18 octobre 2008

Le ministre
des couches
attaque le lycée

Le crime de monsieur lange

 
 

Comme n'importe quelle baderne des RG, le Mammouth Déchaîné sort ses dossiers
L'État préfère-t-il
le privé?

Finlande, le pays où
l'on bûche mieux?


Précédemment publié
dans notre Blog à part.

RASED: les deux sous de l'affaire

     Les instits (pardon, les profs des écoles) des RASED (Réseaux d'Aide Spécialisées aux Élèves en Difficulté), ces enseignants itinérants qui prennent en charge les cas les plus délicats dans un ou plusieurs secteurs scolaires, ont cru comprendre que leur sort était scellé: les heures "récupérées" le samedi par leurs collègues en poste fixe seront utilisées à ces tâches. Et tant pis si certaines de ces aides sont très spécialisées (comme leur dénomination l'indique!) et si jusqu'ici on exigeait un genre de concours interne pour intégrer les réseaux.
     Certains d'entre eux – parfois intégrés aux réseaux en juin – viennent de recevoir un nouvel arrêté d'affectation corrigeant le précédent: leur mission a pour terme le 31 août 2009. Pour une partie d'entre eux, elle se poursuivra sur un secteur élargi. TRÈS élargi !

Aïe, je me suis fait élargir le secteur...

     Et pour les autres, au-delà du 31 août, rien: une affectation en classe fixe suivra – quand?...
     Ils ont bossé un an pour être admis là-dedans (c'est un peu comme passer une Maîtrise en travaillant); ils ont été stagiaires à plein temps, parfois loin de leur école d'origine; ils ont choisi ou accepté de bouleverser leur vie professionnelle et personnelle pour ces missions. Et ils ont perdu leur ancienneté de poste, donc leur rang dans le mouvement à venir. À présent, amers de ces efforts perdus, ils peuvent légitimement se demander où on va les recaser alors qu'on supprime des classes...

Anticipation zéro

     Le plus cocasse (enfin...), c'est qu'on en a encore recruté en 2008, qui sont actuellement stagiaires. Et que d'autres viennent de se lancer dans la préparation de l'examen.
     Qu'à cela ne tienne: dans la précipitation qui caractérise ce ministère et cette présidence, on renie principes et engagements, on continue de bourrer le mou du public avec les aides individualisées gnagnagna tout en les supprimant, et on gaspille l'énergie des personnels et l'argent de l'état pour d'autres économies.

BB    


Suicides d'enseignants dans leur classe

Cette semaine, une instit' en RASED, éprouvée par l'incertitude...

Les annales du plat de lentilles, suite:

Darcos, a signé avec le syndicat Administration et Intendance-UNSA un accord "salarial" au terme duquel
les primes augmenteront
pour les fonctionnaires de son ministère,
en contrepartie de suppressions de postes

Dans notre série "Science et pétanque":

Le prix nobel de physique n'a toujours pas été remis à Claude Allègre

Tant mieux


PS: il a les boules

Le "Plan banlieue" prévoit de financer la création de 50 classes confiées à l'école privée, essentiellement catholique.
(Tiré d'un article du Monde: On achève bien l'école publique .)

 
Réforme du Lycée :

Gaudemardez-vous!

     Ce doit être un peu le mot d'ordre au ministère. Sans vouloir reprendre un slogan qui fleurit dans les manifs on pourrait dire aussi "Deux pas en avant, trois pas en arrière".
      La politique gouvernementale sur cette réforme semble se caractériser par un pilotage à vue en fonction du dernier groupe de pression qui passe. Depuis juin les exemples sont nombreux.
     Le dernier en date : un jour on laisse fuiter les matières qui feraient partie des enseignements généraux. On taille à la hache sans doute pour faire plus "bucheron" finlandais (voir article là). Le lendemain c'est le contraire qui est annoncé. Ainsi en est-il du pôle science qui d'après le Figaro (vendredi 17/10) vient de réintégrer les matières fondamentales. Mais l'académie des sciences est contente. On parle aussi aujourd'hui de la fin des modules et de la semestrialisation pour lesdits enseignements généraux.

      Y-a-til un pilote dans l'avion qui s'écrase ?
      Autrement dit s'agit-il d'une communication bien gérée ? Pas sûr, mais sans doute à chaque annonce des lignes sont lancées pour taquiner le goujat . Ainsi intégrer un module de sciences au tronc commun de seconde du coup fait passer les enseignements généraux de 18 à 21 heures et augmenter la semaine de cours de 3 heures (car il n'est pas question – et tant mieux) d'en supprimer un autre. Elle atteint alors 27 heures et aves les heures d'accompagnement au travail (on parle de plus d'un module de 3 heures), voilà laite semaine qui retrouve les anciens horaires (autour de 30 heures). Curieusement c'est exactement ce que souhaite le principal syndicat de l'E.N. pour reprendre les négociations (le SNES) et qui d'ailleurs ne demande qu'à reprendre les négociations (Cf. sur le blog, le CR du bureau national du 08/10).
      Mais revenir à 30 heures, c'est aussi l'exact contraire de tout ce que disait Darcos depuis le début : "le lycéen à trop de cours".
      Suite et fin de ce mauvais feuilleton à épisode dans quelques jours.

DR    

Qui a dit?...
"Je suis pour une privatisation
totale de l'éducation nationale
." ?

Emmanuelle Mignon,
conseillère du président de la République
(et cul-bénie)

Voir là, un article du Monde du 29/08/2008

L'administration Darcos, c'est combien de divisions?

Manuels scolaires en collège:
la dotation de l'État divisée par cinq

    Prenons l'exemple d'un collège de 400 élèves: pour la rentrée 2009, il faudra se contenter dec 1500 €. Dont environ la moitié de frais fixes: contribution au droit à photocopie + achat des carnets = 800 €. Reste 700 €, soit en réalité dix fois moins que l'an dernier.
    À 15-20 € le bouquin, on pourra acheter un livre pour dix élèves – alors que l'on est en phase de rénovation des programmes dans plusieurs disciplines, comme en Langues, où il serait impensable de garder les anciens manuels (même récents) non adaptés au fameux CECRL et toutes ces sortes de choses...
    Même en n'en changeant qu'un, mettons pour les Sixièmes, ça en ferait moins d'un pour deux!

Pas de doute, on va sérieusement alléger les cartables!
C'est la FCPE, qui va être contente...

    Là, on est tombé dans la misère! Et il y a des assoc' (de profs, entre autres) qui envoient des manuels scolaires aux pays pauvres... Le forcing pour supprimer des fonctionnaires se double d'un draconien plan d'économies.
    Et pendant ce temps, on s'affranchit des sacro-saints "critères de convergences de la zone Euro" au nom desquelles on nous serre la ceinture, et on balance notre pognon pour sauver les banques. Peut-être est-ce nécessaire, je ne suis pas compétent pour en juger, mais la pilulle est aigre quand on voit encore plus clairement que jamais que le dogme converge (en deux mots, quand on se fait entuber?) dans le but de flinguer les services publics, mais s'assouplit soudain quand on le veut bien.
    Et le bénéfice est double: organiser la pénurie dans le système public, en préparer la faillite, c'est à coup sûr se rapprocher du but: privatiser un max selon le credo libéral ("nul domaine de l'activité humaine ne doit s'exercer hors de l'entreprise privée"), et laisser à l'état la gestion du minimum commun: le peuple.

    La prochaine fois, nous verrons comment un Bac à la carte (façon A Levels britanniques), ou le mitraillage de la carte scolaire sont économiquement et idéologiquement liés. Vous pouvez fermer vos cahiers.

BB    


Placement hasardeux des économies de l'État

    Le nouveau nom des ANPE/ASSEDIC fusionnées (le Pôle Emploi, nom refusé au départ) trouvé par une boîte de pub a coûté 135 000 € , avec une petite rallonge d'environ 350 000 € de frais pour hésitations, refus et re-consultations pour aboutir au choix ... initial.
    Au total, près d'un demi-million. Ou trente mille manuels scolaires.
    Les économies, somme toute, c'est une question de point de vue...


Mammouth Tévé® : Darcause dans le poste

Diffusion permanente de ces deux grands classiques du film noir. Clic!

 
Le Mammouth se déchaîne stéréo
Écoutez
Mâme Sarko, Carla Brownie,
ou "Parachute doré"
(dix titres en tout)

Nouvelle organisation des archives: une "une" par page. Voyez l'Épisode précédent dans le menu, là-bas, à gauche (bien sûr).


Réforme du lycée pour pas cher:
vive le bac chiche!


Économie et ÉducNat:
crise des supprimés!
La FCPE sur tous les fronts de la lutte:
elle demande une cellule d'aide psychologique
pour les élèves des 13500 profs non-remplacés en 2009

Et demain
on rased gratis

Crise financière

Choc des bourses:
ça nous en touche une, etc.
(air connu)

Notre rubrique Allegria


Solidaire des marchés,
le Mammouth est coté en bouse

C'est le CACa 40


Les fuites organisées pour faire peur avant les vraies annonces:

on entrevoit les dessous chiches


Lu sur un forum, signé d'un dénommé Aetius:
"Quand je montre la grève, l'idiot regarde le service minimum !"

 
.

Auto promo: cliquez ici

Le Mammouth Déchaîné
sponsorise ses amis musiciens

Cliquez-leur donc sur l'image