La Piroplasmose du chien : les tiques, les symptômes et les traitements curatifs & préventifs


Tique sur un chien piroplasmose

La piroplasmose – aussi appelée babésiose, est une maladie grave très fréquente chez le chien. C’est l’une des maladies parasitaires du chien les plus redoutables.

Que ce soit de la simple prévention ou pour résoudre une situation plus urgente, vous allez voir dans cet article quoi faire exactement pour savoir si votre chien est malade, comment enlever une tique pour éviter d’injecter vous-même le virus dans votre chien en le retirant, quels sont les soins préventifs, comment le soigner…

La piroplasmose est une maladie bien souvent mortelle, alors prenez le temps de lire cet article jusqu’au bout si vous avez un jeune chien à faire vacciner ou un chien potentiellement atteint, car avoir les bons gestes augmente fortement les chances de guérison.

Qu’est-ce que c’est la piroplasmose du chien ?

La piroplasmose est une maladie fréquente et parasitaire, qui est liée à un protozoaire : le piroplasme.  Ce protozoaire est transmis par la morsure de la tique, elle-même infectée par un autre chien malade. La babesia cannis est l’agent responsable de cette pathologie canine.

Quelles sont les causes de la piroplasmose et qu’est-ce qu’une tique ?

Une tique est un petit acarien qui vit dans les forêts et qui se nourrit du sang des vertébrés, que ce soit les canidés (chiens, loups, renards…), mais également des cervidés comme les chevreuils. C’est pour cela qu’on la retrouve beaucoup en forêt.

La période maximale d’activité de la tique est au printemps et à l’automne et la babésiose se rencontre sur l’ensemble du territoire, toutefois certaines régions comme le Sud-Ouest et les alentours du Massif central sont particulièrement touchées (source : http://theses.vet-alfort.fr/).

La tique pond des oeufs, qui vont ensuite se transformer en nymphe, puis en larves, pour enfin se transformer en forme adulte. Et c’est cette forme adulte qui est responsable du parasitisme chez votre chien.

La tique est incapable de faire des bons, elle va donc s’accrocher aux végétaux, puis aux poils de votre chien, pour remonter jusqu’à la peau, pour enfin insérer son rustre dans la peau de votre animal.

Elle va injecter des petites substances pour pouvoir se nourrir du sang de votre animal, et c’est pendant son repas que la tique peut potentiellement insérer le piroplasme à votre compagnon.

Comment retirer une tique ?

La pire erreur à faire serait de tirer sur la tique pour l’enlever, car en comprimant son abdomen, vous risquez de faire injecter le piroplasme vers votre chien.

comment retirer une tique chien

Pour retirer une tique, il faut donc se munir d’un crochet spécifique qui va permettre de s’insérer entre la peau et la tête de la tique. Il faut ensuite tourner dans le sens des aiguilles d’une montre pour que la tique lâche prise et s’enlève sans avoir à tirer dessus.

Quels sont les symptômes de la piroplasmose chez le chien ?

Voici les différents symptômes qui permettent de savoir si votre chien est malade de la piroplasmose :

  • Le premier signe de la piroplasmose est une forte fièvre, qui est d’au moins de 40°,
  • Les urines sont marron foncé, voire orange,
  • L’animal est abattu et refuse de manger, il manque de tonus,
  • Il a mal aux articulations,
  • Enfin, votre chien souffre d’anémie, d’insuffisance rénale et les polyarthrites.

Comment votre vétérinaire va-t-il faire le diagnostic de la piroplasmose ?

Votre vétérinaire va réaliser une analyse de sang, qui va ensuite être envoyée à un laboratoire de manière à évaluer la présence du parasite.

Il va également réaliser un frottis sanguin en prenant une goutte de sang à l’oreille du chien, pour ensuite l’analyser au microscope après l’avoir étalé sur une lame de verre.

Comment traiter la Piroplasmose ? Un traitement parfois très conséquent.

Le traitement de la piroplasmose se fait par des injections antiparasitaires, l’imidocarbe, mais également par des injections anti-inflammatoires (corticoïdes) et une antibiothérapie prolongée sera nécessaire suivant l’évolution de la maladie.

Dans les cas graves, il est parfois nécessaire de transfuser votre animal (c’est à dire de prendre le sang d’un chien donneur et de l’injecter au chien malade), et de le maintenir longtemps en perfusion pour lutter contre les cascades immunitaires liées à la présence des parasites à l’intérieur des globules rouges. L’hospitalisation est nécessaire pour ce type d’intervention complexe.

Beaucoup de propriétaires de chiens sont réticents quant à l’idée que leur chien puisse donner du sang, mais il est important de souligner que cela peut sauver des vies, et que le chien donneur ne risque absolument rien.

Le traitement curatif d’un chien malade est assez compliqué et c’est pour cela qu’il faut avant tout miser sur la prévention.

Comment prévenir la piroplasmose ?

Comme pour de nombreuses pathologies, la prévention reste la meilleure arme. Et dans notre cas, deux actions doivent être réalisées en parallèle, car il n’y a pas de solution miracle qui permet de protéger son chien à 100%.

Traiter son chien contre les tiques

Pour commencer, le mieux est d’éviter que votre chien ne se fasse mordre par des tiques. Pour ce faire, il existe plusieurs options :

  • Les colliers sont très efficaces et ils permettent une protection de 6 à 8 mois en fonction des marques. Certaines marques ont beaucoup de talc autour du collier, et il est préférable de le rincer avant de le placer sur votre animal.
  • Les pipettes quant à elles se placent une fois par mois, à poser en 4 points :
    • Un point à la base de la nuque
    • Un point entre les deux épaules
    • Un point au milieu du dos
    • Un point à la base de la queue
  • Il existe également une protection par comprimés, qui protège l’animal entre 1 et 3 mois
  • Une autre solution consiste à tondre votre animal, car les tiques se placent toujours aux mêmes endroits (au niveau des plis epsilaires, soit au niveau des oreilles). Vous pouvez donc tondre derrière les oreilles et en dessous des bras pour éviter que les tiques puissent s’y loger.

Enfin, soyez à l’affût du moindre danger. Inspectez régulièrement l’animal au retour des promenades. Si vous trouvez une tique, vous devrez la lui retirer à l’aide d’un tire-tique (comme expliqué plus haut).

Vacciner son chien contre la piroplasmose

Heureusement, un vaccin contre cette pathologie existe, mais il faut savoir qu’il ne protège pas à 100%. En effet, il y a des cas de piroplasmose sur des chiens vaccinés.

Pour que le vaccin soit le plus efficace, il est important de le faire vacciner très tôt, avant 4 mois. Voici le protocole d’administration :

  • La primo-vaccination doit être administrée à partir de l’âge de 8 à 10 semaines,
  • La seconde injection de la primo-vaccination est nécessaire 3 à 4 semaines après,
  • Puis, un rappel annuel est ensuite administré pour booster les anticorps.

La meilleure période de l’année pour vacciner votre chien est juste avant la période d’activité des tiques au printemps et en automne.

Quelles sont les séquelles et complications possibles de la piroplasmose ?

Les propriétaires de chiens atteints de la piroplasmose s’inquiètent en général pas assez vite, et les conséquences peuvent être grave pour l’animal.

Crédits photo : catedog.com

Cette maladie est une maladie virale, et plus vous attendez pour la soigner, plus le virus va se propager dans les globules rouges. Ces globules rouges vont finir par éclater tout en libérant de l’hémoglobine contaminée qui va intoxiquer le chien.

Votre chien va rapidement manifester des signes d’inflammations comme une hépatite du foie et une insuffisance rénale. C’est lors de l’élimination de l’hémoglobine que l’urine de votre chien va devenir plus foncée.

En même temps le chien va être victime d’anémie et ses muqueuses vont devenir pâles et une jaunisse va s’installer. La présence de vomissements d’une couleur jaune est assez fréquente.

Hélas, dans bien des cas, le chien meurt de la piroplasmose s’il n’est pas soigné à temps.

Les cas de piroplasmose fulgurante

L’anémie hémolytique est une des complications de la piroplasmose. Il s’agit d’une réaction immunitaire trop importante (reaction autoimmune) qui fait que le chien va détruire ses propres globules rouges, et la mort peut être très rapide (en quelques jours seulement).

Même avec un traitement administré dès les premiers signes, les chiens ayant se type de complications ont très peu de chances d’être sauvés, et c’est pourquoi il est très important de réaliser les soins préventifs (traitement anti tique et vaccination) en amont.

Crédits photo : cliniqueveterinairecalvisson.com

La piroplasmose est une maladie fréquente chez le chien. La morsure de tique à l’origine de cette maladie va provoquer très rapidement une déficience globale du système immunitaire de votre chien. C’est pour cela qu’il faut veuilliez à faire les soins préventifs et à aller voir son vétérinaire dès que les premiers symptômes apparaissent.

Nous conseillions de recourir à une assurance santé pour votre chien de manière à être remboursé des frais de vaccination, ou des frais de soins si votre chien est atteint. Comme vous avez pu le voir, les soins en cas d’infections sont conséquents et ils peuvent revenir chers.

Une assurance santé pour chien est l’identique de notre sécurité sociale et de notre mutuelle, c’est-à-dire qu’elle rembourse les frais que vous pouvez avoir (vétérinaire, médicaments, hospitalisation, vaccination…) et les cotisations sont très abordables. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour comparer gratuitement les offres et recevoir un devis en quelques minutes. Comparer les offres est entièrement gratuit et sans engagement, alors, même si vous ne vous inscrivez pas, vous pourrez connaître les prix des assurances santé pour votre chien.