Vive le monologue social!

Ne nous y Fillon pas...

L'imparfait du supplétif

 

 ...
Octobre 2004

Moins de Lettres, plus de mots

 ......

Le rapport du sieur Thélot analysant le Débat sur l'École est pondu; on savait que ces conclusions étaient pré-écrites, on n'est pas déçus.

Ossétie qu'on va?

    On s'était pourtant bien juré de ne plus faire de politique dans ces pages et de revenir sur notre lutte de fond de culotte et de magasin qu'est l'instruction publique, mais là, on est bien obligé, fallait pas provoquer de la sorte.

Le Thélolisme
va flapper la Flance.

    Donc Thélot et son rapport, ou comment entretenir la bonne ambiance qu'on a dans not' beau travail de tous les jours, et comment faire passer des problèmes budgétaires pour des enjeux éducatifs, ou encore comment acheter les plus récalcitrants des profs en leur faisant croire qu'on va les payer plus.

Le modèle anglais cher à Darcos

    Exemples de propositions qui vont tous nous rendre plus solidaires: l'allongement du temps de présence (4 à 8h) sera proposée aux anciens (et se fera au volontariat) et imposée aux néotitulaires; création d'un conseil pédagogique et d'un conseil éducatif qui imprimera une véritable politique d'établissement; doter l'équipe de direction d'une plus grande capacité d'action (sic); donner aux établissements le pouvoir de trouver dans les 48 h les ressources nécessaires pour palier les absences (plus loin on lit que la mission d'un prof pourrait aussi être d'en remplacer un autre); la mise en place d'un directeur des études, intégré à l'équipe de direction et chargé de l'animation pédagogique...
     Je vous laisse lire cette prose édifiante (lire les chapitres 5 et 6, pp. 79 à 111, les plus poilants).

Rapport non-protégé

    Certains disent: de toute façon encore un rapport pour rien, comme d'habitude. Pas d'excès d'optimisme les gars, car cette fois il y aura bien une loi au bout (premier trimestre) et son orientation est claire et n'a pas grand chose à voir avec une quelconque politique éducative. Comme dans toutes les autres fonctions publiques, pour des raisons qui échappent à la rationalité immédiate, il faut développer les méthodes manageriales du privé, qui accompagnent les pratiques financières liées à la fameuses Lolf. C'est clair, et c'est même dit publiquement par les hauts fonctionnaires de certains ministères, mais il faut croire que dans l'EN on ne veut rien voir en face.

    Mais de tout cela, on ne sait pas bien sûr ce qui sera retenu (pouf, pouf).

DR   

Le retour de la dictée

Fillon-Raff-ptcot.PCX (51554 octets)


Réhabilitons les méthodes éprouvées:
diktat,
réaction,
récession.

    Révélation, Fillon est finalement un vrai ministre de l'éducation: il fait sa rentrée (dans le lard) avec l'antienne de ses prédecesseurs "recentrons l'école sur les savoirs fondamentaux", en n'oubliant pas le couplet "il faut réhabiliter la dictée, la rédaction, la récitation".

    Ce discours a tout pour plaire, et autant à nous, chantres de l'instruction, qu'au grand public qui comprend et attend ce genre de message simpliste (on nous prépare d'ailleurs "les trains doivent arriver à l'heure" et "les impôts baisseront de 30%"). Mais nous nous émerveillons surtout de la miraculeuse compétence pédagogique qu'une fée a tout soudain refilée à notre omni-spécialiste es-affaires sociales, PME, éducation. Costumé en ministre, on en a aussitôt la science! C'est jouissif. La fonction crée l'orgasme.

    Autre motif d'admiration devant ces virils propos: Môssieur le Sinistre de l'Éducation, qui a sous ses ordres le Conseil des Programmes, s'est bien gardé de lancer une réforme des contenus enseignés. Sa divine parole suffira, à ton maître obéiras, des dictées feras.

Plus de mots, moins de Lettres

    Et ceux qui feront remarquer qu'on vient une fois de plus de réduire les heures d'enseignement du Français sont des négatifs et des défaitistes. Et les petits malins qui iront lire dans les programmes que dictée, rédaction, récitation sont toujours prévus dans les cours
    Tout comme sont mal tournés les esprits forts qui suggéreront que ce prechi-precha de rentrée a des relents réac et colle trop bien à la mode de la néo-autorité pour être tout à fait innocent.

    Sinon, bonne rentrée, avec moins de Lettres et plus de maux.

BB    

Fillon est
"le maillon faible du gouvernement"
(Raffarin)
Décidément, on nous réserve toujours les meilleurs...


Toujours de Raffarin:
"On ne voit rien sortir de son ministère".

Si: des conneries.


La Formule 1 du gouvernement

Fillon néo-sénateur s'accroche à son maroquin

On le croyait sur la grille de départ,
il est en colle-position

C'est Étron Sénat


Le feuilleton de la pentecote

Raff et Fillon
mésentente sur un jour ferryé:
encore la faute à l'autre con!


L'enseignement catho réclame des postes
(à nos frais!):
ils veulent la bure et l'argent de la bure.

 


Auto promo: cliquez ici

Le Mammouth Déchaîné
sponsorise ses amis musiciens

Cliquez-leur donc sur l'image