...
Ferry au centre du système
..

 

On attendait Grouchy, c'était Groucho

Novembre 2003

Laïcité de la peur

...
Commission Stasi:
avis saint-gland

    La commission Stasi sur la laïcité vient de produire un magnifique paradoxe: proposer deux nouveaux jours fériés, un juif et un musulman, pour renforcer la laïcité. Hormis l’incohérence (synonyme poli d’imbécillité) consistant à donner pignon sur rue aux religions au lieu d’une bonne foi(s) pour toutes renvoyer les croyances au domaine privé (en virant les dernières fêtes chrétiennes et en bannissant l’enseignement religieux des écoles d’Alsace et Moselle, réponses définitives à tous les caprices théo-communautaires), ce qui intrigue, c’est ce besoin qu’à notre pouvoir républicain constitutionnellement laïque de se pencher sur les questions religieuses.

L’état laïque se voile la face

    Tout d’abord, en voulant faire la paix des religions, on donne à penser qu’il y aurait une guerre de religions. Et, au fond, c’est peut-être la teneur de la pensée gouvernementale, incapable de concevoir la question des français et immigrés originaires d’Afrique (principalement du Nord) en termes d’assimilation culturelle et sociale, réduisant cet ensemble hétérogène multi-ethnique à un groupe religieux homogène, sans vouloir voir que l’homogénéité n’est que celle des conditions de vie, de logement et d’emploi (ou de non-emploi).
Dire ceci ne simplifie pas le problème (loin de là!), mais croire que les imams seront de meilleurs vecteurs d’intégration que les éducateurs de quartiers, c’est vouloir remplacer l’emplâtre à la moutarde par un lavement à l’eau bénite.

In god we trust

    Mais surtout, le fond de l’affaire, c’est que nos élus et ministres ont foi dans les religions. Sur France Inter, le 11 décembre, un membre de la Stasi déclarait que « les valeurs des religions sont celles de la république ». Comme si la République ne pouvait se passer du garde-fou de la morale judéo-islamo-chrétienne Ce n’est pas propre au gouvernement actuel, ni à l’UMP. En son temps, Jospin fut le plus grand légion-donneur de tous les temps en direction des chuiches de tout poil, en bon agnostique éduqué dans la morale religieuse. L’athée Debray s’est vu commander des travaux sur « l’enseignement du fait religieux » par Lang puis Ferry, et a conclu que la morale chrétienne était notre salut.

Signe ostensible de désarroi

    Entre opium du peuple d’en bas et morale universelle, la religion les aveugle ou les arrange. Comme si le XXème siècle n’avait pas engendré une morale républicaine, Jules-Ferryenne, qui, issue du christianisme, s’en était débarrassé pour construire son dogme socio-national, remplaçant la communion par la carte d’électeur.

Certes, notre morale laïque n’est pas bien en forme… Mais les pays de cultes-bénis, ceux du moins qui sont en même temps des démocraties, connaissent-ils une moindre délinquance, moins d’incivilités, moins de violence sociale? L’eau bénite sur le drapeau les empêche-t-elle d’élire des présidents crétins, menteurs ou délinquants financiers? La religion les empêche-t-elle de lancer des guerres de religions?
Et moi, pauvre athée, ai-je le pouvoir de lutter contre les signes ostensibles de connerie?

BB

Laïcité bien ordonnée...

    Raffarin et la First Laidie sont allés au Vatican donner au peuple laïque de France un vibrant exemple de la séparation de l'Église et de l'État, en participant au raout papal pour sa béatification bi-hebdomadaire, celle de Mère Teresa. À part l'Albanie (patrie de la susdite) et Malte (le plus proche voisin, 24 km d'importance mondiale), nous sommes les seuls au monde à avoir dépêché notre chef de gouvernement. Et avec cinquante personnes dans sa suite, la plus grosse délégation, bien sûr.
    Tout ce beau monde n'a pas logé à l'ambassade, à la villa Médicis, ni dans aucune des résidences que la France possède  à Rome. Non, ils ont créché dans l'hôtel le plus cher de la ville.
    Rappelons que Mâme Chirac, ne jouissant d'aucune fonction officielle, n'a pas à s'obliger à pieuter dans les galetas de la république.
    Rappelons aussi que c'est nous, contribuables laïques et obligatoires, qui avons payé la note d'hôtel, l'avion spécial et les cadeaux...

BB


Actualité littéraire:

le passage de Giscard
à l'Académie française

Vulgaria
Vulcaniacademy


Où le débat blesse

    Sur le Grandissime Débat de nos chers Rafferry, quelques contributions intéressantes vous attendent en page "la trompe du Mammouth est mal embouchée".

    Voici quelques mois, nous reçûmes un mail d'un lecteur se disant conseiller au ministère de l'Éduc-Nat, qui nous demandait de clarifier notre position et nous glissait que le ministère suivait avec intérêt les opinions disséminées sur le ouèbe. Le tout signé d'un pseudo, "pour des raisons que nous comprenions aisément".
    Nous classâmes ce message dans la boîte "mythomanie casse-couille" et nous empressâmes de n'y plus penser, sinon pour en ricaner.

    Et voilà que dans le bla-bla d'accompagnement du Débat National (disponible ici sur le site du ministère) nous découvrons bien des questions que nous avons posées dans ces pages. Normal, ce sont des questions que beaucoup se posent, c'est l'objet (officiel en tout cas) du débat que d'en débattre. Et puis au détour d'un paragraphe, la question "Instruire ou éduquer?"; pour mémoire, c'est le titre même de notre premier édito, et l'antienne que nous avons tant rabâchée ici.
    Bien entendu, l'orientation ministérielle dans la suite du document n'est pas la nôtre. Mais il nous plaît de croire que le gonze cité plus haut n'était peut-être pas l'illuminé que nous avions cru, et qu'effectivement les conseillers de Ferry-Escartefigue et du sous-commandant Darcos surfent à la pêche à l'air du temps...

    Que ce petit moment d'auto-satisfaction ne tourne la tête à personne, leur débat est un leurre, une escroquerie, une foutaise, une diversion, et allez voir .

Où le débat blesse:
voir ci-dessous.
Et aussi en page
"la trompe du Mammouth est mal embouchée",
extraits d'une info édifiante de Libération et quelques contributions (im)pertinentes.

débat.gif (36350 octets)
(Lefred Thouron
Le Canard Enchaîné)


La religion au secours de la laïcité?
À l’aïd !
Sauve kippour !


Ne pas confondre
laïcité ébranlée
et
religieux émasculés


Propositions Stasi:
il y a des coups de pied au culte qui se perdent


Darcos et le communautarisme:
s'il est élu, il abandonne son maroquin


Encore des jours ferryés!


Confier les libertés à la commission
Stasi,
fallait y penser…


L’état laïque monte au credo


Signes discrets, ostensibles, ostentatoires?
La commission se voile la face.


String:
on se voile la fesse


Laïcité et
jours Ferryés

    Notons au passage qu’il se dit que Chirac envisagerait de caser ces deux jours fériés pendant les vacances scolaires. Ses dir’com’ (directeurs de commission Stasi?) ont dû omettre de lui expliquer que le calendrier musulman n’étant pas le même que le nôtre, l’Aïd est une fête mobile qui se déplace d’un mois par an...
    Les professionnels du ski vont encore râler.

...

 

Le Mammouth Déchaîné sponsorise ses amis musiciens.
Cliquez-leur donc sur l'image.