Emmerdements passagers

*"Je n'ai quand même pas mis 60 000 postes sur la table pour être emmerdé après" V. Peillon.

C’est ce qu’aurait dit en substance et en privé, le ministre, face à la grogne montante des PE, notamment à Paris face à ses (autres) réformes.
C’est l’Express qui le dévoilait la semaine dernière (
dans cet article) pour dénoncer le « corporatisme » des enseignants (on ne se refait pas) discours repris aussi par une partie de la gauche (enfin celle qui fait semblant de ne pas comprendre) et qui se cache derrière une concertation nationale qui a plutôt été une déconcertation nationale.

Comme quoi l’adage se vérifie encore une fois : réforme vite faite, réforme mal faite.


* GREVE le 12 février.

Suite à l'interfédérale de ce lundi, un mouvement se dessine pour le 12 février. Ce sdera sans doute un appel commun CGT-CNT-FO-SUD.

Mots d’ordre :
- Abandon du projet de loi
- Abrogation du décret rythmes
- Refus territorialisation pour les personnels d’orientation notamment.
- Amélioration conditions travail
- Refus école du socle

L'appel contiendra aussi un soutien aux mobilisations en cours et a provoquer des AG.

Depuis la grève du 22 janvier, l’AG parisienne demandait un mouvement national dans la première semaine du mois de février. Il faut croire que ses représentants n’ont pas pu déborder les appareils syndicaux, mais il y aura bien tout de même quelque chose.

La FSU est la grande absente (ce qui ne manquera pas de plaire au SNUIPP de Paris). Au mieux il y aura des appels de la FSU par département (mais à quoi, un rassemblement à 18 h avec des bougies ?).

Le SNUIPP pourra-t-il rejoindre une mobilisation qui appelle à l’abrogation du projet de loi qui, pour lui, apporte des avancées ?


* Le 31 janvier pour les salaires. Ça urge :

Attractivité et performance qu’ils disent...

Salaires enseignants : seuls les agents de catégorie C ont un revenu global inférieur
Selon le rap­port annuel sur l'état de la Fonction publique, seuls les agents de caté­go­rie C touchent un revenu glo­bal annuel infé­rieur à celui des pro­fes­seurs des écoles, agents de caté­go­rie A.
La Tribune indique en effet cette semaine que les per­son­nels de niveau hié­rar­chique infé­rieur, comme les agents de la paix, per­çoivent une rému­né­ra­tion glo­bale annuelle supé­rieure à celle des ensei­gnants du pre­mier degré.

Heureusement il y a les heures supp, et la balle dans le pied.


* Peillon , à la lettre.

Le ministère fait connaître sur son site la lettre du ministre aux maires de France, dans laquelle il confirme :

1/ le relèvement du taux d’encadrement pour les activités périscolaires.
2/ un décalage de calendrier, : les maires auront jusqu’au 31 mars pour se décider.

De quoi rassurer les plus réticents des élus (socialistes).
Le site du ministère présente depuis quelque temps déjà plusieurs modalités de mise en application de la réforme (voir le site). Un guide pratique sera diffusé dans les prochaines semaines à l'ensemble des collectivités territoriales.


* Entre maire et DASEN.

On nous rapporte certaines réunions entre les DASEN et les élus locaux pour mettre en place la réforme des rythmes.
La présentation des emplois du temps « modèles » suscite des interrogations et réactions houleuses chez les élus, notamment lorsque le DASEN illustre ses propos par la formule d’un mercredi matin avec 2 h de cours et 1 heures d’APC.
La raison invoquée pour mettre 1 heures d’APC le mercredi : il serait plus facile ainsi d’organiser le travail des enseignants à temps partiel !

Après avoir vu que les transports scolaires allaient régenter l’organisation, voila qu’il s’agit de mettre sur le dos des enseignants les méfaits d’une organisation qu’ils ne demandent pas.

Curieuse façon aussi de tenir compte de l’intérêt des élèves (si jamais on en tient encore compte).
blog comments powered by Disqus