La Rhinotrachéite Virale Féline (RVF) – Symptômes, diagnostic et Traitement


Chat atteint de la rhino du chat
Chat atteint de la rhinotrachéite infectieuse féline.
Crédits photo : Clinique vétérinaire Valmont

La Rhinotrachéite Virale Féline (ou RVF) est une pathologie de la famille des herpès virus et elle touche une grande partie des chats en France. Elle est très contagieuse et une majorité des félins touchés par la maladie par une primo-infection deviennent porteurs latents. Le traitement dépend des symptômes dont votre chat souffre et il peut aller d’un simple nettoyage oculaire à un lourd traitement sous perfusions intraveineuses. 

Avant de continuer la lecture de cet article, nous conseillons de comparer les prix d’une assurance santé pour chats, de manière à avoir un ordre d’idée du coût d’une assurance santé, et des possibilités de remboursements des frais vétérinaires liés au traitement de la RVF. Cliquez sur le bouton ci-dessous et comparez les offres en moins de deux minutes (comparaison 100% gratuite et sans engagement). On se retrouve ensuite pour la lecture de cet article. 

Au sommaire :

  • La rhinotrachéite virale chez les chats : Qu’est-ce que c’est ?
  • Les symptômes de la rhinotrachéite virale féline
  • Comment faire le diagnostic de cette maladie contagieuse ?
  • Les moyens de transmission de RVF entre chats
  • La gravité de la rhinotrachéite virale
  • Le traitement de la rhinotrachéite virale
  • Comment prévenir la RVF ?
    • Comment savoir si mon chat est prédisposé à la rhino ?
  • Quel est le prix du traitement de la RVF et comment réduire les coûts vétérinaires ?

La rhinotrachéite virale chez les chats : Qu’est-ce que c’est ?

La rhinotrachéite virale est une pathologie chez les chats qui se développe lorsque l’animal est infecté par un agent pathogène appelé herpès virus félin de type 1 ou FeHV-1. Cette affection est très contagieuse et c’est pourquoi on la retrouve sur une grande population de chats.

Ce même agent pathogène peut aussi être impliqué dans le syndrome du coryza, et ainsi être à la base de dermatites, de sinusites et de conjonctivites.

Ce virus est particulièrement résistant et il peut se transmettre de plusieurs façons :

  • Par la toux et l’éternuement aux travers des sécrétions lacrymales,
  • Par contact direct de museau à museau.

Un chat peut très bien être porteur du virus, mais ne pas manifester de signes particuliers, cela veut dire que le virus est entré en latence. Par contre, il aura tendance à se réveiller au premier signe de faiblesse du système immunitaire et il déclenchera ainsi divers symptômes.

Voici les différents facteurs qui peuvent déclencher une réactivation virale :

  • Le stress (Aller chez le vétérinaire, changer de nourriture ou d’habitudes trop souvent…)
  • Une maladie, une infection…
  • Une variation physiologique comme une mise bas
  • La prise d’immunosuppresseurs

Il faut savoir que ce type de virus (herpès-virus) peut aussi être présent chez les humains, et il peut se manifester sous forme de boutons de fièvre par exemple. Il reste chez nous aussi latent, dans l’attente du premier signe de fatigue.

Les symptômes de la rhinotrachéite virale féline

chat avec la RHINOTRACHÉITE INFECTIEUSE FÉLINE

Que ce soit suite à une primo-infection (la première fois que le chat est atteint par ce virus) ou que ce soit une nouvelle infection, les symptômes de la RVF sont liés aux facteurs suivants. Il est important de souligner que dans le cas d’une primo-infection, le chat a une période d’incubation qui peut aller de 2 à 6 jours.

les symptômes de la RVF sont liés à :

  • La souche virale
  • L’importance des défenses immunitaires (c’est pourquoi les jeunes chatons qui n’ont pas encore développé leur propre immunité sont très sensibles à cet herpès-virus)
  • l’âge du chat

Les symptômes se traduisent des manières suivantes  :

  • Cette maladie présente des symptômes généraux tels que la fatigue, la déshydratation, la fièvre, la toux et l’éternuement fréquent.
  • Elle peut également être à l’origine de la conjonctivite (des yeux rouges avec des sécrétions visqueuses). Ces atteintes oculaires sont le symptôme principal de la RVF et cela peut également provoquer une kératite, c’est-à-dire une inflammation de la cornée, et même des ulcères cornéens.
  • Par ailleurs, la rhinite est le symptôme respiratoire principal de la rhinotrachéite. Il s’agit d’une obstruction des voies nasales qui peut causer une perte de l’odorat et des problèmes respiratoires. S’ajoute à cela le jetage ou écoulement nasal qui devient de plus en plus visqueux (il commence liquide et clair, puis il va devenir muqueux et visqueux, et enfin mucopurulent) au fur et à mesure que la maladie se développe.
    • Cette obstruction des voies nasales peut jouer un grand rôle sur l’alimentation de votre chat, car il n’est plus en mesure de sentir sa nourriture, et cela peut résulter en une perte d’appétit.

Note : On estime que le virus herpès du RVF est responsable de 40% des cas de coryza, bien qu’on fasse rarement l’exercice de trouver les causes de cette maladie quand elle se présente.

Suite à une primo-infection, le chat va construire ses défenses immunitaires qui vont protéger l’animal pendant 6 mois. C’est-à-dire qu’il ne déclenche pas les symptômes de la maladie en cas de nouvelle infection durant cette période. Cependant, il faut savoir que 80% des chats touchés par ce virus deviennent porteur chronique de l’herpès virus félin de type 1 ou FeHV-1.

Comment faire le diagnostic de cette maladie contagieuse ?

D’autres maladies comme la calicivirose peuvent présenter les mêmes symptômes que la rhino du chat et il est donc compliqué de déterminer la maladie exacte lors d’un examen clinique. C’est pourquoi le vétérinaire peut demander une culture en laboratoire de manière à réaliser une analyse par PCR.

Une analyse PCR (Polymerase Chain Reaction en Anglais) est une technique qui permet d’amplifier l’ADN d’une cellule ou d’un virus. Dans notre cas, cette étude permettra de déterminer le virus exact, à partir des sécrétions du chat.

Le vétérinaire pourra aussi demander un test sérologique (analyse d’un échantillon de sang) pour déterminer le taux des anticorps liés à la RVF.

Les moyens de transmission de RVF entre chats

La rhinotrachéite virale peut se transmettre directement par le contact direct entre un chat infecté et un chat sain. Le virus est très résistant, capable de rester actif à l’air libre pendant plus de 12 heures.

Par ailleurs, la rhinotrachéite virale peut aussi être contractée indirectement par le toucher d’objets qui ont été en contact avec un chat malade.

La gravité de la rhinotrachéite virale

Tout d’abord, cette pathologie peut être très grave pour une chatte en gestation. Elle peut en effet causer un avortement ou un accouchement précoce donnant naissance à des mort-nés.

Elle peut également être mortelle pour les chatons de 7 à 10 semaines. À cet âge, les chats ne bénéficient plus des anticorps de leurs mères, et n’en produisent pas encore suffisamment tout seuls. C’est donc pour cette tranche d’âge que les vaccins primo-infections sont fortement conseillés.

D’autre part, dans le cas d’un porteur sain (chat infecté, mais non malade), un élément déclencheur tel que le stress suffit pour réactiver la pathologie. Mais pire encore, le sujet porteur, même guéri, peut toujours transmettre la maladie à ses semblables.

Votre chat peut contracter régulièrement la rhinotrachéite virale. L’aspect chronique de cette maladie est généralement causé par des lésions au niveau des cavités nasales et des tissus oculaires du chat.

Enfin, lorsque la conjonctivite est trop avancée, cela peut rendre le chat aveugle, et ce pour une durée indéterminée.

Le traitement de la rhinotrachéite virale

Après avoir lu les symptômes de cette maladie, vous pensez que votre chat est atteint par ce virus herpès ?

Le plus sûr est de l’emmener chez le vétérinaire. Il y bénéficiera d’un diagnostic fiable (examen clinique, analyse PCR, test sérologique) et de traitements de qualité suivant les symptômes constatés.

Il n’existe pas de traitement spécifique à la rhino des chats, et on va donc devoir travailler sur les symptômes avec différents traitements et soins. Après sa guérison au bout de 2 ou 3 semaines, l’animal devra faire l’objet d’un suivi médical, car le virus a de grandes chances de rester latent dans l’organisme.

En fonction des symptômes, les traitements les plus courants sont les suivants :

  • Si le chat est atteint d’une conjonctivite, un simple collyre permettant le nettoyage des yeux (ainsi que des voix nasales) est nécessaire.
  • Une kératite chronique (inflammation de la cornée de l’oeil du chat) peut être traitée à l’aide de corticoïdes ou de la ciclosporine A. Avant cela, le vétérinaire devra s’assurer que le chat ne souffre pas d’ulcère à cet endroit précis.
    • Comme expliqué ci-dessus, la prise de corticoïdes (immunosuppresseurs) nécessite un suivi régulier par le vétérinaire, car elle peut augmenter les chances de réactivation virale.
  • Dans le cas où votre animal se retrouverait trop déshydraté, des perfusions intraveineuses peuvent être nécessaires.
  • Suivant la gravité des symptômes, un traitement anti-inflammatoire et antibiotique peut être prescrit.

Si vous choisissez de soigner votre chat à domicile, commencez par la mise en quarantaine du chat pour limiter la contagion à vos autres animaux de compagnie.

Comment prévenir la RVF ?

Bien que dangereuse, la rhinotrachéite virale peut être évité et ses effets peuvent être diminués. Effectivement, vous pouvez éviter à votre chat de la contracter :

  • En le vaccinant à intervalle régulier (annuellement) et lorsque le vétérinaire vous le recommande
  • en l’élevant selon un mode de vie saine
  • en lui évitant les contacts avec les chats errants et les chats domestiques infectés.

En effet, la vaccination est le meilleur moyen pour prévenir la RVF, même si la protection n’est que partielle. C’est-à-dire qu’elle ne garantit pas la non-infection, mais elle permet de réduire grandement les symptômes si le chat est en contact avec le virus.

Le vaccin typhus / coryza est recommandé même si votre chat vit en appartement et il se fait en trois prises (à 2 mois, à 3 mois et à 1 an). Un rappel annuel est ensuite recommandé, mais les injections peuvent être plus espacées suivant l’exposition de votre chat.

Lorsque l’un de vos chats est atteint de la rhinotrachéite virale féline, il est important de le mettre en quarantaine, à l’écart des autres chats, mais aussi des femmes enceintes, et de désinfecter le sol et le mobilier pour limiter la propagation de ce virus très contagieux.

Il est aussi important de noter que nous pouvons aussi introduire le virus à la maison au travers de nos vêtements et chaussures. Il faut donc penser à les désinfecter également, puis il faut éviter d’être en contact avec des chats potentiellement atteint du virus.

Comment savoir si mon chat est prédisposé à la rhino ?

Les petits chatons de 7 à 10 semaines sont particulièrement sensibles à ce virus, car ils n’ont pas encore leurs propres défenses immunitaires et il n’ont plus la protection de leur mère.

Ensuite, les chats immunodéprimés, sous traitement ou atteint de la FIV ou du FeLV n’ont plus les défenses immunitaires nécessaires et ils peuvent contracter le virus plus facilement.

Pour terminer, un chat qui sort a plus de chance d’être en contact avec d’autres chats qui sont potentiellement porteurs (latent ou non) du virus.

Quel est le prix du traitement de la RVF et comment réduire les coûts vétérinaires ?

La rhinotrachéite virale est une maladie commune chez le chat. Que vous choisissiez d’administrer des soins préventifs à votre chat ou que vous deviez consulter un vétérinaire pour votre chat déjà malade, cette pathologie vous amènera à dépenser des frais importants en soins, car même si les factures sont assez peu élevées, elles sont nombreuses (en raison des risques de rechute de votre compagnon).

Voici une liste des honoraires liés aux soins en clinique vétérinaire susceptible d’être appliquée en cas de RVF :

  • Consultation : de 30 à 35€
  • Vaccin Typhus Coryza Leucose : de 30 à 35 €
  • Analyse PCR : de 60 à 65 €
  • Prise de sang et test sérologique : de 15 à 20 €
  • Collyre pour les yeux : de 10 à 15 €
  • Traitement anti-inflammatoire et antibiotique : À confirmer en fonction du traitement.
  • Pose de perfusions intraveineuses : de 30 à 60 € (si besoin)
  • Consultation de suivi annuelle + rappel vaccin : de 50 à 55 €

Il est donc raisonnable de souscrire à une assurance santé animale qui prendra en charge les frais vétérinaires liés à la rhinotrachéite virale.

Le Mammouth Déchaîné vous aide à trouver la mutuelle santé qui correspond à vos besoins. Pour cela, utilisez notre comparateur en ligne. Gratuit et facile à prendre en main, il vous fera gagner du temps et de l’argent.

4 Réponses à “La Rhinotrachéite Virale Féline (RVF) – Symptômes, diagnostic et Traitement”

  • Christophe

    Merci beaucoup pour votre article, il m’a vraiment aidé à comprendre le problème de mon Garfield, oui il est roux !
    Il boit beaucoup en ce moment.. il a les yeux rouges et éternue souvent un peu comme une allergie pour nous.
    Pensez-vous que ça soit une rhino ?
    Je vais aller consulter un vétérinaire. Merci pour toutes ces informations.

    • Bonjour Lucas,
      En effet, le meilleur moyen pour déterminer si votre chat est atteint de rhino est d’aller faire une consultation vétérinaire. Ainsi il pourra réaliser une analyse PCR et un test sérologique.
      Comme indiqué dans l’article, les yeux rouges ne sont pas forcément le symptôme d’une rhino, mais il est possible que ce soit cela.
      Le plus important est de bien l’isoler tant que vous n’avez pas réalisé un diagnostic complet pour ne pas contaminer les autres chats ou pour ne pas aggraver la situation, car ce virus est très contagieux.
      Joseph – Le Mammouth Déchaîné

  • Georgi Ratos

    En voyant la première photo de votre article, j’ai failli vomir mon petit déjeuner ce matin …
    Cependant, après avoir lu l’article en entier, je m’aperçois que mon chat possède un début de rhino.
    Ok pour les tarifs, je vais aller consulter un véto demain. J’ai pas envie que mon petite chaussette soit mal en point pour les vacances d’été !
    Merci le mammouth

  • L’article est super complet merci beaucoup ! J’aimerai savoir quand même si la maladie peut se transmettre du chat à l’homme, vu qu’elle est très contagieuse entre les chats ? Et est ce qu’il peut en guérir complètement ?

Répondre à Joseph Courtan Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *