Message aux veilleurs.
...
  21 décembre 2008

DarKos s'essaye à l'apaisement:

Un ministre bien polycée

...

Contrats d'objectifs pour les établissements

La LOLF dans la bergerie

     L'académie d'Orléans-Tours, toujours prompte à mettre le petit doigt sur la couture du pantalon, a passé avec ses collèges un contrat d'objectifs. Il s'agit de la mise en œuvre d'une circulaire de 2005 (voir ici le paragraphe concerné et là l'intégrale) qui s'appliquera à terme à tous les EPLE, c'est à dire tous les collèges et lycées. Toutes les académies y viennent ou y viendront.

     C'est la nouvelle gestion administrative telle que la veut la LOLF : contrat d'objectifs, budget pour le remplir, évaluation, et rétorsion si on n'atteint pas les dits objectifs. Ça s'appelle l'évaluation des politiques publiques. C'est simple, et c'est complètement foireux, comme nous l'allons voir.

     Le contrat proposé à tous les collèges de l'académie vise à lutter contre l'échec scolaire, amener un maximum d'élèves aux études longues, veiller à la discipline : que du beau avec quoi on ne peut qu'être d'accord. (À croire cependant que nous ne nous en préoccupions pas jusqu'alors...)
     Les objectifs sont fixés à chaque établissement en fonction de son passé et de son secteur de recrutement.
     Et pour atteindre ces objectifs, l'établissement reçoit des heures d'enseignement et des crédits pédagogiques.
     Oui, mais le problème, c'est l'évaluation.

Indicateurs téléphonés

     Pour juger de la réussite, on a des indicateurs, et les élaborer a dû demandé trois grandes minutes entières de réflexion à un gonze dans le bus (un fortiche qui arrive à se gratter le fond de la narine en même temps), ou bien a mobilisé une commission pendant deux mois...

      Afin de vérifier qu'on a "amélioré la maîtrise des compétences par les élèves rencontrant des difficultés", on vérifiera qu'on "améliore le taux de réussite au Brevet" et qu'on "maintient le taux d'accès de la 6ème à la 3ème au-dessus du taux attendu" (= limiter le redoublement, les départs en SEGPA, les orientations hors collège). Je suis dans un petit collège où la réussite au Brevet passe en un an de 80% à 50%, et vice versa. Équipe stable, pratiques stables, taux variables : et si une cohorte de cent élèves n'avait pas de stabilité statistique?
    Concernant "la progression des poursuites d'études en seconde générale et technologique", l'indicateur retenu est "l'augmentation du taux de passage en seconde GT" ou au moins son maintien au niveau "attendu". Première remarque : l'indicateur est identique à l'objectif – grande misère des technocrates qui peinent à quantifier le facteur humain. Deuxième remarque : voir ci-dessus – notre cohorte qui a foiré le Brevet est allée au Lycée Pro' – hou, c'est mal – et l'année suivante, bingo pour la seconde G, nous sommes redevenus bons.
      Quant au "développement de l'esprit citoyen", du "respect de l'autre" et de "l'appropriation de la règle" : "réduction du nombre de notes de vie scolaire négatives" et baisse du " nombre de conseils de discipline". Quid de cet établissement bien sous tous rapports où une douzaine d'élèves s'entre-vendaient du shit, et qui a tenu douze conseils de discipline? Pas d'autres incidents, mais un indicateur complètement merdé...

     Que se passera-t-il pour l'établissement qui n'atteindra pas l'objectif? Selon la loi du genre, il devrait voir baisser sa dotation (heures d'enseignement et crédits pédagogiques). Bref, on l'enfoncerait...
     Autre question amusante: que se passera-t-il dans les établissements (rares, je vous rassure!), où en juin le Conseil d'administration n'a pas donné son accord au chef d'établissement pour signer ce contrat d'objectifs? Rien: on fera comme si. Ledit chef a reçu à la rentrée les tableaux à remplir selon les indicateurs sus-cités. Rappelons que légalement il est pourtant chargé d'exécuter les décisions du Conseil – mais ça, c'est du foutage de gueule.

     Remarquons au passage (hi hi) que les objectifs correspondent à des économies budgétaires : le coût d'une année supplémentaire par redoublant est régulièrement rappelé, et le lycée général revient bien moins cher que le LP.

     Il est à noter que tous ces indicateurs peuvent être du ressort du seul chef d'établissement : c'est à lui qu'il appartient de mettre la note de vie scolaire in fine; il a la décision finale pour les passages en classe supérieure et le pouvoir d'orientation par delà le conseil de classe (sauf commission d'appel, mais elles travaillent avec zèle à l'augmentation des taux de passage); c'est lui seul qui décide de tenir un conseil de discipline. La seule zone d'intervention qui lui échappe est le Brevet (encore que sa note de vie scolaire y pèse).
     Ce même chef d'établissement est déjà noté sur les mêmes critères, qui sont les attentes de son recteur.

     De là à imaginer que les principaux et proviseurs vont faire du chiffre pour soigner leur carrière et leurs primes, il y a un pas que je franchis d'un bond léger. Car ce même système s'applique avec la même intelligence dans toute l'administration. Et c'est ainsi que l'on juge de l'efficacité de la police au nombre de gardes à vue, qui ont fait un bond de 50% en deux ans. Et grâce à cette évaluation de la politique publique, on a vu une très nette augmentation de l'abus de pouvoir dans la police et la justice.
     On a les progrès qu'on peut...

BB     


Prévisions de rentrée

Dommage, il y avait des absents le jour de la photo de classe.




Le concours de légendes du Blog

"Les lycéens, je les ai arrêtés à mains nues! 150 000 !"
Sur notre Complément de sévices (alias le Blog, alias les Nouvelles Du Jour) a été lancé un concours de légendes pour la photo ci-contre.
Profitez de vos vacances pour participer (Nous écrire, là-haut, à gauche).
Les bonnes trouvailles seront publiées dans le Blog (et les mauvaises peut-être aussi).
 

Ferry torpille Darcos, bien mal embarqué

    Il tient une forme olympique notre ancien ministre de l'ostentatoire. Le voici qui se met à flinguer à tour de bras son ancien sous-ministre devenu ministre de l'ostensoir, ainsi que l'action gouvernementale. Rancunier le bichon ?
    Voici ces dernières déclarations en date. La prétérition, c'est son art préféré.
    Alors qu'il se déclare favorable à la réforme du lycée, il lâche dans le même temps "qu'il s'agissait aussi de mieux préparer les jeunes à l'université et de supprimer des heures de cours. Une heure en moins, c'est 4 000 postes économisés. Avec les deux heures et demie en moins que prévoyait le texte ces derniers jours, on aurait économisé 10 000 postes d'enseignants. Et dans le schéma initial, on réglait tous les problèmes de suppressions de postes ! ".
    Et il en rajoute "Malheureusement quand on reporte une réforme, ça signifie en langage politique qu'elle est enterrée" et encore "L'autre problème qui a peut-être nui à Xavier Darcos, c'est que cette réforme est d'inspiration libérale. Il suffit d'ouvrir les yeux." (c'est qu'en plus il le traite de con ouvertement !). Le tout dans Le Figaro. Cocasse...
    Et il finit par cracher le morceau qui tue en disant que Darcos finalement n'y croyait pas, à cette réforme "qui ne correspond pas à ses idées républicaines", et en effet il le connaît bien.
    Il aurait pu rappeler tout simplement que la lettre de mission de son ex-sous-ministre avait été établie par Bercy. C'était peut-être trop le dédouaner. Pas question de lui faire un tel plaisir.
    Souvenez vous en 2003, en pleine crise, à la veille du bac, lorsque Ferry est écarté des négociations par Sarkozy qui prend en main le dossier. Avec qui Super-Flik s'y attaque-t-il ? Le petit Darcos est alors à ses côtés et désavoue toute la gestion de crise de la rue de Grenelle – bref, il enfonce un peu plus Ferry qui sombre. C'est à ce moment-là que Darcos, ministre de la surveillance (déjà) du philosophe, devient réellement ministre de l'éducation nationale – déjà.
    Ferry ne lui pardonnera jamais une telle servilité (surtout envers quelqu'un d'autre que lui, bien sûr ...). Dont acte !

DR    


Notre rubrique Allegria

Rencontre au sommet

Le Glaude présidait pour son maître-cinquante les Assises européennes de l'innovation.
Il y a rencontré notre Donald Rumsfeld du pauvre.

Et s'il venait au grand timonier l'idée rigolote de lui coller un maroquin à l'Éducation?... Hi hi...

Notre rubrique Allégria, bis:

pour le plaisir, un article de Libération de 2006, mise au point (dans la gueule) avec l'immmmmmense scientifique que le monde nous envie.


Ghertman - Le Canard Enchaîné

Problème mécanique:

Faute de passer la Seconde,
DarKos fait marche arrière

DarKos écoute les lycéens

Cabu - Le Canard Enchaîné

Bataille de compteurs au Mammouth Déchaîné

160 000 selon la police,
1 000 000 selon les manifestants

    Notre compteur de visite qui monte, qui monte, est en désaccord avec les statistiques de notre hébergeur: pour le premier, nous avons eu cent soixante-deux mille visiteurs depuis le 1er avril 2000, pour le second, il y en a eu deux cent mille cette seule année 2008.
    Ils ne sont d'accord que sur une chose: vous êtes en ce moment mille par jour à nous lire.
    Profitons de l'occasion pour un petit rappel: nous n'avons pas attendu les lois de notre Omniprésident, que le fumet de ses vents nous guérisse des écrouelles, pour un service au public sans pub, gratuit pour vous (payant pour nous: il faut bien se faire héberger). Tout ici est fait à la main, sans adjonction de pesticides.

 

Un mot de Luc Ferry


Écrire au Mammouth Déchaîné
Tout en haut du menu (à l'extrême gauche), un bouton "Nous écrire" vous tend les bras. Oui, mais voilà, le lien était mort sans que nous nous en aperçussions. Et nous qui pensions que nos fans nous délaissaient...
L'incident est réparé, le lien est renoué, un nouveau formulaire vous attend.
Si vos messages nous agréent, ils seront publiés dans La Voix des e-lecteurs.


Trans-disciplinarité
ministérielle:



Incohérence du gouvernement:
par peur de la contagion athénienne,
on renvoie la réforme des Secondes aux calendes grecques

BB (+ Pétillon + Cabu)

Nouveaux programmes:

On enseignera le rôle positif des colonies (pénitentiaires)

L'attaque à la babouche fait des émules


Delambre - Le Canard Enchaîné

Le niveau baisse

DarKos, ministre de l'évitation nationale

DarKos, France Info, 18/12/2008:

la réforme doit repartir sur un bon fondement, sur un bon pied

Chiche?...


 
...

Le Mammouth Déchaîné sponsorise ses amis musiciens
Cliquez-leur donc sur l'image