11 novembre 2008
Quand DarKos pense l'École:

un bon coup de blouse

 
Retrouvez le héros de votre série préférée sur Mammouth Tévé ®

Les programmes validés à la buvette de l'Assemblée Encore des gros bobards: les postes doubles selon DarKos

L'Histoire réécrite par l'UMP:
DarKos a la mémoire courte

Pas le Mammouth Déchaîné

2009: une forêt de profs rased?


Le Bac à l'anglaise:
l'auberge espagnole?

     Les projets (pardon: les rumeurs non-fondées qui fuitent et s'avèreront vraies, nouvelle technique de com' du gouvernement) les projets, disais-je, pour le futur Bac sont un calque des "A" Levels britanniques ("A" Levels, prononcer "éï léveulz", = Advanced levels, soit "niveau(x) avancé(s)").

     Particularité du Bac d'outre-Manche: le candidat choisit ses disciplines, et leur nombre, et pendant deux ans s'y consacre. Un rêve de gestionnaire: globalement ce système est peu gourmand en heures de profs.

100% de réussite!

     Et tout le monde réussit: on obtient ses "A Levels ", assortis de la note, de A à E.
     On aboutit à un camaïeu de "bacheliers" allant de ceux qui validentent deux disciplines "faciles" avec des mauvaises notes, aux cadors à cinq matières de pointe notées A, en passant par toutes les nuances possibles.
     L'échec (note "U" pour Ungraded, non évaluable) est dans ces conditions quasi-inexistant.

     L'entrée à l'université est conditionnée bien sûr par le choix des disciplines (question d'orientation, mais aussi gage de sérieux selon une hiérarchie implicite), mais aussi par leur nombre et les notes obtenues.
     Une part de l'exam est jouée au contrôle continu et dans des épreuves corrigées dans l'établissement (encore des économies en vue!!!).
     Le devenir de l'élève est donc plus encore qu'ici conditionné par le lycée d'appartenance, la qualité de la classe (du groupe, plutôt) et les ambitions de l'établissement. Mieux encore: les inscriptions en fac se font avant l'exam , sous condition d'obtention (comme ici), mais aussi sous condition de notes: l'établissement fait sur le dossier de demande une estimation des résultats envisageables pour l'élève. Et il est par ailleurs notoire que certaines universités cotées privilégient les élèves issus de certains lycées plutôt que d'autres.
     Les universités sont bien plus qu'ici partenaires des entreprises, et certains dossiers de sélection ressemblent à des formulaires de demande d'embauche.

La sélection cachée derrière l'école des fans

     Résumons-nous: en produisant un classement quelque peu opaque tout en filant le bac à tous, ce système laisse les universités faire leur marché dans cette masse (déjà bien écrémée par rapport à notre système). Le pragmatisme britannique s'accommode parfaitement de cette précoce spécialisation, en même temps que le système école des fans (tout le monde a le bac, mais pas de la même façon) masque suffisamment la sélection pour la rendre socialement acceptable.
     Allié à l'obtention de bourses d'études (obtenues en fonction des notes, attachées à telle ou telle fac, et remboursables après réussite des études), ce système fait intrinsèquement partie d'un modèle socio-économique de formation et non d'instruction.

     Cette précoce promotion au mérite satisferait sans doute les supporters d'une école plus exigeante – mais surtout parmi eux ceux qui se foutent qu'un ado médiocre ait une marge énorme de progression post-bac, marge réduite à zéro par la sélection à la note, réservée chez nous aux prépas et à certaines facs hors-jeu...

BB    

 

Sur quel pied danser?
La blouse à facettes

      Le gars Darcos est un sujet d'interrogation infini: à peine croit-on l'avoir cerné qu'il montre un autre visage.
      Normalien défenseur de l'instruction? Il verse des larmes sur notre piètre capacité à fabriquer de bons lecteurs (et cherche les coupables chez les "pédagogistes"). Ce n'est pas nécessairement un combat d'arrière-garde, et nombre d'enseignants pas forcément réacs voient dans l'instruction le seul vrai vecteur d'égalité sociale. Les fameux "savoirs au centre du système" de Ferry – et de son cornac Darcos, déjà – furent d'ailleurs directement piqués au Mammouth Déchaîné (amusant: nous fûmes à l'époque contactés par un "conseiller de Luc Ferry" un peu feignant qui voulait que nous lui pondions des idées clef en main; nous parcourûmes ce courrier d'un derrière distrait, et renvoyâmes le gauche impétrant à sa droite).
                   

      Le Canard Enchaîné (z'êtes toujours pas abonnés???), une oreille dans les coulisses des tractations ministérielles, nous le montre s'émeuvant des coupes sombres prévues dans l'Éduc Nat: défenseur des moyens de l'École publique, ou ministre pétochant de voir les enseignants dans la rue (le naïf)?

      Et puis l'image se précise: derrière le fumeux "Socle commun" se profile une ombre menaçante: les coupes sombres. On polémique (ce socle minimum, outil d'égalité sociale, ou mépris des milieux populaires?), mais au fond le but ultime est la suppression d'heures pour remplir la commande gouvernementale: la diminution des fonctionnaires. Faut décaper!!!
      Car DarKos n'est après tout que le bras armé d'une politique européenne fondée sur le credo libéral: faut dégraisser.

Quid des idées à la con que le Ministre distille régulièrement?

      On parle à toute occasion du port de l'uniforme ou de la blouse grise: ça cachera les strings, ça masquera les signes religieux ostentatoires, ça permettra d'essuyer une larme en écoutant la Marseillaise... Y a-t-il, sous le coutil gris qui gratte, une vague pensée sociale, comparable à la conception britannique de l'uniforme (l'identité vestimentaire comme rabot des différences sociales)? Ou est-ce très bassement un retour à l'âge d'or, un racornissement réac un peu sado-maso?

      Il nous propose la Marseillaise à l'école, la médaille pour les bacheliers (on a déjà les mentions, le diplôme à encadrer, mais un petit coup de fanfare donnerait du lustre à l'exploit). On tourne les idées dans tous les sens, et on a du mal à y voir autre chose qu'un prurit d'ancien régime: pourquoi pas le salut au drapeau et un petit "Maréchal nous voilà"?...
      
Et la dernière en date est la plus grosse: c'est aux élus de déterminer le contenu des programmes. "Peut-être" (sic) pas dans toutes les disciplines (les maths ne se voteraient pas tout de suite...), mais au moins des programmes d'Histoire. Car la connaissance est affaire d'idéologie, mon bon! Et là, le doute s'efface: DarKos est bien le gras réac qu'il paraît.

Les farces kärcher de DarKos?

      Et soudain on ouvre une paupière: comment se fait-il que les atteintes aux droits des immigrés, par exemple, se soient multipliées sous son règne? Pourquoi certains dérapages ethnico-religieux ont-ils eu lieu dans les questionnaires d'inscription? D'où vient que le ministère sanctionne si impitoyablement les directeurs trop peu zélés dans les fiches de renseignements?

      On mettait tout sur le compte de l'Hortefisation de la nation, on en oubliait qu'il y a un Ministre de l'Éducation...

Une politique pas irréversible.

La preuve? Cliquez dessus...

BB    

Qui a dit?...

"Un bon prof est quelqu'un qui enseigne par ce qu'il est et non par ce qu'il dit. Quelqu'un qui râle, qui fait grève est-il un bon modèle? Quand on est adulte, on se souvient surtout des profs sérieux, dévoués, qui se faisaient respecter "...?


Il n'est qu'à lire l'article ci-dessus: DarKos


 

L'ÉducNat lance un appel d'offre pour une "veille" des "sites revendicatifs". Mise à prix, 220000 €
...

À ce prix-là, c'est façon de parler...

Notre rubrique Allegria

Le Glaude répondra-t-il à l'appel d'offre?


 

Ma mue déchaînée

     De plus en plus moderne et décomplexé, le Mammouth Déchaîné, animal à poil laineux, fait pelage neuf. Ainsi relooké, il espère mieux rhabiller ses chouchous pour l'hiver – qui s'annonce glacial.
     Le menu, à l'extrême gauche (bien sûr) vous donne maintenant accès à huit ans et demi de Mammouth pur jus, garanti sans conservateurs. Devoir de mémoire, vous y retrouverez la une que nous publiâmes lorsqu'une poignée de députés se mêla de dicter l'Histoire aux professeurs.
     Les nouveaux e-lecteurs du webmouth découvriront qu'ici fut inventé ce DarKos Vador qui hante désormais les blogs et les banderoles; ses parents sont fiers de sa carrière...
     Et toujours plein de bonnes et mauvaises notes de musique pour lire en ryhme:
 
Mâme Sarko, Carla Brownie, et même des vrais chanteurs avec de la musique.

Encore une idée à la con :

Darkos intervient avec Pampers et fracas

Le retour des bons points

Toujours moderne, toujours dans le vent du ministre, le Mammouth Déchaîné renoue avec ses célèbres Bons Points

Hortefeux a le sens de l'Histoire et de l'à-propos
Veni, vidi, Vichy

Mauvaise nouvelle:

le jouet préféré de Darcos reste en tête de gondole

Les leçons de Français du Mammouth Déchaîné:

Ne dites pas
"Elle ricane comme une pétasse"

Mais dites
"Elle pouffe"

Trique
or treat?
Voici peu, une instit' un peu gourde afficha en classe un Sarko "image de la méchanceté" (drôle d'éducation civique...), avant d'être dénoncée directement à l'Élysée (drôle de civisme!!!)

Notre invité illustrateur Kadey nous révèle un nouveau cas passible des assises:


Cliquer pour voir l'original

 
 
...

Auto promo: cliquez ici
Le Mammouth Déchaîné sponsorise ses amis musiciens
Cliquez-leur donc sur l'image