Les principales pathologies du chat

Les principales pathologies du chat
Pathologies les plus courantes

Vacciné ou non, il peut arriver que votre chat souffre de certaines pathologies. Elles peuvent être virales (causées par des virus), parasitaires ou physiologiques. Face à une maladie, les chats présentent différents symptômes. En tant que propriétaire d’un animal de compagnie, vous devez pouvoir les reconnaître avant d’aller consulter un vétérinaire.

Faisons le point sur les maladies et les symptômes.

Quels symptômes pour quelles maladies chez le chat ?

Symptômes physiques

Si votre chat boite, c’est souvent le résultat d’une entorse, d’une foulure ou d’une fracture. Mais l’arthrose également peut en être la cause s’il est âgé. De même, une dysplasie de la hanche, une luxation ou même une tumeur osseuse peuvent le faire boiter.

S’il cligne trop des yeux, ce qui est assez rare chez le chat, alors il souffre peut-être d’une conjonctivite, un ulcère de la cornée ou même une d’immunodéficience acquise.

S’il convulse, alors c’est très grave. Les convulsions sont les symptômes d’affections comme une encéphalite, une carence en taurine et en arginine, une épilepsie, un empoisonnement ou une tumeur de l’encéphale.

Symptômes digestifs

Outre cela, on peut citer les cas de constipation. Si la constipation est passagère alors, pas d’alerte. Néanmoins, si elle s’installe, alors, elle résulte de la présence de corps étrangers, d’une maladie du colon, d’une sédentarisation ou d’un régime pauvre en fibres. Cela peut aussi être la conséquence d’une tumeur intestinale.

Tout cela peut déboucher à force sur une diarrhée simple ou hémorragique. Quand elle est sans traces de sang, alors on peut penser à une colique, une insuffisance cardiaque ou rénale chronique, un FIV, un FELV, des parasites intestinaux, des pathologies hépatiques ou une hépatite.

Quand il y a traces de sang, il peut s’agit d’un empoisonnement, d’un ulcère gastrique ou d’une tumeur intestinale. Il faut ajouter que le terme diarrhée s’applique en fonction de la couleur, des modes d’évacuation, de la consistance et du moment où se manifestent les selles de votre chat.

En cas de vomissements exagérés, il souffre peut-être d’hyperthyroïdie, d’un diabète sucré ou d’insuffisance rénale aiguë et chronique. Si les vomissements sont hémorragiques, alors il a peut-être des corps étrangers dans son estomac, il peut souffrir de gastrite, d’ulcère ou de tumeur. N’écartez surtout pas qu’il peut s’empoisonner avec une quelconque substance toxique ou même un médicament.

Symptômes respiratoires

Votre chat peut souffrir aussi de difficultés respiratoires. S’il garde sa gueule ouverte, s’il a une respiration bruyante et sifflante, c’est sûrement grave. L’asthme félin, une bronchite ou une pneumonie, une tumeur ou une insuffisance cardiaque peuvent en être la cause. Il faut alors y apporter un traitement très rapidement.

S’il éternue de manière constante, cela peut être une rhinite.

La toux peut induire une laryngite, pharyngite ou bronchite. Si c’est plutôt son nez qui coule, il faut écarter le coryza qui est une maladie infectieuse. Cela fait, on pensera à une rhinite ou une pneumonie.

Autres symptômes

Le tartre ou une gastrite peuvent lui donner la mauvaise haleine. S’il bave, ce qui est déjà inhabituel, il faut soupçonner une maladie de la cavité buccale, une gastrite, une épilepsie ou un empoisonnement. Un avis vétérinaire est primordial.

La fréquence à laquelle votre chat urine peut induire plusieurs affections. S’il s’abreuve abondamment et urine de même, il faut vous mettre en alerte parce que c’est souvent très grave. Il peut s’agir d’un diabète sucré ou insipide, d’infection d’utérus ou hépathopathies.

Mais si au contraire, il n’arrive pas à uriner, une obstruction de l’urètre ou une cystite peuvent en être la cause.

Enfin, une pathologie qui est assez gênante, c’est lorsque votre chat souffre de prurit. N’essayez surtout pas de le soigner par vous-même, car cela aggraverait la véritable cause du mal. Mal qui peut être une otite bactérienne ou parasitaire, une dermatite allergique ou auto-immune.

Attention, cette liste n’est pas exhaustive. D’autre part, chaque pathologie doit faire l’objet d’une consultation vétérinaire.

Les maladies virales chez le chat

Typhus

Très grave et sans période privilégiée, cette maladie est généralement mortelle. On a des chances de la guérir que quand elle est dépistée tôt et traitée à temps.

L’animal qui en est atteint est fiévreux, prostré, déshydraté. Il souffre de diarrhées et vomissements le plus souvent hémorragiques.

Panleucopénie et parvovirose

Dans le même sillage, la panleucopénie ou parvovirose féline se caractérise par une très grande contagion. L’animal fait des diarrhées abondantes et hémorragiques. Malheureusement, la forme aiguë de cette maladie aboutit toujours au décès.

Calicivirose féline

La calicivirose féline, elle, se transmet entre chats par les liquides physiologiques. Il s’agit de la salive, des sécrétions nasales et des excréments. Ce mal crée un abattement, de la fièvre ou un écoulement nasal. Si l’animal est vacciné, alors il est à l’abri. On parle de l’immunodéficience féline parce que l’animal est exposé aux mêmes risques que le SIDA. Elle se transmet par les morsures et les blessures et est plus fréquente chez les mâles. C’est plutôt par la gorge, le nez et les yeux que votre chat peut attraper une rhinotrachéite virale. C’est le virus de l’herpès qui en est la cause.

Coryza

Mais pour le coryza, c’est un groupe de microbes qui en est la cause. Il s’attaque aux voies respiratoires. Il lui donne de la fièvre, des complications pulmonaires et de l’ulcère de la bouche. On l’appelle aussi la grippe du chat et elle est très contagieuse.

Leucémie virale

Enfin, la leucémie virale féline peut être évitée par une vaccination. Dans le cas contraire, si des précautions ne sont pas prises contre celle-ci, la mort de votre chat est imminente. Et ce serait vraiment déplorable que votre compagnon perde la vie. À plus forte raison si vous aviez les moyens de le protéger (le vaccin). Les cas de rage ne sont pas à négliger non plus.

Et si l’assurance vous aidait

Prendre soin d’un chat passe par sa vaccination, des soins préventifs, son alimentation,…

Il faudra alors des soins et donc dépenser de l’argent. La meilleure manière de s’en sortir est de s’en remettre à un assureur et à un bon. Pour cela, il suffit d’en choisir un qui vous convient.

Pour ce faire, rendez-vous sur notre site de comparaison d’assurances. Il existe une grande diversité d’offres sur le marché, vous dénicherez celui qu’il vous faut. Également pour plus d’informations, vous pourrez remplir la demande de devis sans engagement. Et ceci, autant de fois que vous le voudrez et pour autant d’assurances qu’il faudra. Avec nous, rien de moins que la satisfaction afin d’assurer le bien-être de votre chat.