...
1er avril 2009

Les gâteries qui restent en travers de la gorge:

Pastiche de Vichy
...

Amis veilleurs, bonjour.

Compagnie Jolie Môme

Dernière action d'éclat en date:
un universitaire frappé et mis en garde-à-vue
pour avoir voulu photographier des brutalités policières.

     C'était à Tours le 31 mars. Les policiers ont attendu leur victime à la sortie des urgences (trois jours d'ITT) pour l'emmener déposer une plainte ("ordre de la hiérarchie "). Et derrière ce gros bobard, 24 heures de garde-à-vue. On se sentirait presque haineux...
   Ils ont aussi traversé la foule à toute berzingue avec leur voiture, renversant des quidams. Mais ils ont visiblement tous les droits...

Elle est pas belle,
la patrie des droits de l'homme?

     Amusants, les propos de flics sur cette affaire, tels qu'ils nous sont rapportés par des témoins: "Vous nous faites chier depuis 8 semaines, retournez travailler dans vos facs! Y'a des vrais gens qui travaillent et que vous faites chier et qui vont bientôt vous taper dessus"... "vous avez de la chance que l'on soit en France, dans un autre pays vous seriez tous en prison..."


Dans quel monde on vit

Instit poursuivi pour avoir "menacé" un élève de lui couper le zizi

     Lundi 30 mars était jugé l'instit qui a dit à un môme de CM1 qui sortait sa bite en classe "Je coupe tout ce qui dépasse ". Après pacification des parents (qui ont probablement expliqué à leur enfant que les adultes ne font pas vraiment ce genre de chose...), la gendarmerie revient à la charge plusieurs semaines plus tard, une plainte est déposée, on entend des enfants de huit ans au commissariat (pour une affaire que ne nie pas l'instit, c'est indispensable), et on poursuit le gars pour "violence aggravée ".
     Un vague sens du ridicule fait que l'on abandonne les circonstances aggravantes, mais le procès a lieu, pour "violence et voie de fait ". Et, absurdité totale, le fond de l'affaire est: l'instit avait-il l'intention de le faire? S'agit-il d'une menace, ou d'une façon de se faire comprendre? Ah, bon, parce que la question méritait d'être posée...
     Parce qu'il n'a pas été jugé de la pertinence de la méthode, qui regarde l'Inspection pédégogique.

     Il s'est donc trouvé une série incroyable d'abrutis, des gendarmes aux magistrats, pour imaginer qu'un instituteur menaçait sérieusement un enfant d'émasculation publique. Abrutis, ou délibérément salauds: s'ils ne l'ont pas imaginé, alors ils ont poursuivi gratoche, pour nuire.
     Gratoche, effectivement: on a requis 600 euros d'amende avec sursis. Rien, en fait, puisqu'il n'y a rien, mais une condamnation quand même pour ne pas avouer l'imbécillité des pousuites.

     Au fait, l'instit a été suspendu. Si c'est sans traitement, savez-vous que, même blanchi, même si un non-lieu est prononcé (= les poursuites étaient une erreur), on ne peut récupérer ces salaires suspendus que par une nouvelle action contentieuse ou en justice (plus ou moins perdue d'avance)?

BB     

Dernière minute

Qui a dit "Si Copé continue à me casser les couilles, il faudra lui couper les siennes"  ?

Le Président Sarkozy.
Qui doit 600 euros à Copé pour "violence et voie de fait ".



Notre rubrique Allegria

Le Glaude: " C’est une crise bancaire sérieuse. Mais l’économie réelle n’est pas menacée. "

Ah, bon, 3000 chômeurs / jour, ce n'est pas réel?


(BB + Kiro)

Annonce:

Très prochainement, le Mammouth Déchaîné, qui travaille de plus en plus pour gagner plus de lecteurs (et se faire pardonner un mois et demi de sieste), vous offrira un feuilleton. Voui! De la web-série de classe, tout à la main et à la sueur du front de nos nouveaux rédacteurs que nous avons.
Et peut-être la parution deviendra-t-elle régulière. Mais là, faut pas rêver.

 

Ceux qui MAM
prendront le train

     L'histoire est connue. Dans d'autres pays, elle aurait fait tomber quelques têtes, dont celle du Ministre de l'Intérieur, mais comme d'hab, chez nous ça passe sans heurts.
     Enfin, sans heurts, pas pour tout le monde. Pas pour ces collégiens et leurs enseignantes frappés sur un quai de gare par la police qui pourchassait des étudiants en lutte sociale externalisée sur les voies ferrées.
     Premier étonnement: on recrute les policiers myopes, ou idiots, pour confondre des collégiens en voyage scolaire et des étudiants en manif?
     Deuxième surprise, la réaction de Michelle Alliot-Marie, Sinistresse de l'Intérieur: "Quand on a la charge d’un certain nombre de jeunes et notamment de très jeunes, on évite de les mettre dans des lieux où il peut y avoir des manifestations et des mouvements de foule." Eh oui: la faute aux victimes! On n'ose y croire, mais c'est bien la faute des inconscientes de profs qui emmènent leurs élèves voir les élus du peuple à l'Assemblée par le train de la Société Nationale de Chemins de Fer, ce coupe-gorge, et leur font attendre le train, comble de la provocation, dans une gare, lieu dangereux par excellence.
     Côté violence policière, sa description est à se tordre: Il y aurait eu "contact entre une matraque et un estomac" !!! Ert encore, elle reste mesurée: le fond de sa pensée (euuuh???), c'est que l'estomace s'est jeté sauvagement sur une pacifique matraque...

    Le Mammouth Déchaîné a la joie de remettre à Madame Michelle Alliot-Marie, Ministre de l'Intérieur, le trophée de la réponse de ministre
la plus cynique et la plus conne à la fois.

     C'est à ces subtils détails que l'on reconnaît toute la grandeur de la démocracie nouvelle manière: les flics ne sont pas là pour la sécurité des citoyens, mineurs en particulier. Ce sont les citoyens qui ont pour vocation de faciliter les charges de CRS, voire de leur servir de punching-ball d'entraînement.
    C'est à ces glissements que l'on entre gentiment dans le fétide concept d'état policier. C'est lorsque la bavure n'existe plus par principe.
     C'est lorsque Sarkozy, Ministre de l'Intérieur (avant d'être Président de façade), se rend dans un commissariat modèle, à Toulouse, et reproche aux policiers ébahis leurs succès, obtenus par la prévention; il vire le chef, engueule tout le monde et affirme son crédo: la police n'est pas là pour éviter la délinquance, mais pour la réprimer. J'exagère? Revoyez la vidéo sur le web, lisez la presse, tout y est: la police ne peut jouer aux cow-boys s'il n'y a pas de voyous, cessons de les empêcher de délinquer.


(BB + Lefred-Thouron)

Garde-à-vue... Fixe !

     Autre initiative de Sarkozy à l'Intérieur: dans le cadre de l'évaluation des politiques publiques, dorénavant, les flics seront jugés aux résultats; au nombre d'affaires résolues? Non, au nombre de gardes-à-vue. Alors ils les multiplient (+50% en moins de deux ans). Ils les provoquent, sous la pression de la hiérarchie et d'une notation crétine, mais pas involontairement déviante. La presse regorge de ces histoires de piétons embarqués quelques heures pour avoir débordé des clous de vingt centimètres, pour avoir demandé ce qu'on leur voulait, pour avoir tardé à trouver leurs papiers. Pas de poursuites engagées: il n'y avait donc pas de délit, ni même de contravention. Mais la garde-à-vue non justifiée rapporte autant qu'une autre.

     C'est notre nouveau concept sécuritaire: les citoyens honnêtes craindront leur police, mais les invérifiables statistiques de la délinquance diront que tout va mieux.

BB




Lres profs de SVT étaient à la manif:

 
Anniversaire du Mammouth Déchaîné
Aujourd'hui,
le Mammouth Déchaîné
a neuf ans,

et il montre encore
sa trompe

Cohérence gouvernementale:

Boutin contre la capote,
Darcos pour le retrait

Cohérence gouvernementale:

"Que Darcos se couche, qu'il s'enterre s'il le faut, et qu'on ne m'emmerde plus avec
ses réformes à la mords-moi le nœud;
j'ai d'autres problèmes, plus importants, à régler.
"

Signé Sarko


Pétillon - Le Canard Enchaîné


Avec ce gouvernement,
c'est marche et grève

Quel cirque !

BB + Pétillon - Le Canard Enchaîné


Cohérence gouvernementale:
Darcos, c'est

Médailles,
Familles,
(mal) Parti



Delambre - Le Canard Enchaîné

 
 
...

Le Mammouth Déchaîné sponsorise ses amis musiciens
Cliquez-leur donc sur l'image