Le Robien est-il l'ennemi du mieux?

Septembre 2006

Emmammaouthés!

.

On vous a tant aimés
(remerciements posthumes)

     Il est manifeste que depuis quelques temps les pédago-psycho-modernes du "travailler autrement" que le Mammouth a tant aimé railler sont de moins en moins nombreux. Chat échaudé craint l'eau froide. Et ce fut même une douche-coulée pour les plus naïfs. Pourtant on leur avait bien dit (voir les Archives du Mammouth). Les IDD et autres TPE ("hypercréatifs naon ?") disparaissent dans des DHG de plus en plus serrées (et comme c'était prévu à leur création), les heures de remédiation sont confisquées au profit d'une ambitieuse (hi hi) réussite des Zep, les effets de la LOLF se font déjà sentir et commencent à offusquer même ceux qui disaient il y a encore trois ans sur un ton on ne peut plus responsable que "le citoyen doit savoir ou passe son argent" (À ce propos, voir ci-contre.).
     Il n'y a donc plus grand monde aujourd'hui pour défendre ce qui en d'autres temps aurait sans doute été le fer de lance d'une 'audacieuse' réforme pédago : Conseil pédagogique, PPRE...

Ne nous reste-t-il donc plus personne pour nous chier dans les bottes ?

Mais si, bien sûr, des gestionnaires aguerris s'en occupent.

     Pourtant, pourtant, d'ici, de là, une nouvelle race de gars avertis apparaît. Ils sont vachement au fait de la pédagogie, pour preuve ils ont des enfants. Il savent ce que c'est que la vie d'un enseignant dans un bahut ordinaire, pour preuve ils sont directeur d'IUFM (si si, c'est bien au singulier... Un indice?) ou ancien journaliste à Libération (cherchez bien...). Ils connaissent le niveau d'un élève de 6ème ou de Seconde, bien sûr, car ils sont maîtres de conférences ou dans un IEP et que leur beau frère leur a dit. Leur attitude civique est d'autant plus vertueuse qu'ils ne se contentent plus de pérorer dans des cercles fermés mais bavassent tous ensemble désormais au café. Il en va de l'avenir de la France et de notre brave jeunesse. [À propos de notre belle jeunesse, allez donc faire un tour en petite foulée sur Brave Patrie, au lieu de relire Régis Debray!]

     Et vas-y pour de vraies propositions qui-ne-sont-pas-du-tout-démagogiques-car-elles-relèvent-du-bon-sens-citoyen : "Education = apocalypse", "non au renoncement", sans éviter les tartes à la crème: "Plus d'État moins de bureaucratie". Allez, comme l'École va mal (vous le voyez bien, non ? et puisqu'on le dit, ça doit être vrai), Révolution obligatoire pour tout le monde. Deux Marseillaises le matin et une leçon d'Éducation civique le soir (en suppositoire, bien sûr).

     Quand on confond démocratie et poujadisme (là, si vous ne voyez pas, faut réviser votre sarkoségo de base!), le pire n'est jamais très loin.

     Et eux, ils sont très productifs sur internet, contrairement à nous (bon on sait, ça fait presque un an sans mise à jour... ).

DR  


Mais à quoi peut bien servir le De Robien???

Le De Robien peut-il servir à autre chose qu'à enfoncer les portes ouvertes?

De plus en plus com'

     Après nous avoir fait son numéro une première fois l'an dernier, voilà que not' maître nous re-défonce la porte de derrière: il nous in-ter-dit la méthode globale.

     Je suis comme vous, je suis effondré si j'ai des élèves qui ne savent lire que les mots qu'ils connaissent, et ne sont pas capables de déchiffrer, technique incontournable pour les mots inconnus ou barbares. Si c'est la faute de la méthode (globale à x %, avec une pincée de syllabique et un soupçon de je ne sais quoi d'autre), je suis comme Son Altesse, convaincu qu'il y faut trouver remède.
     Mais depuis quand le ministre est-il compétent sur ces questions? S'il constate que les gens réputés compétents persistent dans leur aveuglement, qu'il s'adresse à d'autres compétences, mais qu'il ne nous bourre pas le mou: ce n'est pas un ancien ministre des transports, ancien assureur autodidacte (il n'a pas le bac, rien de grave, mais si ce n'est pas un défaut, est-ce une qualité? Vous me ferez trois pages là-dessus, sans fautes d'orthographe ni mots de plus de deux syllabes, rompez!); ce n'est pas ce type, disais-je, dont la compétence supposée est de gérer un gros ministère et de répercuter des orientations politiques, qui va aussi rédiger les programmes, maîtriser les pédagogies, former les profs – et sélectionner l'équipe de France de water-polo, réparer une centrale nucléaire, m'initier au point de croix, trouver votre point G, et éteindre les lumières en sortant.

Com' par hasard !

     Mais le plus pathétique, c'est qu'il a fait son grand coming-out anti-global à la suite de reportages à la télé (une jeune prof des écoles fana de vieux manuels, saquée après un passage à la télé, émoi, mobilisation du village, émotion, passion, télévision). La "méthode globale" d'apprentissage de la lecture a quarante ans, elle est critiquée depuis trente, abandonnée en tant que dogme depuis vingt, et un ministre s'empare de la question parce qu'elle fait dix minutes sur France2. C'est la politique qui marque le citoyen à la culotte (voire qui lui colle au slip), une certaine idée de la France des sondages.

Il faut dire que l'élève De Robien est à bonne école:

     Le Président (le mari de la First Laidie, vous voyez qui?) vient de nous refaire le coup: "ému" par le film Indigènes, il prend personnellement la décision d'aligner les pensions des anciens combattants de l'ex-empire colonial. Quarante-sept ans de litige (et il a été ministre ou président les trois quarts de ce temps), une question sans cesse relancée, qui est revenue en force ces deux dernières années, et qui se trouve tranchée (partiellement) parce qu'un film est "émouvant".
     Les 200.000 anciens combattants morts avant la séance ne devaient pas l'être assez...

     On nous flatte, on nous drague, on nous racole en pleine rue, on nous paie, on veut plaire, on pose avec les vedettes, on s'empare des engouements de l'instant, on se vautre dans les bourbiers des tsunamis, on a l'insigne incompétence de découvrir (ou le culot de faire semblant de découvrir) les problèmes en même temps que le grand public, et on décide par coups de cœur sans craindre qu'on y voie, en plus de l'opportunisme pré-électoral, la manifestation pathétique du manque de sérieux, de conscience, de convictions.

BB  


D'un lecteur.
Octobre 2005, inspection dans le primaire:
Commentaire de l'inspectrice devant les termes orthographe, conjugaison et grammaire figurant sur l'emploi du temps:
"Ce sont des réminiscences de vieille république!"

Est-ce une insulte ou un compliment ?

Petite info de rentrée:
la courbe démographique évolue avec l'âge. Pour huit élèves de moins, on supprime un poste (bilan des suppressions / non-remplacements de départs en retraite).

Vraiment trop com'!

Dans un souci de bonne information du citoyen, nous pouvons lui dire où passe le budget de l'ÉducNat payé sur ses deniers:
envoi à tous les enseignants
(prix du papier, de l'imprimerie et du timbre multiplié par 800.000)
d'une superbe Lettre de Rentrée en couleurs avec les bons vœux de Son Altesse.
Un exemplaire affiché par établissement aurait fait l'affaire
– surtout que la plupart sont arrivées après la rentrée!


Pas de gel des crédits pour le papier glacé


Com' et don,
les points noirs de l'ÉducNat

Dans la série des cadeaux de rentrée:
une luxueuse brochure de 12 pages tout en couleur, sur papier glacé reçue par la poste (deux par foyer pour les couples camif). Plus de photos et de blancs que de texte. Et puis, c'est pas comme si on ne pouvait pas en mettre trois en consultation dans chaque salle des profs...


On veut nous élargir la carte scolaire
d'autres que nous ont tout dit sur le sujet. .


Arrestations de parents d'élèves à expulser:

Sarkozy rôde à la sortie des écoles.
Et Ségolène Royal ne dit rien!
...


À quoi peut bien servir le De Robien?
Globalement, à rien.


Carte scolaire à toutes les sauces:

c'est la carte à la crème
de la campagne électorale


Royal-Sarkozy,
partie de carte (scolaire)

l'école de la République
ne va pas faire un pli


Notre nouvelle rubrique éphémère:
Que sont-ils devenus?

Des nouvelles du Centre de Gériatrie des Anciens Ministres de l'Éducation:

Jospin renonce à la campagne présidentielle;
il vise la mairie de Chamalières.


Encore un slogan mensonger:

De Robien, sinon rien


Un Robien, ça va.

De Robien, bonjour les dégâts.



Le mammouth n'est pas clair:
Il crie
"Robien, va-t-en!"

Faudrait savoir...
Merci à Alexandre Castagnette

.

 

Le Mammouth Déchaîné sponsorise:
attention, ces groupes contiennent des morceaux entiers d'amis du Mammouth


Pretext,
rock-band de potes.

Xerock,
groupe de musique pop-rock (et autres).