ayant bénéficié d'un aménagement de peine. L'outil permet de donner un historique de tous les déplacements effectués au cours des dernières 24 heures par l'enfant."

Ah, ben ça va mieux...
Comments

Réacs

* Temps de travail des enseignants : le PS va remettre ça ?

Discrètement mais...

Jack Lang fait savoir qu'il est choqué par "la durée abusive des grandes vacances" (des enseignants et des élèves). On se demande bien alors pourquoi il n'a jamais rien trouvé à redire au "temps de travail des députés" de l'hémicycle qui, selon le Nouvel Obs, ont eu seulement en moyenne 27,3 semaines d'activité pour l'année 2013-2014 (ce qui est nettement inférieur aux 36 semaines pratiquées dans les écoles...)  ! source


* Quand Goasguen retourne à l'école

Claude Goasguen est allé visiter le lycée catho ultra Gerson (dont les dirigeants sont proches de La Manif Pour Tous) pour apporter tout son soutien à "ce prestigieux établissement qui va du primaire au lycée et dont la gestion et les résultats, dit-il, sont exemplaires" (source : son blog).

Ce fut l'occasion pour cet ancien inspecteur général de l'Éducation nationale (venu autrefois de l'extrême droite et maintenant proche de LMPT, organisation dont il s'enorgueillit d'avoir été "le seul Député–Maire parisien à conduire l’ensemble des manifestations, toutes sans exception »,
voir toujours le blog ) non seulement de se faire abondamment photographier, mais encore de se livrer à un petit exercice de rédaction et d'orthographe sur son blog...
http://claudegoasguen.fr/2014/09/04/rencontre-avec-les-eleves-et-parents-deleves-de-gerson/

"Nous nous félicitons, écrit Goasguen, que la décision du Préfet d’Île-de-France est permis (sic) d’annuler la délibération du Conseil Régionale (resic) d’Île-de-France qui voulait suspendre les subventions de fonctionnement de l’établissement."

Mais aussi :

Goasguen visite Gerson

Que voulez-vous le niveau baisse...

*Cris d'orfraie contre NVB: Coffinier ne veut pas se faire doubler par ses copines...


Quelque peu contrariée par la nomination de Najat Vallaud-Belkacem à l’Éducation Nationale, et ne voulant pas être en reste par rapport à Ludovine de La Rochère (dirigeante de LMPT) et Farida Belghoul (JRE / FAPEC), Anne Coffinier (sainte patronne de La Fondation Pour l’École) est gagnée par la contagion outrancière des autres égéries "anti-gender": "Cette nomination porte en tout cas le coup de grâce à l'Éducation nationale", dit-elle avant de s'en prendre aux syndicats dont la ministre ne serait que la "marionnette". Et de se féliciter de l'espérance suscitée par la création d'écoles privées hors contrat: "Force est de constater qu'il n'y a plus rien à attendre de l'Éducation nationale. Il n'y a donc pas de raison d'immoler plus longtemps nos enfants sur cet autel"...
"Si le navire de l'Éducation nationale s'obstine à foncer dans les icebergs, il n'est point d'autre solution que de mettre à l'eau de multiples nefs. Les enfants d'abord !"

Certes, dans le combat qu'elle livre, Coffinier ne se déclare pas, comme Belghoul, prête à mourir  et son discours est un peu moins halluciné, mais les deux font quand même bien la paire...

Et plus c’est gros, plus ça passe : la faschosphère a créé un bel hoax suite à la nomination de NVB. C’est là, une fausse lettre dans laquelle la ministre imposerait l’arabe dans les TAP.


* Financement du périscolaire (et ambitions éducatives de la FCPE...)

Le président de la FCPE s'indigne que certaines villes fassent payer les familles (il n'a pas tort) et rappelle qu'il est favorable à des activités peu onéreuses comme les jeux de société ou les jeux de cartes (hum, pas sûr qu'il ait raison!).
« Ne mentons pas aux parents, dit-il : le périscolaire ne coûte pas forcément cher. Pour 25.000 euros, il est tout à fait possible de financer de bonnes choses."
source

Certes, mais encore faut-il avoir ces 25.000 € ..., ce qui n'est pas forcément simple, comme le montre l'exemple de Bilieu (Isère), comme on le voit là. Il s'agit en effet précisément de la somme que les élus de Bilieu sont parvenus à réunir en réduisant leurs indemnités et en supprimant un poste d'adjoint pour financer les activités périscolaires de leur commune ( 1 320 habitants / 193 élèves) alors que l’État ne leur donnait que 10 000 €.
Il est vrai toutefois que les activités proposées à Bilieu (danse, yoga, lecture, aviron...)
ne sont pas du tout celles envisagées par le patron de la FCPE...

Quoi qu'il en soit, les difficultés de financement sont bien réelles dans certaines villes. Ainsi,
nous dit Le Monde, sur près de 3000 villes concernées par le décret Hamon assouplissant les dispositions du décret Peillon, "une centaine [de villages] a profité du décret [Hamon] alors qu'ils avaient déjà appliqué la réforme des rythmes dès la rentrée 2013, témoignant de leur difficulté à la mettre en place."

Considérer ici que les dispositions relatives aux rythmes scolaires constituent une "rupture de l’égalité territoriale", comme le fait remarquer Francis Daspe, président de la commission Education du PG, n'est peut-être pas tout à fait infondé...

Ou si peu...
Comments

Tournant libéral ?

* L’école, entreprise dont le rôle est de fournir des « produits élèves » aux patrons

Dans un article intitulé "Quand Gattaz fait la leçon aux profs", consacré aux « Entretiens enseignants-entreprises », organisés depuis dix ans par l’Institut de l’entreprise, un think-tank patronal, pour « favoriser le dialogue direct entre le monde enseignant et le monde de l’entreprise », l'Huma insiste sur le mélange des genres entre école et entreprise et ses effets dévastateurs dans l’éducation nationale.

Le quotidien rapporte ainsi par exemple que " Jean-Pierre Cabourdin, recteur de l’académie de Reims, [...] multiplie les opérations pour enseigner « l’esprit d’entreprendre ». Outre l’obligation pour certains élèves de faire un projet de « mini-entreprises », son académie dit aussi agir sur les cadres et les enseignants, citant notamment un programme Boss-chef d’établissement pour rapprocher les proviseurs et principaux des besoins du bassin d’emploi. Le problème, annonce-t-il le plus sérieusement du monde, « c’est qu’il nous faut 18 mois de travail en back-office pour sortir un produit élève prêt à aller dans une entreprise ». Les « produits élèves » apprécieront."

Article (réservé aux abonnés) http://nord.pcf.fr/syndic_article/quand-gattaz-fait-la-lecon-aux

* On vous dit que cela ne va pas (croyez-le bon sang !):

»Inégalitaire", "trop académique", "pas pertinent"... l'OCDE blâme le système scolaire français (info reprise en coeur par les journaux de non-information français).

Et si c’était plutôt qu’il n’est pas conforme aux objectifs (très libéraux) dudit OCDE ?

OCDE qui n’a autre objectif rappelons-le que de mettre en place le grand marché de l’économie de la connaissance. Pour avoir le point la dessus, voir cette publication.


* Paganisme : gloire à Hamon !

Avant de quitter le ministère, Hamon a eu le temps de faire confectionner une brochure à sa gloire:

Elle est (encore) sur ce lien

Dans la série « je maîtrise tout » (ou presque)... D’autant plus que même les frondeurs ne veulent pas forcément de lui. Pauv’ ex-ministre...


* Pauvreté des éditions scolaires...

C’est la crise... pas pour tout le monde. C’est ainsi qu’aux
Etats-Unis les plus juteuses marges de profits semblent bien être dans les éditions scolaires (scientifiques). Devant même celles de Apple ou BMW. Source.

Le marché libéral semble bien trouver des espaces de liberté ! Mais aux dépens de qui déjà ?


* Fatigués (déjà) par votre première journée de prérentrée et tous vos collègues/chef/EDT... ?

Alors défoulez-vous ! grâce au
Niquotron du Mammouth Déchaîné :
Générateur automatique de grossièretés à l'usage des ceusses qui en ont bavé toute la journée et ont un pressant besoin d'exprimer leur colère rentrée.

il est là.
Comments